2 min de lecture Santé

Attentat à Nice : Le fonds d'indemnisation aux victimes pourrait se retrouver à sec après l'attentat du 14 juillet

INFO RTL - Le fonds d'aide aux victimes risque de ne pas avoir assez d'argent pour tout payer. Près de la moitié du fonds a été dépenser pour les attentats de 2015. L'attentat de Nice risque de coûter beaucoup plus.

Des policiers patrouillent sur la promenade des Anglais, le 16 juillet à Nice
Des policiers patrouillent sur la promenade des Anglais, le 16 juillet à Nice Crédit : Francois Mori/AP/SIPA
L'Eco and You - Martial You
Martial You Journaliste RTL

Un conseil d'administration du Fonds d'aide aux Victimes (le FGTI) va se réunir dans les prochains jours. Officiellement, il n'y a aucun problème de trésorerie pour ce fonds. Mais le 10 février dernier, une mission a été confiée à deux organes d'enquête internes de l'administration : l'Inspection Générale des Finances à Bercy et l'Inspection Générale des Services du Ministère de la Justice car, comme l'indique la lettre de mission, "les indemnisations consécutives aux récents attentats du 13 Novembre (le Bataclan) pourraient fragiliser la situation financière du fonds".

Ce rapport est prêt mais n'a pas été publié à la suite des attentats de Nice. Le fonds dispose en théorie de 1,3 milliard d'euros en caisse. Côté gouvernement, on estime que les attentats de 2015 ont coûté aux alentours de 350 millions d'euros. Côté associations de victimes, on parle du double une fois que l'on aura indemnisé tous les préjudices économiques pour les parents-victimes qui étaient soutiens de famille au Bataclan.

Deux solutions à l'étude

Le problème, c'est le nombre de dossiers potentiels après l'attentat de Nice. 30.000 personnes étaient présentes jeudi 14 juillet, toutes potentiellement choquées en plus des blessés. 30.000 indemnisations, c'est financièrement impossible. Il faudra donc vraisemblablement "prouver" qu'on était bien sur place, proche du drame, pour justifier une prise en charge par le fonds. Mais les critères n'ont pas encore été arrêtés.


Une chose est sûre, les finances du fonds risquent de ne pas pouvoir suivre. Au gouvernement, on se dit que, malheureusement, il y aura peut-être d'autres drames dans les années qui viennent. Selon nos informations, on réfléchirait à deux solutions pour soulager le fonds. La première consisterait à augmenter la cotisation que chacun paie pour ce fonds lorsqu'il signe un contrat d'assurance dommage habitat ou voiture. On paie aujourd'hui 4,30€ par contrat mais la loi autorise à monter jusqu'à 6,30€. La deuxième serait de débloquer une enveloppe exceptionnelle de l'Etat pour les victimes de Nice. Pour l'heure, ce n'est pas arbitré.

À lire aussi
justice
Attaque à Nice : le suspect, Brahim Aouissaoui, mis en examen et écroué

Invitée de RTL, ce mardi 19 juillet, Marisol Touraine assure que "toutes les personnes qui ont besoin d'être indemnisées le seront". Selon elle, "le fonds recevra les financements nécessaires pour indemniser les victimes" et "il n'y aura pas de manque de ressources". Et d'ajouter : "Les soins des personnes hospitalisées seront pris en charge à 100% par la Sécurité sociale, y compris lorsqu'il y a des dépassements d'honoraires, pour que les victimes ne soient pas confrontées à des inquiétudes sur le plan financier".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Gouvernement Attentat à Nice
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants