6 min de lecture Front national

Marine Le Pen et Florian Philippot : la fin du Front commun

RÉCIT - Le duo Le Pen-Philippot à la tête du Front national n'est plus. Retour sur une collaboration qui a donné un nouveau visage au parti, à l'opposé de la politique de Jean-Marie Le Pen.

Marine Le Pen et Florian Philippot, le 15 novembre 2016 Crédit : CHAMUSSY/SIPA
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

"Il y a eu mille tentatives de le ramener à la raison, mais celles-ci ont toujours été rejetées". C'est avec cette phrase qui mêle nostalgie et résignation que Marine Le Pen a définitivement acté le départ de Florian Philippot du Front national. "Il est désolant de voir un tel gâchis, mais hélas, quand les choses sont souhaitées, il est difficile de l'empêcher", explique la présidente du parti dans l'émission Questions d'info sur LCP/ Le Monde/ AFP/ Franceinfo

Et d'ajouter : "Quand il dit que le Front national a fait le choix d'une ligne en régression terrible, en réalité le Front national n'a fait aucun choix. Le mouvement vient de lancer un débat. Et la seule décision politique qui a été prise depuis la rentrée, c'est un communiqué qu'il a lui-même voté, rappelant que la souveraineté nationale est le pilier de notre combat. Dans ce communiqué, nous avons également rappelé notre combat contre l'Union européenne. La réaction de Florian Philippot est donc une outrance".

Venu pour mettre en place la dédiabolisation

De son côté, le vice-président démissionnaire a mis un terme à un bras de fer engagé depuis la fin de l'élection présidentielle et qui n'a cessé d'aller crescendo : "On m'a dit que j'étais vice-président à rien... Écoutez, je n'ai pas le goût du ridicule. Je n'ai jamais eu le goût de rien faire, donc, bien sûr, je quitte le Front national", explique-t-il sur France 2

À lire aussi
Marine Le Pen dans "L'Émission politique", le 19 octobre 2017 sur France 2 Marine Le Pen
FN : "Marine Le Pen politiquement convalescente", décrypte Alba Ventura

Avant que leur relation ne dépérisse, Marine Le Pen et Florian Philippot ont travaillé main dans la main à la dédiabolisation du Front national, souvent contre une frange du parti acquise à Jean-Marie Le Pen. Selon Jean-Yves Camus, politologue et directeur de l'observatoire des radicalités à la fondation Jean-Jaurès joint par RTL.fr, "cette dédiabolisation était voulue par Marine Le Pen. Elle avait justement mesuré le poids de la diabolisation en voyant la politique de son père". 

Oh non, pas un énarque, cela va être barbant

Marine Le Pen
Partager la citation

Tout commence en janvier 2011, quand ce souverainiste revendiqué décide d'arrêter de soutenir Jean-Pierre Chevènement et adhère au parti au moment où Marine Le Pen en prend la présidence. Décrit comme l'homme "le plus complexe et le plus intriguant du Front national" par Vanity Fair, il est "diablement solide", mais lorsqu'il fait ses premiers pas au sein du parti fondé par Jean-Marie Le Pen, il est surtout un ovni politique aux yeux des frontistes. 

Énarque, "il a un itinéraire et un parcours politique qui change. Cela a été un avantage pour Marine Le Pen mais un inconvénient pour Florian Philippot car les militants n'étaient pas prêts à ce que quelqu'un de l'extérieur arrive à ce niveau", ajoute le politologue. D'ailleurs, la première fois que la fille de Jean-Marie Le Pen le rencontre en mai 2009. Paul-Marie Couteaux, qui la conseille alors, raconte : "Sa première réaction a été de dire : 'Oh non, pas un énarque, cela va être barbant'. Mais le courant est passé entre eux deux instantanément. C'était incroyable", cite Le Lab.

Florian Philippot va apporter une mécanique intellectuelle à Marine Le Pen

Jean-Yves Camus, politologue et directeur de l'observatoire des radicalités à la fondation Jean-Jaurès
Partager la citation

En effet, Florian Philippot va très rapidement être propulsé directeur de sa campagne en 2011 et devenir numéro deux du parti en prenant sa vice-présidence. "Depuis la scission avec Bruno Mégret (en 1999, ndlr), il n'y a plus de logiciel au sein du Front national, plus de réflexions idéologiques, contrairement aux années 1990. Florian Philippot va apporter une mécanique intellectuelle à Marine Le Pen et, surtout, il crédibilise la dédiabolisation. Il va lui offrir une ouverture sur un univers qu'elle ne connait pas. Il incarne la haute fonction, dispose d'une solidité intellectuelle et va amener le parti à débattre de questions économiques", analyse Jean-Yves Camus. 

Le règne de "Philippot Ier"

"Avec Philippot, la voix du FN se veut respectable (…) Il n’a cessé de monter en grade. 'Philippot Ier', comme on l’appelle désormais au siège du parti, imprime sa marque sur tout, de l’organigramme interne au programme, raconte Vanity Fair. En décembre 2010, Marine Le Pen assimile les prières de rue musulmanes à une 'occupation'. Florian Philippot se vante, devant quelques proches, de l’avoir recadrée. Déjà, alors qu’il n’a encore aucun titre officiel, il se vit en conseiller de l’ombre et s’autocongratule sur son blog : 'Depuis quelque temps, écrit-il, un des points forts de Marine Le Pen a été de repérer ses points d’incohérence et de les corriger'. Il a même jeté, sans en parler à personne, les bases d’un nouveau site, Génération Philippot".

Ce parti n'a jamais accepté l'expression d'avis extérieur

Jean-Yves Camus, politologue et directeur de l'observatoire des radicalités à la fondation Jean-Jaurès
Partager la citation

Mais Florian Philippot va se heurter au reste du Front national. "Ce parti n'a jamais accepté l'expression d'avis extérieur. L'hypercentralisme du Front national n'était pas prêt à tolérer ça", ajoute Jean-Yves Camus. Marine Le Pen le défendra, s'affichant à ses côtés. Le 29 mai dernier sur RTL, la présidente du Front national affirmait : "Tout le monde doit rester. Je n'envisage pas le départ de Florian Philippot. On peut ne pas être d'accord sur un certain nombre de sujets mais personne n'a à quitter le Front national pour cela". 

Elle indiquait voir en Les Patriotes, le mouvement lancé par Florian Philippot au cœur de la discorde entre elle et lui, un "think tank". "C'est une association qui vise à réfléchir au chantier que nous allons ouvrir après les législatives (…) Tout le monde va participer à ce chantier de la modernisation et d'élargissement de la base du Front national", ajoutait-elle.

Marine Le Pen coincée dans un entre-deux

Mais après la présidentielle, tout a changé. Les anti-Philippot, jusque-là marginalisés au sein du Front national, contestent vivement et ouvertement la stratégie appliquée par le vice-président. Un conseiller régional, cité par Le Monde en mai dernier, estime qu'avec Les Patriotes il "amène le truc sur le devant de la scène pour pousser Marine Le Pen à le défendre". 

Un membre du bureau politique et collaborateur de Gilbert Collard, Jean-Richard Sulzer, ajoute qu'il s'est "placé de lui-même hors des statuts du Front national". Son opposé et opposant politique, Nicolas Bay, numéro trois du parti, n'a pas apprécié ce "chantage" qui était "plutôt malvenu (...) le premier jour pratiquement de la campagne législative". Perdant de la présidentielle et inaudible pendant la campagne des législatives, le Front national se ligue de plus en plus contre Florian Philippot.

La fin de Philippot au FN, le retour en force de Le Pen

Il aura fallu attendre l'avant-dernier jour de l'été, ce jeudi 21 septembre, pour que la collaboration entre Marine Le Pen et Florian Philippot ne cesse. Et à travers cette rupture, Marine Le Pen fait son retour en force en politique dans le rôle incontestable de la cheffe du parti. Désormais, son ancien proche se trouverait, d'après elle, dans une stratégie de "victimisation". Et à ceux qui auraient des envies de libertés, elle prévient : ceux qui "ont pensé qu'il existait d'autres lignes, Florian Philippot a décidé de me rejoindre sur la base de cette ligne". Elle ajoute ensuite être "la plus solide et la mieux placée" au Front national pour l'élection présidentielle de 2022. Par la même occasion, elle s'est également formellement déclarée candidate à sa succession à la présidence du parti lors du Congrès de mars 2018. 

Il ne faudrait pas que Florian Philippot se serve de moi comme fusible...

Marine Le Pen
Partager la citation

Selon Le Monde, "fini les envolées contre l’euro et l’Union européenne, voici revenu le temps de la grosse caisse anti-immigration et pour la défense de la France éternelle. 'Le journal Minute, la pire tendance de l’extrême droite, qui depuis des années crachait sur le FN - ce qui était très positif -, pour la première fois a fait l’éloge du nouveau FN. Il faut s’inquiéter', lâche Florian Philippot".

Le divorce est bel et bien acté. Les proches de Marine Le Pen se lâche désormais contre lui. "La régression terrifiante, c'est son image dans le miroir lorsqu'il se rase tous les matins en y pensant, déclare Louis Aliot. Le Front national va enfin connaître l'apaisement face à un extrémiste sectaire, arrogant et vaniteux qui tentait de museler notre liberté de débattre". 

Selon l'AFP, Marine Le Pen confiait en petit comité : "Je ne me suis pas servi de Florian Philippot comme fusible après la présidentielle mais il ne faudrait pas qu'il se serve de moi comme fusible...". Devant les caméras, le discours de la présidente du FN est tout aussi sec : "Le Front s'en remettra sans difficulté".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Front national Marine Le Pen Florian Philippot
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790157336
Marine Le Pen et Florian Philippot : la fin du Front commun
Marine Le Pen et Florian Philippot : la fin du Front commun
RÉCIT - Le duo Le Pen-Philippot à la tête du Front national n'est plus. Retour sur une collaboration qui a donné un nouveau visage au parti, à l'opposé de la politique de Jean-Marie Le Pen.
http://www.rtl.fr/actu/politique/marine-le-pen-florian-philippot-front-national-7790157336
2017-09-21 15:48:50
http://media.rtl.fr/cache/FY1ZeDrbjml898zY4t2PWg/330v220-2/online/image/2017/0919/7790157380_marine-le-pen-et-florian-philippot-le-15-novembre-2016.jpg