1 min de lecture Cancer

Santé : les erreurs d'un laboratoire chinois pourraient causer des cancers en Europe

L'Agence européenne du médicament a alerté sur la présence d'une impureté dans une molécule chinoise qui devrait provoquer des cas de cancer en Europe.

Un traitement a été mis au point pour lutter contre une maladie qui atteint le tube digestif.
Un traitement a été mis au point pour lutter contre une maladie qui atteint le tube digestif. Crédit : LOIC VENANCE
Thibaut Deleaz
Thibaut Deleaz
et AFP

Les erreurs d'un laboratoire chinois vont provoquer des cas de cancer en Europe, a prévenu l'Agence européenne des médicaments (EMA) jeudi 2 août. Fabriquée en Chine, le valsartan, la molécule concernée, est utilisée comme principe actif de médicaments pour patients en cardiologie.

Le valsartan a été rappelé dans le monde entier par le laboratoire Huahai le 18 juillet dernier, en raison de la présence d'une impureté : du N-nitrosodiméthylamine (NDMA), une substance classée comme probablement cancérogène pour l'homme en cas d'utilisation prolongée. Les autorités européennes estiment que cette impureté se serait introduite comme "produit secondaire" après des changements dans le processus industriel du laboratoire en 2012.

"À l'issue d'une évaluation préliminaire, l'EMA estime qu'il pourrait y avoir un cas supplémentaire de cancer sur 5.000 patients prenant les médicaments touchés à la plus haute dose de valsartan (320 mg) chaque jour pendant sept ans", a écrit l'agence européenne dans un communiqué

"Pas de risque immédiat pour les patients"

L'agence ne sait pas combien de patients sont potentiellement concernés : elle attend des analyses qui permettront de déterminer la concentration de NDMA dans les médicaments en question. La molécule incriminée ayant été retirée du marché, l'EMA insiste pour que les patients continuent leur traitement.

À lire aussi
Parlons-nous - Dublanche Caroline Dublanche
L'amour plus fort que la mort

"Il est important de noter qu'il n'y a pas de risque immédiat pour les patients. Ceux qui prennent les médicaments touchés et ne sont pas encore passés à un autre ne doivent pas cesser de prendre leur traitement sans consulter leur médecin ou pharmacien", a-t-elle souligné. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cancer Chine Europe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants