2 min de lecture Société

Esclavage : le Cran demande réparation à des banques et familles bordelaises

Le Cran a demandé une nouvelle fois ce samedi réparation à des institutions bancaires et familles bordelaises qu'il accuse d'avoir profité de la traite des Noirs.

Le président du Cran, Louis-George Tin, en mai 2013 (Archives)
Le président du Cran, Louis-George Tin, en mai 2013 (Archives) Crédit : AFP / FRANÇOIS GUILLOT
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le président du Conseil représentatif des associations noires de France (Cran), Louis-George Tin, a notamment accusé le Crédit suisse, la Banque de France, l'ancienne banque Mallet et plusieurs familles bordelaises d'avoir "joué un rôle central dans la traite négrière".

"C'est le travail des esclaves qui a permis de constituer la Banque de France et c'est la Banque de France qui a permis de constituer la France", a-t-il ajouté.

Une main tendue

Le Cran, qui a déjà engagé des poursuites en justice contre l'État, la CDC et le groupe Spie Batignolles, les accusant d'avoir profité de l'esclavage, a cette fois choisi "d'interpeller publiquement" ces banques et familles, de leur "tendre la main" dans une "démarche de dialogue".

"Nous les invitons à rentrer en contact avec des associations ou des municipalités pour voir comment elles pourraient contribuer d'une manière ou d'une autre à des réparations", a déclaré Louis-George Tin. "En fonction, nous verrons si nous donnons des suites judiciaires".

"Une impossible réparation"?

Il y a un an le président François Hollande avait fermé la porte à toute compensation financière, citant le poète martiniquais Aimé Césaire qui évoquait une "impossible réparation". Louis-George Tin a de nouveau demandé à François Hollande de s'excuser publiquement pour la responsabilité de la France dans la traite négrière, d'engager une réforme agraire outre-mer, de rembourser la rançon que la France a touchée d'Haïti à son indépendance et de créer un musée en métropole dédié à la colonisation.

Par ailleurs, le président du Cran a jugé "très choquant" un tweet du député UMP Thierry Mariani sur l'esclavage, estimant qu'on n'était "pas loin du négationnisme". Il a demandé son exclusion de l'UMP. Le vice-président de l'UMP a envoyé mercredi le tweet suivant: "L'enlèvement par la secte Boko Aram rappelle que l'Afrique n'a pas attendu l'Occident pour pratiquer l'esclavage", y ajoutant le hashtag (mot-dièse) "déculpabilisation".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Esclavage Bordeaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7771893793
Esclavage : le Cran demande réparation à des banques et familles bordelaises
Esclavage : le Cran demande réparation à des banques et familles bordelaises
Le Cran a demandé une nouvelle fois ce samedi réparation à des institutions bancaires et familles bordelaises qu'il accuse d'avoir profité de la traite des Noirs.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/esclavage-le-cran-demande-reparation-a-des-banques-et-familles-bordelaises-7771893793
2014-05-11 13:59:49
https://cdn-media.rtl.fr/cache/x_iRFIFdfoU5UHZVfftv1Q/330v220-2/online/image/2014/0511/7771893976_000-par7553977.jpg