2 min de lecture Armée

Armée de l'air : les pots de départ et d'arrivée coûtent très cher

À chaque fois qu'un gradé de l'armée de l'air prend ou rend les armes, Rafale et Mirage sont de sortie, perturbant au passage le trafic aérien.

Un Rafale français (illustration).
Un Rafale français (illustration). Crédit : GERARD JULIEN / AFP
Camille Schmitt
Camille Schmitt
Journaliste

L'armée de l'air ne lésine pas sur les moyens. Quand il s'agit de célébrer l'arrivée de nouveaux gradés ou de marquer le départ d'un ancien, Mirage et Rafale sont mobilisés. Des festivités qui coûtent cher et viennent perturber le trafic aérien, rapporte Libération.

Lundi 27 et mardi 28 août, deux gradés de l'armée de l'air quittent les rangs après de longues années de service. Leur "adieu aux armes" se fête en grande pompe. Pour chacun d'eux est organisée une réception sur le tarmac de l'aéroport de Villacoublay, dans les Yvelines, raconte le journal. Puis vient le moment du survol d'avions militaires

Pour le pot de départ du général Bernard Schuler lundi, deux Rafale et deux Mirage ont survolé la région parisienne, et un avion de surveillance Awacs pour le général Philippe Adam mardi. Le manège reprend ce vendredi 31 juillet, pour l'arrivée du général Philippe Lavigne, qui devient chef d'état-major de l'armée de l'air. 

À lire aussi
Un avion russe Sukhoï SU-24 décolle de la base aérienne de Hmeimim, dans la province de Lattaquié, le 3 octobre 2015 en Syrie. Syrie
Syrie : un avion russe abattu par erreur par la défense anti-aérienne syrienne

Perturbation du trafic aérien

De bien belles célébrations, mais qui ne sont pas gratuites. Une heure de vol coûte en moyenne 17.500 euros pour un Rafale, le double si le vol se fait en binôme. L'armée assure cependant que ces cérémonies entrent dans le cadre des heures de vol que les pilotes doivent régulièrement effectuer, et qu'il ne s'agit donc pas de dépenses supplémentaires.

Quand bien même, survoler les alentours de plusieurs aéroports (Orly, Villacoublay, Toussus-le-Noble, le Bourget) n'est pas sans conséquence. La Direction générale de l'aviation civile (DGAC) a du modifier la circulation aérienne dans la zone survolée par les avions militaires. Du 23 au 31 août, "une procédure de contournement est obligatoire pour les aéronefs en procédure d’arrivée ou de départ de Villacoublay, le Bourget, Toussus-le-Noble et Issy-les-Moulineaux (pour les hélicoptères). 

Ceux-ci seront soumis à des procédures spécifiques pouvant aller jusqu’à la suspension temporaire des vols", indiquent des documents consultés par Libération. Même les membres du gouvernement devront s'y plier : au Bourget et à Villacoublay (où sont stationnés les Falcons de l'État), en cas de vent d'ouest, atterrissages et décollages seront bloqués pendant une heure et demie. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Armée Aviation Aéroport
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794578444
Armée de l'air : les pots de départ et d'arrivée coûtent très cher
Armée de l'air : les pots de départ et d'arrivée coûtent très cher
À chaque fois qu'un gradé de l'armée de l'air prend ou rend les armes, Rafale et Mirage sont de sortie, perturbant au passage le trafic aérien.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/armee-de-l-air-les-pots-de-depart-et-d-arrivee-coutent-tres-cher-7794578444
2018-08-29 13:11:38
https://cdn-media.rtl.fr/cache/6NKnyT3Ugi7Vc9zxYkaGbg/330v220-2/online/image/2018/0313/7792612853_un-rafale-francais-illustration.jpg