3 min de lecture Allemagne

Agressions sexuelles à Cologne : l'Allemagne face au choc des cultures

REPLAY - Depuis le 1er janvier, 766 plaintes ont été déposées après les agressions sexuelles commises à Cologne la nuit du réveillon.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Agressions sexuelles à Cologne : l'Allemagne face au choc des cultures Crédit Image : Romain Boé | Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

Elles sont trois. Elles s'appellent Lisa, Jessica et Élodie. Leur vie a basculé le soir du réveillon à Cologne en Allemagne. Comment savoir ce qui s'est réellement passé ce soir-là ? Eh bien en essayant d'interroger les victimes. C'est ce qu'a fait Annick Cojean pour Le Monde et son enquête intitulée La nuit des chasseurs est aussi éclairante qu'édifiante.

"Je parle pour toutes les femmes", dit même Lisa. Elle a 24 ans, elle termine ses études de dentistes et le 31 décembre, elle est arrivée à Cologne par le train avec trois copines. Elle débarque dans le hall de la gare à 23h et découvre alors un environnement étrange. Une masse compacte d'hommes bruns, entre 20 et 30 ans visiblement originaire d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient : "des dizaines d'hommes au regard allumé et intrusif", dit-elle. 

"D'emblée, ils nous encerclent en nous scannant sans la moindre retenue". Aucun uniforme de police a l'horizon, les 4 copines sont cernées, fuient la gare et se retrouvent sur la place avec là encore, "Que des hommes, excités, arrogants, éméchés, menaçants. On ne pouvait plus bouger. On avait le souffle coupé". Les filles ont senti des mains partout sur elles. Elles foncent tête baissée et réussissent à s'échapper. Lisa raconte aussi sa sidération le lendemain, quand elle a vu les communiqués sibyllins de la police parler d'une nuit globalement calme avec ambiance détendue.

Toute l’Allemagne tremble depuis 1945 d'être exposée à cette accusation (de racisme) et cela nous paralyse.

Lisa, victime des agressions de Cologne
Partager la citation

Depuis, 766 plaintes ont été déposées par des femmes. Lisa, elle n'est pas allée à la police. "Que lui dire ? On ne lui a rien volé, si ce n'est une confiance dans sa liberté à sortir sans protection  masculine un soir de fête", explique Annick Cojean. Et ne lui faites pas le coup de la taxer de racisme : "Ce chantage m'est odieux, toute l’Allemagne tremble depuis 1945 d'être exposée à cette accusation et cela nous paralyse". 

Et 3 semaines après les faits il est étonnant de voir le nombre d'articles consacrés ce matin à cette nuit du réveillon en Allemagne dans la presse française. Dans Le Figaro, tribune de Mathieu Bock coté intellectuel québécois  pour qui les agressions de Cologne représentent "une régression civilisationnelle épouvantable. La femme ici redevient une prise de guerre. Qu'on le veuille ou non", ajoute -t-il. "Toutes les cultures ne sont pas interchangeables".

Le choc des cultures n'explique pas tout

À lire aussi
Bruno Dey se dissimulant le visage en arrivant à l'audience le 17/10/19 nazi
Allemagne : un ancien gardien de camp nazi exprime "de la peine" à son procès

Dans Libération, deux chercheurs comparent les événements de Cologne aux bizutages lors des fêtes étudiantes ou aux débordements des fêtes de Bayonne. Cologne, c'est une variation ethnique de la domination masculine


C'est aussi ce que retient La Croix, rien pour le moment ne prouve à ce stade que les suspects soient de nouveaux arrivants. La seule certitude, c'est que 98% des auteurs de ces violences sont des hommes. Et la théorie du choc des cultures dissimule une réalité que les sociétés européennes ont du mal à admettre : la persistance des violences contre les femmes. "Le choc des cultures n'explique pas tout", titre La Croix qui, notez le au passage, parait ce matin dans une nouvelle formule. 

Le titre est désormais orange, et la mise en page est un mélange intéressant entre Les Échos et Libération. C'est  Bernard Cazeneuve qui fait la Une de cette nouvelle formule. Long entretien sur deux pages du ministre de l'Intérieur qui est aussi le ministre des Cultes. Est-ce parce qu'il parle à un journal catholique ? Bernard Cazeneuve tient en tout cas des propos inédits sur les "racines chrétiennes de la France qui sont incontestables au regard de son Histoire". "J'ai été admiratif, dit-il de la manière dont les catholiques ont réagi après l'attentat déjoué contre des églises de Villejuif. Ceux qui se complaisent dans le bruit feraient mieux de s'inspirer de la sagesse qui guide le clergé français et s’exprime dans les discours du pape sur la situation internationale ou l'environnement". En voilà un, choc des cultures.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Allemagne Agression
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants