1 min de lecture Terrorisme

Cache d'armes d'ETA à Biarritz: deux suspects mis en examen

Lors de la perquisition, les enquêteurs ont notamment trouvé des détonateurs et plusieurs kilos de composants pour la fabrication d'explosifs.

Des officiers de police ont trouvé des composants pour la fabrication d'explosifs dans la ville Cambarre à Biarritz
Des officiers de police ont trouvé des composants pour la fabrication d'explosifs dans la ville Cambarre à Biarritz Crédit : IROZ GAIZKA / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le fait a surpris les habitants de la côte basque. Une villa cossue de Biarritz, en plein centre de la station balnéaire était la cache d'armes de l'organisation séparatiste basque ETA. Deux suspects ont été mis en examen et écroués. L'une, architecte de 38 ans, occupante de cette demeure historique et l'autre, un enseignant de 49 ans, originaire de Pampelune (nord-ouest de l'Espagne).


Lors de la perquisition, les enquêteurs ont notamment trouvé des détonateurs, plusieurs kilos de composants pour la fabrication d'explosifs, des centaines de munitions et 26 armes de poing, a indiqué une source proche du dossier. 

L'enquête a été lancée par le parquet antiterroriste de Paris à la veille de l'opération policière menée par la police judiciaire de Bayonne et selon les informations de Sud Ouest, en collaboration avec la police espagnole. Une information judiciaire a été ouverte dans la foulée, pour "détention d'armes, de munitions et de produits explosifs en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs" en vue de préparer des actes de terrorisme, a précisé la source judiciaire.

ETA, tenue pour responsable d'au moins 829 morts en 40 ans, a annoncé le 20 octobre 2011 renoncer définitivement à la lutte armée, mais elle n'a pas rendu ses armes et refuse de se dissoudre, comme l'exigent les gouvernements espagnol et français. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme ETA Biarritz
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants