4 min de lecture Canicule

Attentats, coups de chaud : un début d'été à haut risque

REPLAY - Ce matin la presse s'inquiète de ces risques qui pèsent sur la France à l'approche de l'été.

Amandine Begot La Revue de Presse La rédaction de RTL
>
Attentats, chaleurs : un début d'été à haut risque Crédit Image : AFP / Philippe Huguen | Crédit Média : RTLNET | Date :
La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

"Hier soir, devant une nouvelle attaque lâche et pernicieuse, ma femme m'a demandé : toi, tu connais le monde, tu as fait plusieurs fois le tour de la planète. Où peut-on habiter aujourd'hui avec nos enfants ? 

Sans réfléchir aux endroits magnifiques qui m'ont été donnés de découvrir, j'ai répondu : " La France". Parce qu'il faut accepter de combattre avec nos idées, nos cœurs, nos mensonges et surtout notre volonté de faire battre la garde où il le faut et quand il le faut. Alors si vous avez des bons plans de fortifications contre les ignorants, les barbares, les crétins toujours avides de prôner le bon conseil, et tous les obscurs, je suis preneur. En attendant, soyez aimants..." 
 
Ce texte date du 21 avril dernier, il est signé Stephan Villeneuve. Il l'a publié sur sa page Facebook le soir de l'attaque sur les Champs-Élysées le 21 avril 2017. Stephan Villeneuve était journaliste et il est mort cette nuit dans un hôpital en Irak. Il a succombé à ses blessures après que sa voiture a sauté sur une mine près de Mossoul. Son fixeur, le journaliste kurde Bhaktiar Haddad, a également été tué. Les deux autres journalistes qui les accompagnaient ont été blessés. "L'assaut final contre Mossoul a commencé", titre ce matin Le Figaro. Il manque un journaliste pour nous le raconter... 

Les questions au lendemain de l'attentat raté des Champs-Élysées

Sur le spectre de la menace, il a visiblement été mal positionné... Voilà ce qu'écrit Soreen Seelow dans Le Monde de cet après-midi à propos de l'assaillant qui a lancé sa voiture contre un fourgon de police hier après-midi sur les Champs-Élysées. Il était ce qu'on appelle dans les services de renseignement un signal faible. Fiché S depuis 2015, mais jamais mis en examen ni assigné à résidence faute d'éléments probants.  

À lire aussi
La tour Eiffel sous la pluie le 6 juin 2017 météo
Météo en France : les prévisions du vendredi 8 septembre

Quelle était exactement l'ambition de son projet ? Pourquoi toutes ces munitions dans son coffre et ces deux bonbonnes de gaz ? Et du coup, pourquoi la voiture s'est-elle embrasée aussi subitement alors que ces bonbonnes étaient fermées ?

Autre question pourquoi ce port d'arme alors qu'il était fiché S. Il l'a obtenu en 2012 c'est a dire avant  le début de sa surveillance en 2015, et le renouvellement de ce permis aurait été validé en toute connaissance de cause par les renseignements afin de ne pas éveiller sa suspicion et pouvoir continuer à le surveiller. C'est, paraît-il, une technique de renseignement classique. Mais le renseignement est humain, tout comme l'erreur. A lire dans Le Monde de cet après-midi.


L'attentat raté fait aussi la une du Parisien aujourd'hui en France. "Menaces à répétition", titre le journal qui note que Londres connaît en ce moment une flambée d'actes anti-musulmans sans précédent, laissant craindre une fracture dans la société tout aussi redoutée en France. L'exaspération de certains face au rythme d'attaques quasi hebdomadaires et la volonté de répondre au terrorisme par le terrorisme sont une menace réelle. C'est aussi un des objectifs affichés de Daesh. Ne pas céder à cette exaspération... Certains y parvenaient pour répondre aux inquiétudes de leur femme.

Le nouveau visage de l'Assemblée nationale

La presse ne se remet pas de la révolution qui va s'opérer au Palais Bourbon après le second tour des législatives... "La chambre aérée", titre en une Libération. "Nous étions sous le règne de l'ENA, nous passons sous celui de l'ESSEC", ironise Laurent Joffrin pour exprimer une réalité : la société civile dont sont issus les députés En Marche ne reflète guère la réalité statistique de la société française. 

C'est aussi ce qui frappe Denis Daumin dans La Nouvelle République du Centre-Ouest : "dans cette nouvelle armée certes rajeunie et féminisée, les cadres et les décideurs éclipsent le reste de la société... Miroir, mon beau miroir... Ce visage souriant et lifté est-il la représentation du pays réel ou le portrait d'une France photoshopée ? "
 
"Tout pouvoir est exposé au risque de l'excès", rappelle Guillaume Goubert dans La Croix qui veut tordre le cou à la petite musique qui voudrait que l'on soit revenu en 1958, à l'époque gaulliste de la puissance sans partage.  "La France, écrit-il, n'est pas exposée au risque de vivre sous une "démocrature", comme la Russie ou la Turquie. Dans notre pays, les opinions minoritaires ont de nombreux moyens de se faire entendre. Il n'est pas néfaste qu'il y ait en face d'elles un pouvoir clairement affirmé. Cela peut permettre une bonne articulation entre le temps du débat et le temps de la décision."

Les risques du coup de chaud

Cette étude publiée par la revue Nature Climate, se penche pour la première fois sur le risque de mourir de chaud, au sens propre. Les chercheurs ont compilé tous les cas de surmortalité liée à une vague de chaleur depuis 1980 dont la canicule de 2003 en France. Ils en ont déduit que le facteur déterminant, provoquant l'hyperthermie, était le couple température-humidité, cette dernière renforçant la chaleur ressentie. 

Ils ont alors calculé un seuil à partir duquel l’association de ces conditions ambiantes peut devenir fatale et ont établi qu’en 2000, ce seuil fatidique de température et d’humidité a été franchi, pendant au moins vingt jours, sur environ 13 % de la surface du globe, abritant 30 % de la population mondiale. 
 
A-t-on retenu les leçons de 2003 se demande La Croix qui est allé interroger le professeur Jean-Louis San Marco, célèbre professeur de santé publique à Marseille. "En temps normal, dit-il, on transpire un demi-litre d'eau par jour, mais en cas de très fortes chaleurs, c'est un litre de sueur par heure ! C'est la raison pour laquelle il faut boire beaucoup, jusqu'à 8 à 10 litres d'eau par jour..." Alors on ne sait pas si on va mourir de chaud, mais ce qui est sûr, c'est que là on s'expose à une pénurie d'eau minérale...
 

Lire la suite
Canicule Terrorisme Syrie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789036747
Attentats, coups de chaud : un début d'été à haut risque
Attentats, coups de chaud : un début d'été à haut risque
REPLAY - Ce matin la presse s'inquiète de ces risques qui pèsent sur la France à l'approche de l'été.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/attentats-coups-de-chaud-un-debut-d-ete-a-haut-risque-7789036747
2017-06-20 10:18:00
http://media.rtl.fr/cache/0ypclq2x6frMIsvJb3TDzw/330v220-2/online/image/2015/0702/7778959668_un-thermometre-frolant-les-40-degres-illustration.jpg