2 min de lecture Égalité hommes-femmes

Avortement : la "Marche pour la vie" défile à Paris galvanisée par l'exemple espagnol

RÉACTIONS- Les anti-IVG organisent une "Marche pour la vie" à Paris ce dimanche. Les militants anti-avortements entendent bien suivre l'exemple de l'Espagne, sur le point d'adopter une loi restreignant l'accès à l'IVG.

Une manifestation anti-avortement à Madrid, le 17 novembre 2013.
Une manifestation anti-avortement à Madrid, le 17 novembre 2013. Crédit : PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP
Micro RTL (illustration)
Nicolas Burnens
et La rédaction numérique de RTL

Pour la neuvième année consécutive, la "Marche pour la vie" défile dans les rues de la capitale. Mais cette année, sa résonance est particulière. A fortiori après le soutien affiché par le Pape François ce week-end.

À partir de 14h30 ce dimanche 19 janvier, les opposants à l'avortement doivent fendre Paris de la place Denfert-Rochereau aux Invalides. Pour l’occasion, ils seront vêtus de jaune et de rouge, pour saluer le gouvernement espagnol, qui restreint l'accès à l'avortement.

L'objectif est double : soutenir l'initiative du gouvernement espagnol donc, et dénoncer un amendement que les députés vont discuter lundi à l'assemblée dans le cadre du projet de loi sur l'égalité homme-femme.

La suppession de la notion de "détresse" dans le collimateur

Le texte porté par la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem prévoit d'assouplir les condition d'une (IVG) en supprimant la notion de "situation de détresse" de la loi Veil de 1975. De quoi laisser le champ libre aux avortements eugénistes, arguent les anti-avortement.

À lire aussi
coronavirus
Régionales : Najat Vallaud-Belkacem, testée positive au coronavirus, suspend sa campagne

"Si l'on supprime cette condition, laissée à la libre appréciation de la femme, c'est la porte ouverte à l'enfant à la carte, trié sur le sexe", prévient Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme-Lejeune, qui milite pour "le droit à la vie".

Les anti-IVG entendent également protester contre un autre amendement contenu dans le texte de la porte-parole du gouvernement, qui prévoit d'étendre le délit d'entrave au droit d'avortement au fait d'empêcher les femmes de s'informer sur l'IVG. Un frein à la liberté d'expression pour les manifestants de ce dimanche, qui considèrent ce dispositif comme une atteinte directe à leurs sites internet.

Revenir sur la loi Veil, les anti-IVG y croient

Les organisateurs du mouvement pro-vie, né en 2005 à l'occasion des 30 ans de l'adoption de la loi Veil, sont résolument optimistes. "Cela nous apporte beaucoup d'espoir", confie Cécile Edel, l’organisatrice de la marche. "Certaines personnes nous disent que l'on ne peut pas revenir sur une loi, que l'on ne pourra jamais restreindre l'avortement", explique-t-elle, précisant que c'est au contraire ce qu'ils souhaitent faire.

À noter qu'une contre-manifestation, pro-avortement, aura lieu en même temps à 14 heures dans le 13ème arrondissement de Paris, près de la Place d'Italie.

>
Les militants anti-avortement en colère contre un projet d'amendement Crédit Image : RTL | Crédit Média : Nicolas Burnens | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Égalité hommes-femmes Société Santé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants