3 min de lecture Cgt

CGT : Thierry Lepaon tord le cou aux rumeurs sur son train de vie

Alors que les révélations se succèdent, Thierry Lepaon s'est vivement défendu face aux dirigeants de son syndicat.

Le secrétaire général de la CGT, Thierry Lepaon, à Paris le 7 avril 2014 (Archives).
Le secrétaire général de la CGT, Thierry Lepaon, à Paris le 7 avril 2014 (Archives). Crédit : AFP / PATRICK KOVARIK
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Thierry Lepaon a dénoncé une "campagne de presse", devant la commission exécutive de la CGT, le 9 décembre dernier, qui devait statuer sur son cas, après une série de révélations sur son train de vie. Concernant sa prime de départ, son salaire, ses dernières vacances en Corse ou encore sa voiture de fonction, le secrétaire général de la centrale a tenu à rétablir "quelques vérités" durant son intervention.

En premier lieu, Thierry Lepaon a regretté "la campagne de presse", qui vise "de façon violente" sa personne. "Cette campagne échappe d'évidence à ses propres initiateurs internes, qui continuent toutefois à l'alimenter par des rumeurs", a-t-il poursuivi.

Le but est de faire mettre un genou à terre à la CGT dans une période cruciale pour les salariés et les citoyens"

Thierry Lepaon
Partager la citation

Selon lui, "le but est de faire mettre un genou à terre à la CGT dans une période cruciale pour les salariés et les citoyens".

Afin de répondre aux "rumeurs les plus folles", le secrétaire général s'est appliqué à "rétablir quelques vérités", dont le versement de la fameuse prime (31.000 euros selon la presse), qui a suscité l'indignation, après les révélations sur des travaux dans son appartement de fonction et son bureau.

Une prime de départ versée pour compenser un préjudice sur sa retraite

À lire aussi
Muriel Pénicaud, à l'Assemblée nationale, le 24 mars 2020 coronavirus
Coronavirus et préavis de grève : Pénicaud "ne comprend pas l'attitude de la CGT"

"Cette indemnité déclarée s'élève exactement à 26.650 euros" et son versement a été décidé par "les camarades du comité régional" de Normandie, a dit Thierry Lepaon, expliquant qu'il s'agissait d'une prime de départ, versée "puisqu'il a démissionné du comité régional pour arriver à la confédération".

Selon lui, l'indemnité versée visait aussi à reconnaître la "période d'activité militante en tenant compte du préjudice que cela créait sur (sa) retraite".

Lepaon a demandé une baisse de son salaire

Son salaire actuel "est de 4.000 euros nets par mois avec un 13e mois". La confédération avait fixé initialement un salaire de 5.200 euros, que Thierry Lepaon a jugé "trop élevé pour un secrétaire général de la CGT": "j'ai donc demandé qu'il soit ramené à 4.000 euros".

En outre, il souligne que la confédération lui a acheté une voiture de fonction: "Nous pensions initialement que je ferais les allers et retours en Normandie avec cette voiture". En réalité, "c'était impossible pour des raisons de sécurité, compte tenu de mes amplitudes de travail pendant la semaine. Cette voiture fait partie du parc confédéral".

Les vélos ont été achetés chez Décathlon, ils appartiennent au service sécurité de la confédération, y compris celui que j'utilise

Thierry Lepaon
Partager la citation

D'autres "rumeurs qui circulent" ont été balayées par Thierry Lepaon, comme des vélos achetés par la CGT ou des vacances qui auraient été réglées par la centrale.

"Les vélos: comme chacune et chacun d'entre vous le sait, j'ai eu un accident cardiaque l'an dernier. Mon cardiologue m'a demandé de continuer, malgré ma fonction, à faire régulièrement un peu de vélo. Pour des raisons de sécurité, la CGT a dû acheter des vélos pour mes accompagnateurs. Les vélos ont été achetés chez Décathlon, ils appartiennent au service sécurité de la confédération, y compris celui que j'utilise".

Il a réglé personnellement ses vacances en Corse

Il dit également avoir "passé une semaine de vacances en Corse du 2 au 9 août cette année", mais "ces vacances n'ont pas été payées par la confédération". "J'ai loué personnellement, par l'intermédiaire d'une annonce trouvée sur Le Bon Coin une petite maison de deux pièces".

Thierry Lepaon rappelle qu'il habite "depuis sept ans un logement HLM à Cabourg" et "paie un surloyer" compte tenu de ses revenus actuels. Il récuse les rumeurs selon lesquelles il aurait "fait refaire" son appartement de Cabourg "aux frais de la CGT": "Je ne l'ai d'ailleurs pas fait refaire du tout".

En revanche le numéro un n'évoque pas les travaux dans son appartement et son bureau sur lesquels il s'était déjà exprimé publiquement, en reconnaissant une "faute collective". Depuis l'administrateur-trésorier Eric Lafont, qui avait validé les travaux, a démissionné.

Lundi, Thierry Lepaon a dû affronter les cadres dirigeants de la CGT, dont beaucoup ont demandé sa démission.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cgt Thierry Lepaon Syndicats
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants