1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Caitlyn Jenner : comment aider un proche à vivre sa transidentité ?
5 min de lecture

Caitlyn Jenner : comment aider un proche à vivre sa transidentité ?

DÉCRYPTAGE - Bruce Jenner, père de Kylie et Kendall Jenner, a officialisé lundi 1 juin sa nouvelle identité en tant que Caitlyn Jenner, en couverture de "Vanity Fair". L'association Chrysalide Lyon nous éclaire sur le rôle important joué par les proches de personnes transidentitaires.

Caitlyn Jenner se révèle en couverture du "Vanity Fair" américain de juillet 2015
Caitlyn Jenner se révèle en couverture du "Vanity Fair" américain de juillet 2015
Morgane Giuliani
Morgane Giuliani

Ne l'appelez plus Bruce mais Caitlyn. Ne lui accordez plus de pronoms masculins, mais féminins. Né en 1949, Bruce Jenner est officiellement devenu Caitlyn Jenner ce lundi soir, révélant sa nouvelle identité en couverture du Vanity Fair américain. Cette ancienne athlète de haut niveau est l'un des parents de Kendall et Kylie Jenner, elles-mêmes demi-sœurs de Kim, Khloe et Kourtney Kardashian. Caitlyn Jenner a subi plusieurs opérations pour devenir la personne qu'elle s'est toujours sentie être, sans pour autant être sûre de vouloir aller jusqu'au changement de sexe. Sa famille, notamment ses six enfants, a fait part de son soutien dans plusieurs interviews.

Le rôle des proches de personnes transidentitaires est primordial

David Latour

Caitlyn Jenner est ce que l'on appelle une personne transidentitaire. Il s'agit d'une "personne dont l'identité de genre n'est pas en accord avec la catégorie 'garçon/homme' ou 'fille/femme' qui lui a été assignée à la naissance sur la base de son sexe biologique", explique Marie-Gabrielle Charlot, membre du groupe Transidentité et genre de l'association SOS Homophobie.

En d'autres termes, Caitlyn Jenner s'est toujours sentie femme à l'intérieur, malgré le fait qu'elle soit née avec un corps d'homme. Depuis son enfance, elle a senti cette dualité en elle. La transidentité recouvre plusieurs nuances, parmi lesquelles les personnes concernées se reconnaissent en fonction de leur besoin profond. 

Cailtyn Jenner en couverture du "Vanity Fair" américain
Cailtyn Jenner en couverture du "Vanity Fair" américain
Crédit :

Le témoignage touchant de Caitlyn Jenner

À 65 ans, Caitlyn Jenner peut enfin faire les changements qui lui permettent d'atteindre une harmonie entre son corps et ses envies. Le 15 mars, cette médaillée olympique a subi une opération de quinze heures pour féminiser les traits de son visage, après s'être fait retirer sa pomme d'Adam. Elle prend aussi des hormones pour changer sa voix, sa musculature, sa pilosité et augmenter sa poitrine. Lors de sa rencontre avec ABC, Caitlyn Jenner, alors encore prénommée Bruce, n'était pas sûre de vouloir aller jusqu'au changement de sexe.

À lire aussi

Le 1er juin, elle a créé son compte Twitter, qui a volé à Barack Obama le record du plus grand nombre d'abonnés en moins d'une heure : plus d'un million. "Je suis si heureuse après ce si long combat pour être moi-même. Bienvenue au monde Caitlyn. J'ai hâte que vous appreniez à la/me connaître", a publié l'intéressée.

"Je suis une femme", déclarait-elle fièrement et avec émotion le 24 avril, sur la chaîne ABC. "J'ai toujours été confuse à propos de mon identité de genre, depuis que j'étais haute comme trois pommes. J'ai essayé de l'expliquer à mes enfants de cette façon : Dieu s'est penché sur moi, et m'a donné toutes ces qualités, cette détermination. Il s'est aussi dit qu'il me fallait bien quelque chose à gérer et il a pensé : 'Donnons-lui l'âme d'une femme, et voyons comment il se débrouille avec'. [...] Mon cerveau est bien plus féminin que masculin, et les gens ont du mal à le comprendre.

Le soutien des proches est primordial

Brandon et Brody, deux des fils de Caitlyn Jenner, ont expliqué à Vanity Fair qu'ils "se sentent à la fois heureux pour leur père et inspirés par son courage." "J'avais peur de ne pas dire les bonnes choses, de ne pas agir de la bonne façon, ou de ne pas avoir l'air détendue", se souvient Cassandra, une des filles de Caitlyn, lorsqu'elle l'a rencontrée pour la première fois. "Nous avons parlé plus que jamais. Nous pouvions être deux filles ensemble."

"Le rôle des proches est primordial", insiste David Latour, membre de l'association Chrysalide Lyon, qui dispose d'un long fascicule fourmillant de conseils à l'égard des proches de personnes transidentitaires. Voici les principaux réflexes à bannir : faire des reproches à la personne transidentitaire, refuser son ressenti, ne pas utiliser le vocabulaire adéquat, et l'accuser de "succomber à une mode".

"Sans aller jusqu'aux violences transphobes physiques, des phrases du type 'Tu seras toujours mon frère' adressées à une soeur MtF ['Male to Female', relatif à un homme voulant devenir femme] ou 'tu resteras ma fille' à l'intention d'un fils FtM ['Female to Male', relatif à une femme voulant devenir homme] sont des paroles qui peuvent s’avérer blessantes", rappelle David Latour. "D'autant qu'elles révèlent qu'au fond, l'autre n'a pas réellement compris la portée du coming out trans de sa sœur ou de son fils."

Bruce a menti toute sa vie sur qui il est, et je n'ai plus la force de le faire

Caitlyn Jenner

Le plus important est "d'être à l'écoute et de rester attentif/ve aux interrogations" du proche concerné. "Un coming out trans est l'occasion pour la famille et les ami.e.s de renouer des liens qui n'étaient pas tout à faire fondés sur la transparence auparavant et d'établir une relation sur des bases plus saines", explique David Latour. "C'est ainsi que je le vois : Bruce a menti toute sa vie sur qui il est, et je n'ai plus la force de le faire", a résumé Caitlyn Jenner sur ABC.

Des progrès restent à faire

Une série de téléréalité va être consacrée au changement d'identité de Caitlyn Jenner. Son cas peut-il aider les personnes transidentitaires à mieux vivre leur situation ? "Même si sa famille semble avoir plutôt bien réagi, il me semble que Jenner est tout de même considérée comme une bête de foire, un phénomène exotique qui amuse la galerie et attise la curiosité de la rumeur", regrette David Latour, de l'association Chrysalide Lyon. "Même si cela n'était pas le cas et qu'elle était prise plus au sérieux, je me demande tout de même dans quelle mesure les gens établiraient un rapport entre leurs propres enfants ou leur collègue de bureau et une icône glamour qui fait la une de Vanity Fair."

Davis Latour rappelle ainsi qu'il est toujours aussi difficile pour les personnes transidentitaires d'exprimer leur ressenti : "En tout état de cause, il est trop tôt pour pouvoir dire que les jeunes peuvent parler de leur transidentité à leur famille et à leurs ami.e.s avec facilité et en étant certain.e.s d'être entendu.e.s et soutenu.e.s. Dans quelques années, peut-être pourrons-nous faire cet heureux constat, comme on peut parfois le faire à l'égard de l'homosexualité."

Pour aller plus loin sur le sujet de la transidentité : 
- le site de Chrysalide Lyon, leur brochure à destination des personnes transidentitaires et celle consacrée à leurs proches
cestcommeca.fr, site de l'association SOS Homophobie destinée aux jeunes gay, bi et trans
- le site de SOS Homophobie 
le site de la Fédération LGBT française, pour trouver leurs antennes régionales
le livre La Transyclopédie, de Karine Espineira, Maud-Yeuse Thomas et Arnaud Alessandrin, aux éditions des Ailes sur un Tracteurs, pour tout savoir sur les transidentités

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/