1 min de lecture Chambéry

Bébés morts à Chambéry : un drame causé par un accident de production au laboratoire Marette

L'enquête a montré que la cause des décès vient d'un accident du côté du laboratoire Marette, sans que l'on sache comment la contamination a eu lieu. Les études sur la bactérie impliquée se poursuivent.

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, à l'hôpital de Chambéry, le 5 janvier 2014.
La ministre de la Santé, Marisol Touraine, à l'hôpital de Chambéry, le 5 janvier 2014. Crédit : AFP
Virgine Garin
Virginie Garin et La rédaction numérique de RTL

L'enquête l'a prouvé, c'est bien un accident de production au laboratoire Marette qui est en cause dans le décès de 3 nourrissons à l'hôpital de Chambéry, le mois dernier. Ils avaient tous été alimentés par ces poches de nutrition, produites par le petit laboratoire situé dans le Calvados. 

D'après la ministre de la Santé, Marisol Touraine, l'hôpital n'est pas totalement blanchi mais le germe impliqué vient bien de chez Marette. Il a été introduit dans des poches qu'il a fabriquées pour l'hôpital de Chambéry le 28 novembre dernier. Comment a eu lieu la contamination, personne ne le sait encore.

L'enquête a aussi montré des dysfonctionnements à l'hôpital de Chambéry. Par exemple, une poche périmée a été utilisée pour un enfant, qui lui n'est pas décédé.

Deux autres décès suspects

"Je veux dire très explicitement que la cause des décès ne réside dans les dysfonctionnements ou dans l'organisation des soins à Chambéry, elle réside dans les productions ou les conditions de production à un moment donné dans le laboratoire Marette", a affirmé Marisol Touraine.

À lire aussi
Une voiture passe devant un radar (illustration) faits divers
Savoie : au volant à 12 ans, il provoque deux accidents en deux jours

La ministre a également parlé de deux autres décès suspects de nourrissons à Chambéry, en décembre 2012 et mars 2013. Ces enfants ont été nourris avec des poches provenant du même laboratoire Marette, mais rien ne permet de dire qu'ils sont décédés à cause de ces poches.

Les études sur la bactérie impliquée se poursuivent

De son côté, l'Institut Pasteur continue de plancher sur la mystérieuse bactérie retrouvée dans les poches incriminées. Ana Maria Burguière, pharmacienne biologiste à l’Institut Pasteur, a expliqué au Parisien qu'il s'agit d'une bactérie "non encore décrite", ce qui signifie qu'elle ne vient pas forcément d'apparaître, "mais que c’est la première fois qu’elle est impliquée dans un problème de santé." Pour l'instant, "nous ne mesurons pas sa virulence", affirme-t-elle.

L'enquête se poursuit. En attendant, la production au laboratoire est toujours arrêtée.

>
Bébés morts à Chambéry : un drame causé par un accident de production au laboratoire Marette Crédit Média : Virginie Garin | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Chambéry Faits divers Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants