1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Attentats à Paris : "Made in France", le film maudit, sera visible en VOD le 29 janvier
2 min de lecture

Attentats à Paris : "Made in France", le film maudit, sera visible en VOD le 29 janvier

Tourné avant les attentats de janvier 2015, le long métrage avait anticipé les attaques du 13 novembre dernier. On pourra finalement bientôt le voir sur Internet.

Le Bataclan à Paris après les attentats du 13 novembre 2015
Le Bataclan à Paris après les attentats du 13 novembre 2015
Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP
Attentats à Paris : "Made in France", le film maudit, sera visible en VOD le 29 janvier
03:31
Loïc Farge
Loïc Farge

C'est l'histoire d'un film de fiction brûlant, en avance sur son temps et qui a eu tort d'être rattrapé par la réalité. Made in France avait été tourné en 2014. Il était en montage au moment des attentats de janvier 2015. Il devait sortir au cinéma le mercredi 18 novembre dernier. Le soir des attentats du 13 novembre, les affiches choc - une Kalachnikov géante verticale accolée à la tour Eiffel - étaient déjà placardés dans le métro. La sortie en salle a immédiatement été annulée. Comment le cinéma a-t-il pu oser imaginer ce qui s'est produit ? Car le film raconte à peu de chose près le 13 novembre. Une cellule jihadiste, des Français qui projettent des attentats à Paris. Le film nous fait entrer dans cette cellule terroriste grâce à un journaliste qui a infiltré le groupe et qui est dépassé par la haine froide ces jihadistes amateurs qui préparent un attentat sur les Champs-Élysées.

Tellement prémonitoire

L'idée de ce film si prémonitoire est née pendant l'affaire Merah. "Quand j'ai vu un Mohamed tué un autre Mohammed", nous a répondu Nicolas Boukhrief, le réalisateur. A Montauban en mars 2012, Mohamed Merah a tué Mohamed Legouard. Le militaire abattu à Montauban avait le même prénom, le même âge (23 ans) et la même origine (algérienne) que son assassin. Nicolas Boukhrief, 52 ans, un routier du cinéma, n'a jamais eu autant de mal à mener à bien un projet. Certains producteurs lui expliquent qu'ils ont trop peur. Les acteurs, stars ou non, déclinent. La SNCF refuse de lui louer un terrain vague. Nicolas Boukhrief invente un faux scénario, sans jihadiste, pour trouver enfin des lieux de tournage.

Arrivent les événements tragiques de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher. Le distributeur du film jette alors l'éponge. Boukhrief met six mois à trouver une quarantaine de salle pour montrer son "film maudit". Arrive le 13 novembre. Les patrons des salles de cinéma disent que leur caissier et leurs ouvreur obt trop peur. Il ne reste plus qu'une quinzaine de salles. Début janvier, l'équipe décide de sortir le film directement en VOD.

Comprendre sans justifier

Qu'est-ce que ce qu'un film de fiction si proche de la réalité peut nous apporter ? Nicolas Boukhrief est convaincu qu'un dialogue ou qu'une réplique peuvent parfois en dire plus que des heures de documentaire. Il aussi convaincu qu'il faut faire la démarche de comprendre. "Actuellement on est beaucoup dans un langage extrêmement guerrier. mais si on ne cherche pas à comprendre qui sont ces personnes, on ne pourra pas avancer", dit-il. "Qu'est-ce qui fait dans la société française que des jeunes gens nés en France se retrouve à un tel moment de détestation d'eux-mêmes ? Je ne pense pas que quelqu'un qui nage dans le bonheur ait envie de se faire exploser au milieu d'une foule. Si on reste juste terrorisé par les actes qu'ils commettent, on ne pourra jamais résoudre ce problème", analyse Nicolas Boukhrief.

À écouter aussi

"Comprendre l'ennemi" sans justifier ses actes évidemment, c'est ce que tente de faire le film. Dimitri Storoge, le comédien qui est entré dans le peau du djihadiste, confie que le soir du 13 novembre il a été évidement sonné, secoué, bouleversé comme nous tous. Mais lui avait déjà "l'impression de déjà connaitre ceux qui avait fait ça".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/