2 min de lecture Présidentielle 2017

Présidentielle 2017 : droite et gauche menacées d'implosion, selon Olivier Mazerolle

ÉDITO - Le débat de ce lundi 20 mars est l'occasion pour Emmanuel Macron d'asseoir son statut de favori, alors que le PS et Les Républicains sont en grande difficulté.

Olivier Mazerolle
Olivier Mazerolle
Olivier Mazerolle Journaliste RTL

Nous aurons tous ce soir le regard rivé sur l'écran de TF1. Le débat réunissant les 5 principaux candidats de la présidentielle constitue une étape capitale de la campagne. Emmanuel Macron, à qui Angela Merkel vient de permettre d'endosser un costume de présidentiable, met en jeu son statut de favori. S’il passe l’épreuve avec succès, tous les espoirs lui seront permis.

Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon n'ont rien à y perdre. Leurs bases sont solides. Ils ne peuvent que gagner des suffrages en parvenant, le cas échéant, à séduire des électeurs jusqu’ici sceptiques quant à leurs capacités à gouverner. Les deux autres candidats, François Fillon et Benoît Hamon, portent la double responsabilité de défendre leurs candidatures et de préserver l'avenir de leurs familles politiques. Droite et gauche gouvernent le pays depuis la naissance de la République. Elles sont aujourd'hui en danger d'implosion. 

À gauche, le vernis a déjà sauté

Derrière un vernis de façade, la droite est profondément lézardée. François Fillon en porte la responsabilité. Ses appétits financiers ont brisé la marche triomphale enclenchée par la primaire. Rares sont les responsables républicains qui soutiennent encore l’homme. Seule la perspective de victoire les maintient dans le rang derrière le candidat. Pour maintenir cette fragile cohésion, François Fillon doit impérativement prouver, qu’à défaut d’exemplarité, il est encore le politique impressionnant, capable de faire preuve de calme et d’autorité pour se mêler de nouveau à la bataille pour la victoire.

À lire aussi
Julien Dray, ancien député PS de l'Essonne (illustration) présidentielle 2017
Julien Dray est l’invité de RTL ce lundi 22 mai

À gauche, c’est pire. Le vernis a déjà sauté. La bataille a commencé pour le jour d’après la défaite. Les caciques abandonnent Benoît Hamon. Ouvertement pour ce qui concerne Manuel Valls, qui dénonce un projet irréaliste, fallacieux, aboutissant à une nouvelle déception ouvrant la voie au Front National. L’ancien Premier ministre se verrait bien prendre la tête d’une social-démocratie à la française qui ne passerait plus forcément par le PS. Il en parle souvent avec François Bayrou

Cambadélis persuadé de la défaite d'Hamon

À son habitude, Jean-Christophe Cambadélis œuvre subrepticement. Dans une interview au Point, le premier secrétaire du PS expose la disponibilité de son parti pour toutes les éventualités, y compris une cohabitation avec François Fillon ou une majorité qui engloberait Emmanuel Macron. Il rappelle que, depuis le congrès de Poitiers, le PS est fondé sur un rassemblement qui va de Martine Aubry à Manuel Valls en passant par Gérard Collomb, lequel est l’un des premiers soutiens d’Emmanuel Macron

Contrairement à ce qui était annoncé, aucun des parlementaires socialistes ralliés au leader d’En Marche n‘a été exclu du parti. Persuadé de la défaite de son candidat, Jean-Christophe Cambadélis se préoccupe de l’avenir du PS dont il entend bien conserver la tête. Le sort de son candidat à la présidentielle passe au second plan. Benoît Hamon a marqué des points à Bercy. Il a trouvé son public, jeune. Mais il jouait à domicile. Ce soir, ce sera plus compliqué. Il doit cependant s’imposer s’il veut avoir une chance de retrouver l’indispensable appui de son parti.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Olivier Mazerolle Droite
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787736003
Présidentielle 2017 : droite et gauche menacées d'implosion, selon Olivier Mazerolle
Présidentielle 2017 : droite et gauche menacées d'implosion, selon Olivier Mazerolle
ÉDITO - Le débat de ce lundi 20 mars est l'occasion pour Emmanuel Macron d'asseoir son statut de favori, alors que le PS et Les Républicains sont en grande difficulté.
http://www.rtl.fr/actu/politique/presidentielle-2017-droite-et-gauche-menacees-d-implosion-selon-olivier-mazerolle-7787736003
2017-03-20 06:00:00
http://media.rtl.fr/cache/P5ZnbxoaXNAAOf5Y-Sq3ZQ/330v220-2/online/image/2015/0818/7779423970_olivier-mazerolle.jpg