2 min de lecture Attentat

Bonbonnes de gaz dans une voiture à Paris : qui sont les personnes placées en garde à vue ?

ÉCLAIRAGE - Jeudi 8 septembre, trois femmes ont été arrêtées dans le cadre de l'enquête sur la voiture remplie de bonbonnes de gaz à Paris. Mardi et mercredi, deux couples avaient également été placés en garde à vue dans le même cadre.

Trois femmes ont été arrêtées dans l'Essonne jeudi 8 septembre, après la découverte d'une voiture remplie de bonbonnes de gaz à Paris
Trois femmes ont été arrêtées dans l'Essonne jeudi 8 septembre, après la découverte d'une voiture remplie de bonbonnes de gaz à Paris Crédit : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Marie de Fournas
et AFP

Dans la nuit du samedi 3 au dimanche 4 septembre, la police trouve en face de Notre-Dame de Paris une voiture abandonnée. Celle-ci n'a pas de plaques d'immatriculation et ses feux de détresse sont allumés. Dans son coffre, les forces de l'ordre découvrent cinq bonbonnes remplies de gaz ainsi qu'une sixième, vide, posée sur le siège avant.

Jeudi 8 septembre, trois femmes sont arrêtées dans l'Essonne dans le cadre de cette enquête. Elles sont respectivement âgées de 39, 23 et 19 ans. Les enquêteurs ont pour l'instant dévoilé peu d'informations sur les trois suspectes, excepté sur la plus jeune. Ce qui semble sûr, c'est que toutes les trois étaient "radicalisées, fanatisées" et "préparaient vraisemblablement de nouvelles actions violentes et de surcroît imminentes", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, à la presse, jeudi 8 septembre. 

La plus jeune avait prêté allégeance à Daesh

La jeune femme de 19 ans est la fille du propriétaire de la voiture abandonnée. Son père avait, quelques jours auparavant, déclaré aux enquêteurs que sa fille, fichée "S", avait disparu, probablement avec la voiture en question, une Peugeot 607. Avant de quitter l'appartement où elle résidait à Boussy-Saint-Antoine, un couteau dans les poches, Inès M. avait pris le temps d'écrire une lettre d'adieu à sa mère. 

Elle avait également gardé sur elle une autre lettre, dans laquelle elle prêtait allégeance à Daesh. Lors de son interpellation à Boussy-Saint-Antoine (Essonne) avec ses complices, elle a été blessée par balle après avoir poignardé l'un des policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

En contact avec le meurtrier présumé de Magnanville

À lire aussi
Des policiers devant la préfecture de police de Paris, après l'attaque perpétrée jeudi 3 octobre 2019. Paris
Radicalisation : 27 fonctionnaires de la Préfecture de police de Paris signalés

Certaines des femmes arrêtées connaissaient Hayat Boumeddiene, la compagne d'Amedy Coulibaly, le terroriste de l'Hyper Cacher. Selon iTélé, l'une d'elles était également en contact, via Internet, avec le meurtrier présumé de Magnanville, Larossi Abballa.

Les trois femmes apparemment désordonnées, n'ont pas réussi à mettre à exécution leur projet d'attentat. Elles auraient abandonné précipitamment la voiture remplie de bonbonnes de gaz. Elles voulaient y mettre le feu, mais se seraient disputées avant de s'enfuir.

Deux couples arrêtés et placés en garde à vue

Mais ces trois femmes ne sont pas les seules personnes à avoir été appréhendées par les forces de l'ordre dans le cadre de cette affaire. Deux couples résidant dans la région du Gâtinais, à proximité de Montargis (Loiret) ont également était interpellés. L'un des deux couples a été arrêté mardi 6 septembre à Orange, dans le Vaucluse. L'homme, âgé de 34 ans, et la femme de 29 ans, ont été interpellé avec leurs trois enfants. Ce couple serait proche de la mouvance islamiste radicale.

Un deuxième couple a été interpellé à son domicile dans le Gâtinais, mercredi 7 septembre. Les deux hommes seraient frères. Un témoin a déclaré à propos de ce couple qu'il s'agissait d'un ménage "discret". "Lui, je le connaissais comme ça, 'bonjour, bonsoir', c'était quelqu'un de discret, de très très aimable. J'ai appris qu'il était vigile", avant de rajouter qu'"avec lui, il n'y a jamais eu de soucis, il partait au boulot, il revenait, point à la ligne".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentat Paris Notre-Dame de Paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants