1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. "Vache folle" : un cas confirmé dans les Ardennes
2 min de lecture

"Vache folle" : un cas confirmé dans les Ardennes

Le ministère de l'Agriculture confirme la présence d'encéphalopathie spongiforme bovine, ou maladie de la "vache folle", sur une vache Salers dans les Ardennes.

Des vaches dans un élevage (illustration)
Des vaches dans un élevage (illustration)
Crédit : AFP
Julien Absalon & AFP

Le cas suspect s'est avéré positif. Un cas "isolé" de vache folle a été confirmé dans un élevage des Ardennes, annonce jeudi 24 mars le ministère de l'Agriculture. "La suspicion de cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) détecté chez une vache de 5 ans décédée prématurément dans un élevage des Ardennes a été confirmée le 23 mars par le laboratoire de référence de l'Union européenne", indique le communiqué. Il s'agit du premier cas confirmé en France depuis 2011. Ce dernier était resté inexpliqué et isolé. Le ministère précise que "la détection de ce cas n'a aucune conséquence pour le consommateur".

L'anomalie avait été détectée à la mi-mars sur une vache Salers morte dans une ferme et qui n'était pas destinée à l'alimentation humaine. Dans l'attente de la conclusion de l'expertise effectuée en Grande-Bretagne, l'éleveur propriétaire de la vache avait vu son troupeau de 400 animaux être "mis sous surveillance" à titre préventif sur décision d'un arrêté préfectoral.

Le cas de "vache folle" ayant été confirmé, tous les animaux ayant été en contact avec le bovin malade ou bien lié à lui par filiation vont devoir être abattus, qu'ils se trouvent dans le même élevage ou dans une autre exploitation. Une mesure préventive pour limiter tout risque d'épidémie. "On n'abat pas nécessairement tout le troupeau, tout dépend de l'organisation de l'élevage. Il faut vraiment attendre les résultats de l'enquête, qu'on ait pu reconstituer tout le puzzle, l'historique de l'animal et ses conditions d'élevage", expliquait cependant un expert de la Direction générale de l'alimentation (DGAL).

La France était en "risque négligeable"

Maladie dégénérative du système nerveux central des bovins, la "vache folle" peut être transmise à l'homme en cas de consommation de produits infectés. Elle provoque alors chez l'humain des symptômes proches de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, qui est elle aussi une dégénérescence du système nerveux.

À lire aussi

Depuis l'interdiction des farines animales à la fin de l'année 2001 après la crise sanitaire connue dans les années 1990, le nombre de cas de "vache folle" a immédiatement chuté en Europe, qui n'avait connu que deux cas isolés depuis 2015. En mai dernier, la France avait été requalifiée parmi les pays "à risque négligeable" par l'Organisation mondiale de la santé animale. Mais avec ce nouveau cas, la France pourrait être reclassée en "pays à risque maîtrisé". Un nouveau coup dur pour la filière bovine déjà en difficulté.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/