1 min de lecture Société

Lactalis : "Il y a de quoi déborder de colère", tempête Nicolas Domenach

BILLET - Le groupe Leclerc a reconnu avoir vendu des produits Lactalis potentiellement contaminés malgré le rappel en vigueur. Pour Nicolas Domenach, il s'agit d'un scandale qu'il ne faut pas étouffer.

Eric Zemmour et Nicolas Domenach On n'est pas forcément d'accord Éric Zemmour & Nicolas Domenach
>
Lactalis : "Il y a de quoi déborder de colère", tempête Nicolas Domenach Crédit Image : Maxime Villalonga | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Nicolas Domenach
Nicolas Domenach et Loïc Farge

Cette affaire de lait contaminé aux salmonelles me fait bouillir. Et pas seulement parce qu'on a appris que le groupe Leclerc avait continué à vendre des produits Lactalis en principe retirés de la vente.

Souvenons-nous d'abord qu'officiellement trente-cinq nourrissons ont été hospitalisés après avoir été contaminés par cette bactérie. En fait ils sont plusieurs centaines, selon l'association des familles des victimes qui annonce le dépôt d'un millier de plaintes afin d'empêcher qu'on mette le couvercle sur cette affaire.

Car les autorités privées et publiques se sont allègrement défaussées de leurs responsabilités. À commencer par la très renommée entreprise Lactalis, qui a fini par retirer toute sa production de poudre de lait depuis le mois de février 2017.

À lire aussi
Édouard Philippe lors de l'annonce de l'abandon du projet de construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le 17 janvier 2018 société
Exposition universelle : la France renonce à sa candidature pour 2025

De son côté, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travers a expliqué, dans une langue de bois dont on fait les flûtes, qu'il n'y avait pas eu de défaillance, et que si ses services n'avaient rien relevé dans cette usine qu'il "connaissai(t) bien", ils avaient inspecté le bâtiment "où il n'y avait pas de bactérie". Quand l'incompétence devient un argument à défense...

Des ministres sourds aux demandes d'audience

Une double incompétence en fait. Car s'il connaissait bien cette entreprise, ce ministre aurait dû se souvenir qu'elle avait déjà été contaminée en 2005. C'est cette même bactérie qu'on retrouve sans que le ministère de la Santé n'ait rien dit d'ailleurs.

On comprend que l'association des familles des victimes aient demandé audience auprès des ministres de la Santé, de l'Agriculture et de l'Économie sans attendre les résultats de l'enquête judiciaire ouverte. Qu'ont répondu ces derniers ? Rien ! Puisqu'au final, il n'y a qu'un seul responsable et un seul coupable : la bactérie bien sûr.

Pour le reste, circulez, il n'y a rien à voir ! Vous voyez, il y a de quoi bouillir, et même déborder de colère.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Consommation Alimentation
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791765117
Lactalis : "Il y a de quoi déborder de colère", tempête Nicolas Domenach
Lactalis : "Il y a de quoi déborder de colère", tempête Nicolas Domenach
BILLET - Le groupe Leclerc a reconnu avoir vendu des produits Lactalis potentiellement contaminés malgré le rappel en vigueur. Pour Nicolas Domenach, il s'agit d'un scandale qu'il ne faut pas étouffer.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/lactalis-il-y-a-de-quoi-deborder-de-colere-tempete-nicolas-domenach-7791765117
2018-01-10 09:59:21
http://media.rtl.fr/cache/DO4waNrch5sYz2pwmUgFvg/330v220-2/online/image/2015/0821/7779463868_nicolas-domenach.jpg