1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Attentats à Paris : ce que l'on sait d'Abdeslam Salah, le 8e homme activement recherché
2 min de lecture

Attentats à Paris : ce que l'on sait d'Abdeslam Salah, le 8e homme activement recherché

REPLAY / ÉCLAIRAGE - La trace de cet homme de 26 ans a été perdue en Belgique, alors qu'il était sur les lieux de l'attentat vendredi 13 novembre.

Un policier patrouille aux alentours du Bataclan, à Paris, samedi 14 novembre
Un policier patrouille aux alentours du Bataclan, à Paris, samedi 14 novembre
Crédit : PATRICK KOVARIK / AFP
Attentats à Paris : ce que l'on sait d'Abdeslam Salah, le 8e homme activement recherché
02:08
Julien Absalon
Julien Absalon

Si 7 terroristes ont été retrouvés morts après les attentats du 13 novembre à Paris et à Saint-Denis, un 8e homme est activement recherché par les enquêteurs : Salah Abdeslam. En fuite, cet homme de 26 ans fait l'objet d'un mandat d'arrêt international et d'un appel à témoins diffusé par la police nationale.

Sa trace a été perdue entre le nord de la France et la Belgique. Durant la soirée des attaques, Salah Abdeslam était dans la capitale, sans doute au volant de la Seat noire utilisée par le commando qui a visé les terrasses des cafés et restaurants dans les Xe et XIe arrondissement de Paris. Mais c'est aussi lui qui a loué il y a une semaine, dans une agence de Bruxelles, la Polo noire utilisée par l'autre commando, celui qui s'est attaqué au Bataclan.

Dans la Seat, Salah Abdeslam était avec son frère aîné Brahim. Ils se sont séparés au niveau du boulevard Voltaire, là où Brahim a actionné sa ceinture piégée devant un restaurant. Une cliente a été grièvement blessée dans cette attaque. Salah Abdeslam, lui, a continué son chemin, probablement jusqu'à Montreuil en Seine-Saint-Denis. Il a alors abandonné la voiture avec des kalachnikovs dans une rue à deux pas d'une mosquée.

Un produit retrouvé permet de produire l'explosif utilisé par les kamikazes

Le suspect aurait ensuite appelé deux amis en Belgique pour qu'ils viennent le récupérer à Paris. Ces deux hommes ont pris la route dans une Golf et sont donc venus l'exfiltrer. Cette voiture a été contrôlée par les gendarmes français, sur l'autoroute à hauteur de Cambrai, au matin du samedi 14 novembre. Un contrôle discret mais sans interpellation.

À lire aussi

Quelques heures plus tard, la Golf a été interceptée à Bruxelles. À l'intérieur : Mohamed Amri et Hamza Attou, les deux hommes qui venaient de se rendre à Paris. En revanche, plus de trace de Salah Abdeslam qui se cache donc quelque part. La police belge a alors placé les deux complices en garde à vue avant d'interpeller au moins cinq autres personnes, dont un troisième frère Abdeslam dans le quartier de Molenbeek en banlieue bruxelloise.

Au cours des perquisitions menées chez l'un des suspects notamment, un produit ressemblant à du nitrate a été saisi. Ce produit, en vente libre, peut être utilisé dans le mélange qui forme ensuite le triperoxyde de tricycloacétone (TATP), cet explosif qui équipait les ceintures des kamikazes. L'enquête est donc très active en Belgique, là où vivaient plusieurs de ces terroristes qui sont Français mais installés là-bas.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/