2 min de lecture Consommation

Attentats à Paris : les Français désertent les marchés de Noël de la capitale

À quelques jours de Noël et six semaines après les attentats, les commerçants constatent une large baisse de la fréquentation.

Des soldats français au Marché de Noël de Strasbourg le 27 novembre 2015 (Illustration).
Des soldats français au Marché de Noël de Strasbourg le 27 novembre 2015 (Illustration). Crédit : PATRICK HERTZOG / AFP
Marine Cluet Journaliste

Un mois après les attentats qui ont fait 130 morts à Paris et à Saint-Denis, près de neuf Français sur dix (89%) affirmaient ne pas avoir changé leurs habitudes quotidiennes selon un sondage BVA publié le 12 décembre. Une étude que réfuteraient de nombreux commerçants des marchés de Noël de la capitale. Depuis les événements du 13 novembre, les Français semblent avoir déserté ces marchés. 

Lors d'un reportage signé France TV Info, les commerçants font le triste constat de leurs caisses vides. Vendeur de vêtements en cuir, laine et fourrure sur le marché de Noël de la Défense, dans les Hauts-de-Seine, depuis sept ans, René craint de ne pas pouvoir rentrer dans ses frais. Pour rentabiliser son emplacement, qu'il paye environ 200 euros par jour, soit 7.500 en tout sur la période, il faudrait qu'il gagne au moins 500 euros au quotidien. Mais la consommation n'est pas à la fête : le premier samedi il a empoché 110 euros, contre 700 à 1.000 habituellement. Il assure que cette année, son chiffre d'affaires est divisé par deux. 

À quelques stations de métro de là, sur le marché de Noël des Champs-Élysées, Zachari s'inquiète aussi. Pour la première fois, le Parisien de 32 ans vend ses créations, des vêtements et casquettes, et ignore si son emplacement, qui lui a coûté 18.000 euros, sera rentable. "Le marché a ouvert le 13 novembre. On a fait une très belle journée, ça commençait bien et puis c’était déjà fini".

Les grandes enseignes touchées

Malgré un déploiement massif des forces de l'ordre et la multiplication des fouilles, la peur du terrorisme touche également les grandes enseignes, comme les Galeries Lafayettes. Alors que l'année dernière, se déplacer à travers les rayons était mission impossible, cette année "il n'y a pas vraiment foule. Pour un mois de décembre, le trafic a énormément baissé" remarque Cyrielle, responsable d'une boutique de vêtements. Pour éviter de se déplacer, beaucoup ont préféré les commandes en ligne explique Jessica, vendeuse de bijoux dans le grand magasin. 

À lire aussi
Des bouteilles Coca-Cola en plastique consommation
Coronavirus : vers une pénurie de Coca-Cola ?


Pourtant, les Français n'ont pas pour autant freiné leur consommation. Le 5 décembre dernier, 42 millions de transactions par carte bancaire ont été enregistrées, soit un record absolu selon le GIE Cartes bancaires. La vente en ligne, notamment boostée par l'extension de la période du Black Friday, a également connu une forte croissance. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Consommation Noël Attentats à Paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants