1 min de lecture Terrorisme

Attentat à Ouagadougou : "Mon mari ne voulait pas faire ce déplacement au Burkina Faso", regrette Cécile Cazier, l'épouse d'une des victimes

TÉMOIGNAGE - Cécile Cazier, épouse d'Arnaud Cazier qui a été tué par les islamistes d'Aqmi le 15 janvier, ne "sait pas ce qu'elle va devenir avec sa fille de 20 ans".

Vincent Parizot RTL Soir Week-End Vincent Parizot iTunes RSS
>
Le témoignage de l'épouse d'une des victimes Durée : | Date : La page de l'émission
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
Journaliste RTL

Deux Français ont perdu la vie dans l'attentat islamiste du vendredi 15 janvier à Ouagadougou, au Burkina Faso. Eddie Touati et Arnaud Cazier font partie des 29 morts de l'attaque revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Ils habitaient tous les deux dans l'Oise.

Cécile Cazier, l'épouse d'une des victimes en mission professionnelle à Ouagadougou, a réagi à la disparition de son conjoint au micro de RTL. "C'était un homme exceptionnel. On ne peut pas le dire autrement. Il a toujours travaillé pour nous. Il partait [en mission, NDLR] pour que sa famille ait toujours tout ce qu'il faut. Il ne voulait pas faire ce déplacement là. Il me l'avait dit. Il ne le sentait pas. C'était quelqu'un qui n'avait qu'une parole. Il a été jusqu'au bout et voilà où il en est maintenant. Je ne sais pas ce que l'on va devenir avec ma fille de 20 ans", a-t-elle confié.

Ils fêtaient la fin de leur chantier

Cécile Cazier, épouse d'Arnaud Cazier, une des 29 victimes de l'attaque terroriste de Ouagadougou, au Burkina Faso.
Partager la citation

En larmes, l'épouse d'Arnaud Cazier raconte comment son mari s'est trouvé piégé avec ses deux collègues de l'entreprise de transport située dans le Val-d'Oise : Eddie Touati et Antonio Basto, un Portugais vivant en France. "Ils partageaient toujours leur temps libre ensemble. Vendredi soir [15 janvier, NDLR], ils ont décidé de fêter la fin de leur chantier. Ils devaient rentrer lundi matin [18 janvier, NDLR]. Malheureusement, ce n'était ni le bon moment ni la bonne heure. Il était aimé de tout le monde, rieur, merveilleux, un être exceptionnel. Ma vie est chamboulée à tout jamais. J'ai 44 ans, je sors d'un AVC. Ça nous a rapproché, encore plus qu'avant. On a dit qu'on en profiterait. On a profité mais pas encore assez. Là, on se dit que c'est fini."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Burkina Faso Attentat
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants