4 min de lecture États-Unis

États-Unis : le premier médicament connecté autorisé

REPLAY - L'agence américaine du médicament (FDA), vient d'autoriser un antipsychotique connecté, pour les patients souffrant de schizophrénie et de troubles bipolaires.

Amandine Begot La Revue de Presse La rédaction de RTL
>
États-Unis : le premier médicament connecté autorisé Crédit Image : LOIC VENANCE | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Amandine Begot
Amandine Begot

Ce nouveau médicament pourrait révolutionner la vie de millions de gens. C'est le tout premier médicament électronique, un médicament connecté. Les États-Unis viennent de donner leur feu vert à sa commercialisation. C'est ce que nous explique ce matin Les Échos. Il s'agit d'un antipsychotique, équipé d'un capteur électronique ingérable.

"Le système est simple : le capteur, de la taille d'une puce, génère un signal électrique lorsqu'il entre en contact avec les sucs gastriques. Celui-ci est ensuite détecté par un patch collé sur le corps, qui envoie des informations comme la date et l'heure d'ingestion du médicament, via un signal Bluetooth, à une application sur smartphone", détaillent Les Échos.

À lire aussi
Brian Houston et Evelia Reyes se sont dit "oui" devant un juge mexicain au pied du mur de Trump, le 18 novembre 2017 Amérique du Nord
Un Américain et une Mexicaine se marient devant le mur anti-migrants de Trump

Ces informations peuvent ensuite être envoyées à cinq personnes maximum, votre médecin par exemple. Quel intérêt ? Et bien, d'après ceux qui ont mis au point cette technologie, cela pourrait permettre d'améliorer le suivi des patients qui ont du mal à respecter leurs prescriptions, comme les personnes âgées ou ceux qui souffrent de troubles mentaux. Et ce n'est pas rien. 

Selon les experts, le non-respect des prescriptions coûterait chaque année 100 milliards de dollars par an en frais médicaux supplémentaires, rien qu'aux États-Unis. Ce médicament connecté pourrait aussi permettre aux médecins de prévenir les problèmes d'accoutumance à certains traitements, comme les antidouleurs à base d'opiacés.

Enfants chasseurs

Aux États-Unis toujours, les enfants de moins de dix ans pourront, dès samedi prochain, partir à la chasse, avec leur propre fusil. Enfin s'ils sont dans le Wisconssin. Cet État du Nord du pays vient en effet de promulguer une loi en ce sens comme le rapporte ce matin Le Point. Ce n'est pas le premier État à le faire, mais ailleurs ce n'est qu'à partir de 12 ans que les petits Américains ont le droit d'abattre du gros gibier.

De quoi faire bondir quand on sait les ravages des armes à feu dans le pays. Une fusillade a fait encore quatre morts cette nuit en Californie, dans une école. À ce sujet, L'Express publie ce matin les résultats d'une étude d'un professeur de criminologie de l'université de l’Alabama. Pour lui aucun doute, il y a bien un lien entre le nombre d'armes en circulation dans un pays et le nombre de tueries... N'en déplaise à Donald Trump.

Les Américains ne représentent aujourd'hui que 4,4% de la population mondiale, ils possèdent 42% des armes et sont responsables de 31% des mass-shooting, les tueries de masse comme on les appelle.

Xavier Bertrand VS Les Républicains

L'Express qui nous apprend aussi ce matin que le divorce semble consommé entre Xavier Bertrand et Les Républicains. Le président de la région Hauts-de-France aurait décidé d’abréger sa cotisation, il n'a payé dit L'Express que pour la période du 1er janvier au 23 avril, jour du premier tour de la présidentielle. "Il estime, écrit l'hebdomadaire, que son parti a rompu avec son histoire en n'appelant pas à voter pour Emmanuel Macron contre Marine Le Pen". 

Hier, Franck Riester a bien reçu le courrier concernant son exclusion des Républicains, sauf que Bernard Accoyer s'est visiblement trompé de destinataire. Le député s'en est amusé sur Twitter hier, publiant le dit courrier, adressé à Gérald Darmanin. "Voulez-vous que je lui transmettre directement ?", demande Franck Riester.

Ça a beaucoup fait réagir sur les réseaux sociaux, comme le rapporte ce matin le site Atlantico qui cite notamment les réactions de Frédéric Lefebvre, ou encore celle de Laure de La Raudiere, députée Les Républicains. "Le coté burlesque et pathétique de cette affaire d'exclusion, écrit-elle, ne vous aura pas échappé". Et d'ajouter : "On se demande qui est Laurel et qui est Hardy chez Les Républicains".

Le MJS dans la tourmente

À gauche, des accusations de harcèlement sexuel frappent le MJS, le Mouvement des jeunes socialistes. Six pages, à lire ce matin dans Libération qui a enquêté. Huit femmes brisent la loi du silence et accusent un ancien président des jeunes socialistes. "Un comportement répété visiblement entre 2010 et 2014 que beaucoup de cadres, écrit Libé, connaissaient".

Avec le témoignage de Diane, responsable fédérale en province et membre du bureau national. Un après-midi, fin 2011, elle fait un point avec le président des MJS, rue de Solférino. Thierry Marchal Beck ferme la porte derrière elle et enlève sa ceinture. "Sa voix, raconte-t-elle, n'a pas changé pendant qu'il faisait ça (...). Il prend ma tête, l’approche de son sexe pour m’obliger à lui faire une fellation. Je le repousse très fort, je l'insulte et pars en courant".

Quelques jours plus tard, quand ils se recroisent, le jeune homme "fait comme si de rien n'était". Pire encore, ajoute-t-elle, "il monte à la tribune pour dire combien il faut protéger les femmes parce qu’il est un grand féministe. C’était surréaliste".

Un coup de foudre qui dure depuis 70 ans

La belle histoire du jour, elle est à lire dans La Dépêche. C'est l'histoire d'un double coup de foudre qui dure. Celle de deux frères qui ont épousé deux sœurs et qui viennent de célébrer leurs 70 ans de mariage. Les noces de platine comme on dit. Ils se sont rencontrés lors d'une fête de village dans le Bearn.

70 ans plus tard, ils ont chacun 3 enfants, 15 petits-enfants à eux quatre et 23 arrières petits-enfants. À 90, 91 et 94 ans, ils goûtent au bonheur simple d’être toujours ensemble... Pas besoin de pilule miracle ou connectée.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Médicaments Maladie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790968362
États-Unis : le premier médicament connecté autorisé
États-Unis : le premier médicament connecté autorisé
REPLAY - L'agence américaine du médicament (FDA), vient d'autoriser un antipsychotique connecté, pour les patients souffrant de schizophrénie et de troubles bipolaires.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/etats-unis-le-premier-medicament-connecte-autorise-7790968362
2017-11-15 11:46:40
http://media.rtl.fr/cache/ZQWox1MU76PVAZVqCGzUFQ/330v220-2/online/image/2015/0414/7777366986_medicaments.jpg