4 min de lecture Société

Harcèlement sexuel : Brigitte Bardot critique les actrices qui "font les allumeuses"

Dans un entretien à "Paris Match", la star donne son point de vue sur le harcèlement sexuel et cible les actrices. "Pour qu'on parle d'elles, elles viennent raconter qu'elles ont été harcelées", lance Brigitte Bardot.

Isabelle Choquet La Revue de Presse Isabelle Choquet iTunes RSS
>
Brigitte Bardot dénonce les actrices "qui font les allumeuses" Crédit Image : AFP/Valéry Hache | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
BEGOT 245300
Amandine Bégot

Brigitte Bardot se lâche. La star accorde à Paris Match une grande interview qui va faire polémique. Celle qui a pendant des années été le symbole de l'émancipation des femmes s'insurge en effet contre ces actrices qui montent au créneau pour dénoncer le harcèlement sexuel.

"Les actrices, pas les femmes en général, précise-t-elle. Beaucoup font les allumeuses avec les producteurs pour décrocher un rôle. Ensuite, pour qu'on parle d'elles, elles viennent raconter qu'elles ont été harcelées."

"Hypocrite, ridicule, sans intérêt", ajoute Bardot, qui raconte n'avoir jamais été victime de harcèlement. "Je trouvais charmant en revanche, ajoute-t-elle, qu'on me dise que j'étais belle ou que j'avais un joli petit cul. Ce genre de compliment est agréable". Fin de citation. Cela risque de faire parler.

L'histoire du "premier porc"

Le Point, lui, a rencontré cette semaine "le premier porc". C'est le titre de cet article consacré à Éric Brion. C'est lui qui le premier a été balancé via le hashtag #Balancetonporc. "Ce jour-là, son existence, écrit l'hebdomadaire, a basculé."

À lire aussi
Laurent Gerra humour
La chronique de Laurent Gerra du 26 octobre 2020

"C'était un vendredi", se souvient-il. Il était en train d'accrocher des guirlandes et des ballons pour l'anniversaire de sa fille lorsqu'un ami lui signale le tweet. Au départ, Éric Brion n'y prête pas vraiment attention, mais très vite les retweets s'enchaînent, les insultes aussi. La machine infernale est lancée, impossible à stopper.

"Éric Brion se retrouve, écrit Le Point, à poil devant le monde entier, devant ses proches surtout, qui ont brutalement accès à cette part de lui-même, sa sexualité, qu'on ne dévoile évidemment jamais en famille." Il contacte alors son accusatrice, en vain. Peine à se souvenir de la date exacte du cocktail cannois durant lequel, ivre, il lui aurait dit : "Tu as de gros seins, tu es mon type de femme, je vais te faire jouir toute la nuit".

"Je sais seulement, explique-t-il, que nous avions échangé sur Messenger, et que, désolé, je lui avais présenté mes excuses." À l'automne 2017, après une carrière à France Télévisions et à la tête de la chaîne Equidia, Éric Brion était consultant indépendant, en même temps qu'en recherche d'emploi.

À partir du 13 octobre et de ce fameux tweet, les trois missions qu'il menait ont été annulées. Il était membre d'un jury, son nom a été radié. Peu à peu, tous les rendez-vous programmés ont été annulés les uns après les autres. Il a 51 ans, son agenda est vide.

Ce qui l'agace au plus haut point, c'est que deux éléments essentiels ne figurent pas dans les 140 signes qui ont fait de lui le premier porc. "Éric Brion, explique Le Point, n'a jamais travaillé avec Sandra Muller, ce qui rend le rapprochement avec l'affaire Weinstein hors sujet." Par ailleurs, "il n'a pas réitéré ses avances, stoppant net aussitôt qu'elle lui signifia son refus, contexte qu'elle ne nie pas d'ailleurs."

"Peut-on nier, conclut le journal, qu'il existe parfois dans les approches de la séduction humaine une part de provocation, de vulgarité, qui selon le contexte peuvent être dans un cas admissibles, dans l'autre intolérables ?" La question en tout cas a le mérite d'être posée.

Abandon du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes

À la une de vos quotidiens, Notre-Dame-des-Landes. "Histoire d'un fiasco", titre la Dépêche du Midi. "Notre-Dame-des-Landes, c'est fini", c'est la une de Presse Océan. "C'est non", dit de son côté Le Télégramme.

Globalement, tous les éditorialistes saluent ce jeudi 18 janvier une décision raisonnable. "Sage atterrissage", écrit Laurent Joffrin dans Libération. Dans Les Échos, Cécile Cornudet décerne un "brevet de copilote" à Édouard Philippe qui a su "prendre les commandes, définir la route, atterrir malgré le mauvais temps".

Nicolas Beytout est plus sévère. "Cette décision, écrit-il dans L'Opinion, marque un tournant dans le quinquennat. Jamais auparavant il n'avait renié un engagement de campagne."

Des avions 100% électrique en Norvège

Dans ce contexte, Le Figaro nous apprend que la Norvège s'apprête à devenir le tout premier pays à utiliser des avions de ligne 100% électrique. L'objectif en tout cas est ambitieux : d'ici 2025, le pays ouvrira les premières liaisons, dans un premier temps à bord d'un petit avion, avec 19 places seulement, et en 2040 il promet du 100% électrique pour toutes les liaisons intérieures et une partie des liaisons avec les autres pays scandinaves.

"Initiative unique en son genre pour l'instant, écrit Le Figaro, même si les projets, au sein des entreprises du secteur, se multiplient." 70 programmes ont pour l'instant été recensés dans le monde. Parmi eux, le projet d'avion électrique d'Airbus qui a récemment été relancé. L'avionneur européen souhaite présenter d'ici 2022 un appareil de 90 sièges, à propulsion hybride, en s'associant avec Siemens et Rolls Royce.

Johnny Hallyday voulait être enterré à Ramatuelle

Je vous parlais tout à l'heure d'une icône, Brigitte Bardot. Voici une autre légende, Johnny Hallyday. Son ombre plane encore dans la presse. Var-Matin révèle que le chanteur a bien failli être enterré en métropole, à Ramatuelle, tout près de Saint-Tropez, où vit Brigitte Bardot.

C'est ce qu'a confié le maire de la commune lors de ses voeux. "Johnny, raconte-t-il, m'avait écrit le 8 juillet 2005 pour confirmer sa volonté d'établir sa sépulture dans notre cimetière. Je lui avais répondu favorablement." Quelques années plus tard, il a finalement changé d'avis.

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Société Harcèlement Brigitte Bardot
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants