4 min de lecture Diaporama

Avec les séries télé, les transgenres gagnent en visibilité

EN IMAGES - Longtemps rendus invisibles dans les luttes pour l'égalité des droits, les femmes et hommes transsexuels tendent à être de plus en plus représentés, notamment par le biais des séries télé. Tour d'horizon des personnages trans les plus connus du petit écran.

Jenny et Max, en couple dans "The L Word"
6 >
Jenny et Max, en couple dans "The L Word"
Ava Moore, femme fatale dans "Nip/Tuck"
Mia et ses enfants, dans "Hit And Miss"
Laverne Cox interprète Sophia Burset dans "Orange is the New Black"
Maura est l'héroïne de "Transparent"
Amanita et Nomi, le couple phare de "Sens8"
1/1
Charlie Vandekerkhove
Charlie Vandekerkhove
Journaliste RTL

Dans LGBT, on oublie souvent la dernière lettre. Mais, ces dernières années, avec la multiplication des séries télé, de The L Word au récent Sens8, en passant par Transparent, plusieurs personnages trans se sont distingués. Très différents les uns des autres, tous permettent aux trans d'être représentés d'une manière ou d'une autre, avec les limites que cela comporte. Adulés ou critiqués, voici quelques personnages majeurs apparus sur le petit écran.

Max, l'ingénu débarqué à L.A. dans "The L Word"

C'est sans doute celui qui a le moins convaincu les téléspectateurs trans. Max Sweeney apparaît dans la 3ème saison de la série ouvertement lesbienne, The L Word. Fraîchement arrivé de sa campagne profonde à Los Angeles, c'est un FtM (Female to male). Quand les téléspectateurs le découvrent, il n'a pas encore commencé sa transition, et l'on assiste au fil des épisodes à sa prise de décision et à son changement progressif.

Mais si Max n'est pas très apprécié, c'est justement parce qu'il ne sait pas ce qu'il veut et que son parcours de transition est traité de manière simpliste. Après avoir pris des hormones masculines de manière illégale, il se décide à consulter un spécialiste sur le conseil d'une connaissance. Très rapidement, on lui concède une mastectomie bilatérale (ablation des deux seins), avant qu'il ne revienne finalement sur sa décision sous l'influence de sa petite amie. En réalité, toute personne souhaitant entamer une transition doit consulter un psychiatre. Il s'écoule en général plusieurs mois avant la prescription d'hormones et davantage encore avant une opération. 

Malgré les limites de son personnage, l'apparition de Max dans une série d'envergure au début des années 2000 a permis de mettre l'accent sur les problématiques rencontrées par les trans. En particulier le rejet dont ils et elles sont victimes au sein de la communauté LGBT. 

Ava Moore, la femme fatale de "Nip/tuck"

À lire aussi
Transsexualité
Élisabeth Moreno souhaite que les jeunes transgenres puissent utiliser leur prénom d'usage à l'école

Deux ans avant les premiers pas de Max dans The L Word, Ava Moore apparaît dans Nip/Tuck, la série trash et sexy de Ryan Murphy. Femme fatale mystérieuse et terrifiante à la fois, elle revient dans plusieurs épisodes, répartis sur trois saisons. 

Interprétée par la brune Famke Janssen, cette "coach de vie" (l'équivalent d'une psy) ne laisse pas les spectateurs indifférents. Dans cette série, son identité trans est évoquée tardivement et crée la surprise mais elle n'est pas explorée en tant que telle. Dans l'imaginaire qui entoure Nip/Tuck, Ava reste surtout comme une sulfureuse séductrice. 

Mia, tueuse à gages dans "Hit And Miss"

C'est l'une des séries les plus originales de ces dernières années. Diffusée en 2013 sur Canal +, Hit And Miss n'a eu le droit, hélas, qu'à une saison de six épisodes. Mais ce fut assez pour qu'elle marque les esprits. Et cela en très grande partie grâce à son personnage principal, Mia, une tueuse à gages trans incarnée impeccablement par la française Chloé Sévigny.

Le pitch est à l'image de la série, inattendue : Mia, MtF encore en transition, devient criminelle professionnelle pour pouvoir payer son opération. En cours de route, elle apprend qu'elle a eu un fils avec son ex-compagne, décédée depuis. Elle va alors décider de s'occuper de l'enfant, ainsi que de ses trois frères et sœurs. Si la trop grande récurrence des scènes de nue a été largement critiquée, la série a su aborder avec finesse les interrogations de Mia. Pour cette raison, elle reste l'un des plus beaux personnages de série. 

Sophia Burset, coiffeuse en prison dans "Orange is the New Black"

À l'instar de Mia la tueuse à gage, Sophia est elle aussi hors-la-loi. Arrêtée pour fraude alors qu'elle voulait financer sa transition et son traitement hormonal, elle se retrouve enfermée dans une prison pour femmes, aux côtés des autres héroïnes de Orange is the New Black (Netflix). Interprétée par l'actrice Laverne Cox, la première noire transsexuelle à voir fait la couverture du Time, elle est l'un des personnages les plus sympathiques de la série. 

Dans son salon de coiffure improvisé à l'intérieur de la prison, elle reçoit ses codétenues, les écoute tout en les remettant à leur place avec son humour naturel. Personnage simple et touchant, elle se bat pour améliorer sa relation avec son fils adolescent qui a du mal à accepter son changement de sexe. En quelques épisodes, elle est devenue l'une des représentantes les plus célèbres de la cause trans, de la fiction à la réalité. 

Maura, cheffe de famille hippie dans "Transparent"

Cette mini-série diffusée en ligne par Amazon n'a hélas pas encore trouvé de diffuseur en France. Première du genre à aborder frontalement la question, Transparent joue sur deux tableaux, comme son nom l'indique : elle étudie la question de l'identité et des apparences, mais aussi le fait d'être trans et parent, ou d'être enfant de parent trans. 

Sa clé de voûte, le personnage de Maura, est une femme qui entame sa transition et l'annonce à sa famille (son ex-femme et ses trois enfants gâtés et quelque peu paumés) passée la soixantaine. Avec beaucoup de finesse, c'est l'acteur Jeffrey Tambor qui incarne la charismatique Maura. En parallèle de la transformation de ce personnage, c'est celle de chaque membre de la famille qui est scrutée, car chacun se retrouve peu ou prou face à une crise identitaire.

Nomi, la blogueuse de "Sens8"

Nomi est une jeune femme engagée. Ouvertement lesbienne et trans, elle partage sa vie avec sa petite amie Amanita. Mais son quotidien est bouleversé quand elle se révèle être "sensate". Ils sont au total huit de ce genre nouveau, hommes et femmes dotés d'un don qui leur permet d'être sensitivement "connectés". 

Sens8 est la série de Andy et Lana Wachowski (Matrix, Cloud Atlas) qui cartonne sur Netflix, depuis ses débuts en juin. À travers le personnage de Nomi, Sens8 met en scène la transphobie et l’hostilité d’une partie de la communauté LGBT à l’égard des personnes trans. La réalisatrice Lana Wachowski, qui a fait son coming-out trans en 2012, s'est sans doute inspirée de sa vie propre en imaginant ce personnage, juste et captivant.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Diaporama Société Séries
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants