2 min de lecture Attentats à Paris

Attentats à Paris : Michel Houellebecq charge François Hollande et Manuel Valls

Dans un journal italien, l'écrivain a publié une lettre ouverte où il accuse nos dirigeants actuels et les rend responsables des attaques de Paris le 13 novembre.

Michel Houellebecq à un festival littéraire en Allemagne en janvier 2015.
Michel Houellebecq à un festival littéraire en Allemagne en janvier 2015. Crédit : PATRIK STOLLARZ / AFP
Cécile De Sèze
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

Les événements douloureux dans notre pays n'effacent pas les polémiques. S'ils les balayent un temps, elles reviennent toujours au galop. Celle-ci vient de commencer et a tout pour être promise à un bel avenir. Michel Houellebecq s'est exprimé sur les attentats qui ont endeuillé le pays vendredi soir. L'auteur aux écrits subversifs a choisi de publier une lettre ouverte dans un journal italien, Corriere della sera, ce même quotidien qui avait recueilli les propos d'un autre polémiste en 2014.

Michel Houellebecq pointe du doigt et désigne ses coupables : François Hollande et Manuel Valls, et plus généralement, "les gouvernements qui se sont succédé ces dix dernières années" et qui "ont failli pitoyablement, lourdement et systématiquement dans leur mission fondamentale, qui était de protéger la population française", relayent nos confères des Inrocks

François Hollande est un "insignifiant opportuniste"

Pour l'auteur du très controversé mais succès en librairie Soumission, il n' y a pas de doute : "La situation malheureuse dans laquelle nous nous trouvons est due à nos responsables politiques ; et ces responsabilités politiques devront être tôt au tard analysées." Cela avant de traiter le président d'"insignifiant opportuniste qui occupe le poste de chef de l'État", le Premier ministre de "retardé congénital" et de mettre l'expression de "ténors de l'opposition" entre guillemets accompagnée de "(LOL)". 

"Qui a annoncé des coupes au sein des effectifs de police, les a réduit à l’exaspération, incapable de mener à bien leurs fonctions ? Qui a expliqué pendant des années que nos anciennes frontières n’avaient plus de sens, qu’elles étaient un un symbole nauséabond du nationalisme d’avant ?" poursuit-il. Seul un homme sort son épingle du jeu, c'est Dominique de Villepin car, grâce à lui, nous ne sommes pas allés en Irak félicite Michel Houllebecq d'après qui l'ancien ministre des Affaires étrangères "restera dans l'histoire". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats à Paris Michel Houellebecq François Hollande
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants