Vendée Globe : les skippers sanctionnés s'ils approchent l'Antarctique de trop près

Les skippers ont obligation de prendre un autre chemin pour éviter un iceberg de 400 kilomètres de long.

>
Vendée Globe : les skippers sanctionnés s'ils approchent l'Antarctique de trop près Crédit Image : AFP PHOTO/NASA/HANDOUT Crédit Média : Adeline François Télécharger

A56 ! Non, ce n’est pas une bataille navale, mais le nom de code d’un iceberg qui s’est détaché de la banquise et qui dérive ces jours-ci dans l’Atlantique sud. Il mesure 400 kilomètres de long, plus de deux fois la Corse. Quatre satellites le scrutent 24 heures sur 24 et des ingénieurs se relaient nuit et jour depuis leur bureau de Toulouse pour assurer une veille et donner l'alerte à la direction de course du Vendée Globe. Car ce monstre de glace se trouve en ce moment tout près des skippers dans les 50e hurlants et ils ont interdiction de s'en approcher. Glace tous risquestitre Libération qui consacre deux pages à cette nouveauté du Vendée Globe : pour la première fois, a été instauré la ZEA, Zone d'Exclusion Antarctique.

Comme la Terre est ronde et que le Vendée Globe consiste à faire le tour du continent Antarctique en le laissant à tribord, c'est à dire à droite, plus on descend au sud et moins la distance est grande, mais plus les probabilités de rencontrer des glaces sont évidentes. Si les skippers s'en approchent trop, ils seront sanctionnés. Du coup, les voilà obligés de passer par un gigantesque couloir, réputé pour ses coups de vent à répétition, des vagues de la hauteur d'un immeuble de quatre étages, des ciels à la Rembrandt remplis d'albatros. C'est beau, mais très dangereux. C'est cela précisément que les skippers voulaient éviter en allant plus au sud, la glace plutôt que le vent. C'est désormais zone interdite. 

Un autre naufrage à éviter ce matin

À gauche rien ne va plus, titre Sud Ouest. Psychodrame au sommet de l'État en une du Figaro. Et une question en une du Parisien : Ça va durer encore longtemps ? Vos journaux reviennent largement ce matin sur la discorde entre François Hollande et Manuel Valls. les mots sont durs : vaudeville, la gauche façon puzzle, épisode tragi-comique, pantalonnade. "La France traverse une crise de régime sans précédent", assure Nicolas Beytout de L'Opinion qui trouve le chef de l'État : "plus doué pour empêcher les autres de conquérir le pouvoir que pour l'exercer lui-même". "Hollande est le leader minimo", ose Paul-Henri du Limbert dans le Figaro, qui déplore cette "atmosphère insensée où l'on voit l'exécutif conspirer contre l'exécutif". 

En une de Libération, un énorme iceberg et ce titre La gauche Titanic. "Pendant que l'opposition se rassemble, la majorité se prépare de façon suicidaire à multiplier les candidats à la présidentielle". il est "très urgent conclut Guillaume Goubert dans la Croix que le chef de l'État fasse connaître sa décision de se représenter ou non", cela pour "préserver autant que faire se peut le bon fonctionnement des institutions jusqu'au printemps prochain". Éviter le naufrage.

Cela dit, le Parisien nous rappelle que cette guerre Élysée-Matignon est finalement un classique de la Ve République. Sarkozy/Fillon, Mitterrand/Rocard, Giscard/Chirac et même de Gaulle/Pompidou, qui avaient travaillé ensemble sans accroc pendant 6 ans, jusqu’à la crise étudiante de mai 68, de Gaulle est en Allemagne, Pompidou est seul aux commandes et trouve une issue à la crise, ce qui va lui donner une popularité que de Gaulle ne lui pardonnera pas, les tensions et les désaccords contraignent Pompidou a démissionner le 10 juillet 68.

Après toutes ces guerres, parlez-nous d'amour.

Le Parisien nous raconte aussi ce matin l'histoire secrète de la campagne de la primaire de la droite. On appelle ça aussi un outing. Histoire secrète entre Virginie Calmels et Jérôme Chartier. Elle première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux. Lui, porte-parole de François Fillon. Deux ans qu'il file le parfait amour. La rivalité Juppé/Fillon a-t-elle compliquée leur relation ? Non, car pendant des mois le match s'est joué entre Juppé et Sarkozy, ça a évité les tensions dit un proche. Ensuite, ils évitaient de parler politique à la maison sauf pour se remonter le moral. Depuis dimanche, l'heure est au rassemblement.

Une autre histoire de cœur pour finir

Pirate à l'abordage, on ne parle ni de bateau ni de naufrage, mais d'un risque improbable sur lequel nous alertent ce matin les Échos : le piratage des implants médicaux. Pacemaker, pompe à insuline, électrode pour la stimulation cérébrale. Depuis quelques années, la plupart de ces implants peuvent communiquer sans fil avec l'extérieur, ça permet aux médecins de régler l'appareil et de contrôler l'état de santé du patient depuis son ordinateur avec des mots de passe. Seulement, il n'y a aucune protection. Un patient diabétique expert en cyber sécurité aux États-Unis s'est ainsi rendu compte qu'il avait modifié sa dose d'insuline en appuyant par erreur sur sa télécommande wifi.

Alors vous me direz : quel est l'intérêt de pirater des implants médicaux ? Eh bien l'intérêt, on l'avait vu dans un épisode de la série Homeland, diffusé en 2012. On y voyait un candidat à la présidentielle américaine assassinée par manipulation à distance de son Pacemaker. La menace avait été prise au sérieux bien avant par le vice-président Dick Cheney, qui en 2009 avait demandé à son médecin de désactiver les communications de son stimulateur cardiaque.

Les parades restent à mettre au point explique les Échos, le problème étant que l'implant n'a pas assez de mémoire ou de puissance de calcul pour supporter des données cryptées ou des mises à jour qui arrêterait le dispositif. Le seul remède pour l'instant, c'est de changer régulièrement le mot de passe du médecin.

La rédaction vous recommande
par Adeline FrançoisJournaliste RTL
Suivez Adeline François sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786031724
Vendée Globe : les skippers sanctionnés s'ils approchent l'Antarctique de trop près
Vendée Globe : les skippers sanctionnés s'ils approchent l'Antarctique de trop près
Les skippers ont obligation de prendre un autre chemin pour éviter un iceberg de 400 kilomètres de long.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/vendee-globe-les-skippers-sanctionnes-s-ils-approchent-l-antarctique-de-trop-pres-7786031724
2016-11-29 10:43:57
http://media.rtl.fr/cache/5oJCsYfx1ClZNi2eYPwOhw/330v220-2/online/image/2014/0512/7771921571_photo-de-la-nasa-montrant-le-glacier-thwaites-dans-l-ouest-de-l-antarctique.jpg