4 min de lecture Télévision

"Viols sur mineurs" de Flavie Flament : un documentaire pour "faire bouger les lignes"

INTERVIEW - L'animatrice et auteure de "La Consolation" voit son livre et son travail portés à la télévision à l'occasion de deux soirées sur France 3 et France 5.

Flavie Flament est l'une des réalisatrices d'un documentaire consacré au délai de prescription des viols sur mineurs
Flavie Flament est l'une des réalisatrices d'un documentaire consacré au délai de prescription des viols sur mineurs Crédit : DAVID NIVIERE/SIPA
ArièleBonte
Arièle Bonte

Depuis la publication de La Consolation en octobre 2016 (Éditions Jean-Claude Lattès), Flavie Flament a occupé la scène médiatique pour ouvrir le débat sur les violences faites aux enfants.

Choisie par Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes sous le gouvernement de François Hollande, l'animatrice de On est fait pour s'entendre sur RTL a également ouvert un champ de réflexion autour du viol et du délai de prescription. 

À lire aussi
Lena Dunham dans la 6e et ultime saison de "Girls" société
Lena Dunham s'excuse après avoir défendu un scénariste accusé de viol

Un an plus tard, alors que le débat est toujours d'actualité, le récit de Flavie Flament sera porté à l'écran ce mardi 7 novembre sur France 3 dans une adaptation télévisée avec la jeune Lou Gable dans le rôle de Flavie Flament.

Mercredi 15 novembre, la chaîne France 5 poursuivra sa réflexion avec la diffusion Viols sur mineurs, Mon combat contre l’oubli, un documentaire poignant co-réalisé par Flavie Flament et Karine Dusfour. L'animatrice y donne la parole à plusieurs témoins, y compris d'autres victimes de David Hamilton et pose un à un ses arguments pour l'allongement du délai de prescription. Un événement télévisuel à ne manquer en aucun cas. 

>
Bande-annonce : La Consolation (07/11) Date :

Girls : Comment est-on passé d'un livre à un film et un documentaire ?
Flavie Flament : Quand le livre est sorti il y a un an, il n'avait pas vocation à être adapté en film ou en documentaire. Mais il a fait tellement fait bouger les lignes et fait prendre conscience de certaines effroyables réalités que certains médias ont voulu s'emparer de cette cause. Notamment France 5 qui a souhaité en faire un documentaire sur le combat pour le rallongement des délais de prescription et contre les violences faites aux enfants principalement. Moi j'y ai vu une occasion supplémentaire de faire avancer le combat. Plus on en parle, plus on sensibilise et plus on fera bouger les choses. 

C'est peut-être aussi une manière de toucher un autre public que celui du livre ?
C'est une démarche complètement différente de lire un livre et de regardeur un programme télévisé. Le fait de pouvoir la première semaine toucher dans le cœur des gens à travers l'adaptation du livre puis de porter un combat à travers le documentaire, c'est complémentaire. Le documentaire m'a aussi permis d'aller à la rencontre d'autres victimes.

Dans le documentaire, on voit d'ailleurs toutes ces personnes témoigner face caméra, ce qui est rare à la télévision...
La parole s'est libérée dans ce documentaire parce que je l'ai vécu. C'était important pour moi de donner la parole à deux autres femmes qui ont vécu exactement la même chose que moi avec le même prédateur. Mais aussi de pouvoir aller à la rencontre d'hommes, de voir leurs visages et la façon dont ils s'expriment. Je salue leur courage d'avoir témoigné à visage découvert.

On parle toujours des victimes à leur place et dans ce documentaire, ce sont elles qui prennent la parole

Flavie Flament, co-réalisatrice du documentaire "Viols sur mineurs"
Partager la citation

Je trouve qu'ils sont tous forts, dignes, parfois abîmés, détruits quelque part... On a une tendance à considérer que les victimes sont diminuées par ce qu'elles ont vécu mais elles sont la preuve qu'elles se sont emparées de leur histoire, qu'elles ont des choses à dire et qu'elles pensent ! On parle toujours des victimes à leur place, et dans ce documentaire, ce sont elles qui prennent la parole.

Quels impacts souhaitez-vous que ce documentaire provoquent sur le public ?
Ce que j'aimerais c'est la prise de conscience : celle du piège qui se renferme autour de l'enfant lorsqu'il est violé, les entraves à la parole de l'enfant, l'amnésie traumatique... Tout cela explique pourquoi il faut rallonger les délais de prescription. 

Extrait du documentaire "Viols sur mineurs"
Extrait du documentaire "Viols sur mineurs" Crédit : France 3

Comment avez-vous vécu le fait de raconter à nouveau votre histoire devant les caméras ?
L’exercice de la télévision, je le connais très bien mais c'était différent puisqu'on se situe ici dans le domaine de l'intime. Parler avec les victimes ce n'est pas difficile pour moi parce que je me suis reconstruite, même avant la sortie de mon livre. Mais retrouver les victimes de David Hamilton a bien été un moment extrêmement fort, je m'en souviendrai toute ma vie. On s'est beaucoup manqué, on était seules et la sortie de mon livre nous a réunies. Retrouver Alice, que je n'avais pas vu depuis trente ans, a été incroyable. On a des liens entre nous qui sont inaltérables. On est sœurs de souffrance.

La France doit-elle prendre l'exemple sur les pays comme l'Angleterre ou la Suisse, où le délais de prescription n'existe pas ?
Quand j'ai présidé la mission ministérielle, j'ai mieux découvert le droit français. C'est vrai qu'il y a des pays où la prescription n'existe pas. Mais en France, c'est l'un des piliers fondamentaux du droit français, on ne peut pas faire sans aujourd'hui. C'est pour cela qu'on a recommandé le rallongement des délais de prescription à 30 ans parce que c'est le maximum et qu'on peut le mettre en place dès demain.

Quel regard portez-vous sur la prise de parole des femmes via les hashtags #MeToo et #BalanceTonPorc ?
Je trouve que tout ce qu'il se passe est incroyable, on est en train de réaliser c'est d'une effroyable banalité. Tous les matins, on se réveille avec une nouvelle histoire. Certains trouvent que ces torrents de libération de la parole sont violents mais je pense que c'est à l'image de la violence que toutes ces femmes ont subie. Il y a un an, je me sentais un peu seule dans un monde qui n'était pas sensible à tout ça. Mais maintenant, je voudrai que la parole se libère aussi en France. Certains ne doivent pas dormir tranquille et moi, j’aime bien l'idée de tourmenter des prédateurs. 

La Consolation, téléfilm diffusé sur France 3 mardi 7 novembre à 21h05, suivi d'un débat en présence de Flavie Flament
Viols sur mineurs, documentaire diffusé sur France 5 mercredi 15 novembre

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Télévision Agression sexuelle Interview
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790779945
"Viols sur mineurs" de Flavie Flament : un documentaire pour "faire bouger les lignes"
"Viols sur mineurs" de Flavie Flament : un documentaire pour "faire bouger les lignes"
INTERVIEW - L'animatrice et auteure de "La Consolation" voit son livre et son travail portés à la télévision à l'occasion de deux soirées sur France 3 et France 5.
http://www.rtl.fr/girls/identites/viols-sur-mineurs-de-flavie-flament-un-documentaire-pour-faire-bouger-les-lignes-7790779945
2017-11-07 07:30:00
http://media.rtl.fr/cache/LW8q3Xp0HiM8wMA7cbHs-A/330v220-2/online/image/2017/1106/7790825513_flavie-flament-est-l-une-des-realisatrices-d-un-documentaire-consacre-au-delai-de-prescription-des-viols-sur-mineurs.jpg