2 min de lecture Air France

Air France : les passagers seraient espionnés par la NSA

La NSA et son homologue britannique espionnerait les données téléphoniques des passagers de la compagnie française mais aussi d'Air Mexico, pour éviter "un nouveau 11 septembre".

Des avions Air France (illustration)
Des avions Air France (illustration) Crédit : AFP / THOMAS SAMSON
Eleanor Douet
Eléanor Douet

Trois ans après les premières révélations d'Edward Snowden, l'ampleur des méthodes de la National Security Agency (NSA) se précise. Dans une série de documents exploités par Le Monde, on apprend, mercredi 7 décembre, que la NSA et son homologue britannique (le GCHQ) ont mis sur écoute les communications téléphoniques passées dans les avions de plusieurs compagnies aériennes, en particulier Air France. Les agences de renseignement auraient pu capter toutes les données, y compris les codes secrets, des communications des passagers.

Le système est particulièrement performant puisqu'il permet une collecte d'information en temps réel. Rien de plus facile pour la NSA et le GCHQ, qui peuvent capter les signaux des téléphones dès qu'ils se trouvent à une altitude de 10.000 pieds. "Le signal transitant par satellite, la technique d’interception se fait par des stations secrètes d’antennes au sol", précise le quotidien du soir. 

Tous les téléphones allumés pendant un vol seraient donc localisés. Le dispositif permettrait même aux espions britanniques de perturber le fonctionnement d’un téléphone pour forcer son utilisateur à le redémarrer. Il pourrait ainsi récupérer ses identifiants le plus simplement du monde. Les documents de Snowden indiquent que ce dispositif aurait été mis en place pour éviter "un nouveau 11 septembre". En effet, la CIA considère que les vols Air France et Aeromexico sont des cibles potentielles des terroristes. Le service juridique de l’agence américaine avait donc donné son feu vert.

Démenti d'Air France

Pourtant, ces mêmes documents prouvent que ce dispositif ne concerne pas uniquement les jihadistes potentiels. Sous la forme d’une devinette, les documents citent comme cibles potentielles des profils beaucoup plus variés : "Quel est le point commun entre le président du Pakistan, un trafiquant de cigares ou d’armes, une cible du contre-terrorisme ou le membre d’un réseau de prolifération nucléaire ? Ils utilisent tous leur téléphone portable lorsqu’ils sont dans un avion".

À lire aussi
Un avion de la compagnie Aigle Azur (illustration) transports
Aigle Azur : les compagnies aériennes françaises en pleines turbulences

Suite aux révélations du Monde, Air France a tenu à répondre et dément être vulnérable aux interceptions en vol. La compagnie a indiqué qu’aucune communication vocale n’était possible à bord de ses vols, à l’exception d’une expérimentation temporaire menée en 2007. "Air France rappelle que les communications vocales ne sont pas possibles depuis ses vols. [Un] premier test n’ayant pas été concluant, le projet avait été définitivement abandonné", précise-t-elle dans son communiqué.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Air France NSA Affaire Snowden
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants