1 min de lecture Auto

Radars : comment l'État va censurer les avertisseurs

La future Loi d’orientation des mobilités prévoit un article qui permettra aux forces de l'ordre de censurer, dans certains cas, les avertisseurs de radars.

Christophe Bourroux Auto-Radio Christophe Bourroux
>
Radars : comment l'État va censurer les avertisseurs Crédit Image : Flickr | Crédit Média : Christophe Bourroux | Durée : | Date : La page de l'émission
Christophe Bourroux
Christophe Bourroux Journaliste RTL

C'est une info qui va intéresser tous ceux qui utilisent les boîtiers type Waze ou Coyotte. Le gouvernement  avait déjà annoncé que les forces de l’ordre pourraient censurer dans certains cas les avertisseurs de radars. Eh bien cela se précise. En effet, les journalistes d’Auto Plus ont découvert cela dans la future Loi d’orientation des mobilités.

Un article permettra aux forces de l’ordre d’exiger des sociétés qui gèrent ces avertisseurs de radars qu’elles les inertes sur une zone géographique précise et pendant un laps de temps défini.

Le but du gouvernement est que certains types de contrôles de police et de gendarmerie ne soient plus signalés. Il s’agit des dépistages d’alcoolémie, de stupéfiants mais aussi des contrôles liés à une alerte enlèvement ou à un attentat. 

À lire aussi
Des seniors devant un passage piéton sécurité routière
Refuser la priorité à un piéton vaut désormais 6 points de permis en moins

Comment cela va se passer ?

Si un contrôle de police est organisé sur un rond-point, les forces de l’ordre chargées de ce contrôle pourront demander à ce que les avertisseurs de radars soient désactivés dans un rayon de 3 km et pendant une durée qui ne pourra excéder 3 heures s’il s’agit d’un dépistage d’alcool ou de stupéfiants. Mais ce délai pourra être étendu jusqu’à 24 heures s’il s’agit d’une alerte enlèvement ou d’un attentat.

Concrètement, cela veut dire que la fonction communautaire de ces avertisseurs de radars sera désactivée. Les automobilistes ne pourront plus se signaler mutuellement la présence d’un contrôle.

Les contrôles de vitesse exclus ?

En théorie, cette censure ne concernera pas les contrôles de vitesse. Ce ne sera possible que pour les quatre motifs déjà évoqués : alcool, drogue, alerte enlèvement ou attentat.

Mais rien n’empêcherait, a priori, des gendarmes de faire un contrôle de vitesse dans le périmètre de 3 km à proximité d’un contrôle d’alcoolémie. Dans ce cas, le contrôle de vitesse en question ne pourrait pas être signalé par les automobilistes.

En revanche, il faut préciser que les cabines radars fixes resteront toujours signalées par les avertisseurs, tout comme les bouchons ou les accidents.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Auto
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794453097
Radars : comment l'État va censurer les avertisseurs
Radars : comment l'État va censurer les avertisseurs
La future Loi d’orientation des mobilités prévoit un article qui permettra aux forces de l'ordre de censurer, dans certains cas, les avertisseurs de radars.
https://www.rtl.fr/actu/conso/radars-comment-l-etat-va-censurer-les-avertisseurs-7794453097
2018-09-15 08:34:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/tAlkFVwCrwSpzwCbSkOCWw/330v220-2/online/image/2018/0611/7793713236_la-france-represente-le-premier-marche-de-waze.jpg