7 min de lecture Législatives 2017

Législatives 2017 : découvrez les résultats de l’Outre-mer

Les 27 députés des départements et collectivités d’Outre-mer ont été élus lors du second tour des élections législatives dimanche 18 juin.

La ministre des Outre-mer Annick Girardin vote à Saint-Pierre et Miquelon le 17 juin.
La ministre des Outre-mer Annick Girardin vote à Saint-Pierre et Miquelon le 17 juin. Crédit : Chantal BRIAND / AFP
109117333772423871640
Geoffroy Lang
et AFP

Les derniers bureaux de votes viennent tout juste de fermer en France métropolitaine, mais le coup d’envoi du second tour avait été donné à Saint-Pierre-et-Miquelon samedi 17 juin à 12h. Depuis les Français installés en Outre-mer se sont rendus aux urnes pour choisir leurs députés pour la future Assemblée nationale. Contrairement à la métropole, la participation n’a pas enregistré de baisse sensible par rapport au premier tour, bien qu’elle reste encore modeste.

À Saint-Pierre-et-Miquelon, la ministre des Outre-mer Annick Girardin a été réélue samedi soir députée de justesse avec 51,87% des voix, et restera donc au gouvernement. L’ancienne ministre socialiste Ericka Bareigts a été réélue à son siège de députée de la 1ère circonscription de La Réunion, avec près de 66% des voix, face à un candidat LR.

Guadeloupe

Les Guadeloupéens ont choisi de faire rentrer quatre nouveaux députés à l’Assemblée nationale : deux divers gauche, une socialiste et un République en Marche. Dans la 1ère circonscription, le candidat investi par la République En Marche, Olivier Serva, s’est imposé avec 61,74% des voix. Le candidat divers gauche Max Mathiasin (65,15%) et la socialiste Hélène Vainqueur-Christophe (61,61%) ont respectivement remporté la 3e et la 4e circonscription.

À lire aussi
Olivier Faure, président du groupe PS à l'Assemblée nationale assemblée nationale
Parti socialiste : Olivier Faure élu président du groupe à l'Assemblée

Dans la 2e circonscription, la candidate divers gauche Justine Bénin (64,26%) a remporté son duel sur Diana Perran (REM), alors qu’elle avait souhaité obtenir l’investiture du parti d’Emmanuel Macron. Cette conseillère départementale du Moule et ancienne conseillère municipale et régionale était déjà passée par la droite et la gauche. Hormis la candidate PS, tous les autres ont assuré marcher pour la "majorité présidentielle". L'abstention s'est révélée moins forte qu'au premier tour où elle atteignait 74,4%, pour 82 candidats. Sur ce second scrutin, qui présentait quatre duels, 30,65% des électeurs guadeloupéens se sont déplacés aux urnes.

Guyane

Dans la 1ère circonscription de Guyane, le député sortant DVG Gabriel Serville a été réélu (51,3%) face à une candidate la République En Marche. Marqué, selon lui, par une "campagne dure, déloyale une campagne de haine", le député-maire de Matoury, qui a paru épuisé, n'a pu retenir ses larmes sur le plateau de Guyane 1ère à l'annonce de sa victoire : "Nous avons travaillé durant ces 5 ans, mais notre communication est à revoir", a-t-il commenté. 

Dans la seconde circonscription, le syndicaliste Davy Rimane, figure de proue du dernier mouvement social et porte parole du collectif Pou Lagwiyann Dékolé, a failli déjouer les pronostics. Il échoue à 57 voix de Lénaïck Adam, qui partait favori au regard des résultats du 1er tour. Vainqueur avec 6.670 voix (50,22%) contre 6.613 pour Rimane, Lénaïck Adam, 25 ans diplômé de Sciences Po, investi par La République En Marche, est le premier député bushinengué de l'histoire de la Guyane, du nom des descendants directs d'esclaves africains échappés de l'ex-Guyane hollandaise au 18ème siècle et établis de part et d'autre du fleuve frontière, le Maroni.

Martinique

En Martinique, le second tour des législatives 2017 a été marqué par la victoire Josette Manin dans la 1ère circonscription (54,89%), qui devient la première femme députée de la Martiniqueaprès avoir été la première femme présidente du conseil général. Cette élue divers gauche de 67 ans a entamé sa carrière politique lors des municipales de 1983 après son adhésion au Parti communiste martiniquais (PCM) la même année. Mais elle a quitté le PCM en 1998 pour adhérer à un mouvement divers gauche "Bâtir le pays Martinique". Conseillère générale dès 2001, elle sera élue 10 ans plus tard à la tête du Conseil général de la Martinique

Dans les trois autres circonscriptions, tous les sortants ont été réélus; Bruno-Nestor Azérot (DVG), (2ème circonscription, 55,78% des voix), Serge Letchimy (DVG) (3ème circonscription, 73,94%) et Jean-Philippe Nilor (REG), (4ème circonscription, 68,02%). Des quatre députés, seul Bruno Nestor Azérot a manifesté son soutien à Emmanuel Macron. Enfin, si l'abstention a été moindre qu'au premier tour elle est restée encore forte avec 69,86 % dans la 1ère circonscription, 65,96 % dans la 2ème, 66,81% dans la 3ème et 71,66% dans la 4ème. 

La Réunion

L'ancienne ministre PS des Outre-mer Ericka Bareigts, 50 ans, a été réélue dimanche à son siège de députée de la 1ère circonscription de La Réunion, avec près de 66% des voix, face à un candidat LR. Jugée "Macron-compatible", Ericka Bareigts n'avait pas de candidat En Marche face à elle. L'ex-ministre n'avait pas caché son souhait de travailler avec la majorité présidentielle.


Deux autres députés sortants, la DVG Huguette Bello et le Modem Thierry Robert ont été réélus. La seule candidate REM ayant résisté au premier tour, Monique Orphé, a été battue par une candidate LR, Nadia Ramassamy. La droite locale obtient deux autres sièges. Nathalie Bassire (LR) a été élue face au candidat divers droite Jacquet Hoarau, et le LR David Lorion l'emporte face à la candidate PS Virginie Gobalou. La surprise est venue de Jean-Hugues Ratenon, ancien militant du parti communiste réunionnais qui l'a emporté (52,88%) sur le LR Daniel Gonthier.

Saint-Pierre-et-Miquelon

La ministre des Outre-mer Annick Girardin a été réélue samedi soir députée de Saint-Pierre et Miquelon de justesse avec 51,87% des voix, et restera donc au gouvernement. Annick Girardin, 52 ans, qui briguait un troisième mandat de députée sous l'étiquette PRG, mais soutenue par La République En Marche d'Emmanuel Macron, l'a emporté de 136 petites voix sur son rival Stéphane Lenormand (Archipel Demain), vice-président du conseil territorial (48,13%).

Annick Girardin aurait dû quitter le gouvernement en cas d'échec. C'est la première des six ministres en lice à assurer son maintien au gouvernement, le scrutin ayant lieu avec un jour d'avance sur la métropole. Mais c'était la ministre qui était dans la position la plus inconfortable à l'issue du 1er tour, les cinq autres étant tous favoris pour ce dimanche. Les habitants de l'archipel se sont fortement mobilisés pour le second tour, avec 75,35% de participation, contre 59,47% samedi dernier.

Saint-Martin et Saint-Barthélemy

La candidate LR Claire Javois a été élue députée dans la circonscription de Saint-Martin et Saint-Barthélémy face à une candidate REM. Cette élue de 59 ans est une ancienne élue du conseil territorial de Saint-Martin. Elle est également directrice adjointe d'un hôtel quatre étoiles de l'île. Elle a obtenu l'investiture LR grâce à l'appui de Daniel Gibbes, le député sortant, désormais président de la Collectivité de Saint-Martin. La caution LR lui a également valu le soutien de Bruno Magras (LR), le président de la Collectivité de Saint-Barthélemy. 

Claire Javois est devenue conseillère municipale en 2001 sur une liste d'opposition à l'ancien maire de Saint-Martin Albert Fleming. Elle a ensuite été élue, après l'évolution statutaire de Saint-Martin en 2007 (devenue collectivité à statut particulier), sur la liste de Louis-Constant Fleming, premier président du conseil territorial de Saint-Martin. Troisième vice-présidente de la nouvelle collectivité d'outre-mer (COM), elle y est chargée des affaires sociales jusqu'en 2012, où l'équipe de Louis-Constant Fleming est évincée aux élections territoriales. Après avoir mis son adhésion à l'UMP entre parenthèses, elle a repris sa carte des Républicains (LR) l'an dernier.

Nouvelle-Calédonie

En Nouvelle-Calédonie, Philippe Gomès, leader du parti non-indépendantiste Calédonie Ensemble et député sortant UDI, a été réélu dans la seconde circonscription, tandis qu'un de ses proches, Philippe Dunoyer, a remporté l'autre siège de l'archipel au palais Bourbon. Avec 54,95% des voix, Philippe Gomès, 58 ans, a gagné le duel qui l'opposait au candidat indépendantiste, Louis Mapou (45,05%), qui n'a pas suscité une mobilisation suffisante de son camp, en proie à des divisions. Le découpage des circonscriptions calédoniennes, qui date de 1986, est en outre défavorable aux indépendantistes.

Philippe Dunoyer, 49 ans est également une figure du principal parti non-indépendantiste de l'archipel, Calédonie Ensemble (centre droit), mais opposé au "rapport de force avec les indépendantistes". Son entrée sur la scène politique remonte à 2009 lorsqu'il devient membre du gouvernement en charge notamment de la santé, ce qui lui vaudra de piloter le projet du gigantesque Médipôle, à l'entrée de Nouméa. Élu au Congrès en 2014, ce descendant du premier maire élu de Nouméa en 1882 retourne au gouvernement deux ans plus tard. 

Polynésie française

Deux des trois candidats soutenus par la majorité locale du président Edouard Fritch, Maina Sage et Nicole Sanquer, ont été élus samedi (dimanche à Paris) au second tour des élections législatives en Polynésie française, mais le troisième, Patrick Howell, a été battu par l'indépendantiste Moetai Brotherson. Les deux députés autonomistes ont affiché leur volonté de "venir en soutien de la majorité présidentielle", a déclaré Maina Sage, qui était la seule députée sortante à se représenter.

Moetai Brotherson, gendre du leader autonomiste Oscar Temaru, crée la surprise dans la troisième circonscription. Il est le premier indépendantiste polynésien élu à l'assemblée nationale. Avec 52,5% des voix, il l'emporte face à l'ex-ministre de la Santé d'Edouard Fritch, Patrick Howell. Dans la première circonscription, Maina Sage (68,3%) gagne très largement face à Moana Greig. Dans la deuxième, Nicole Sanquer (64,1%) bat Teura Iriti. Dans ces deux circonscriptions, les vaincus sont des proches de Gaston Flosse. Son parti, qui a remporté la grande majorité des sièges de parlementaires depuis les années 80, repart donc bredouille de ces élections. La faible participation (entre 45 et 50% selon les circonscriptions) est toutefois supérieure à celle du premier tour (42%).

Ces législatives sont considérées en Polynésie comme un galop d'essai avant les Territoriales, l'élection majeure de cette collectivité : elle permettra en 2018 d'élire les représentants à l'assemblée et le président de la Polynésie française. Edouard Fritch, net vainqueur ce samedi, partira donc en position de force face à son ancien mentor Gaston Flosse, inéligible. Mais l'indépendantiste Oscar Temaru a démontré qu'il faudrait aussi compter avec lui.

À Mayotte, deux candidats Les Républicains, Elad Chakrina et l'ancien député Mansour Kamardine, ont été élus. Elad Chakrina l'emporte de seulement 12 voix face à la candidate socialiste Ramlati Ali, qui rêvait d'être la première femme députée de Mayotte.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Législatives 2017 Outre-mer La Réunion
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789018305
Législatives 2017 : découvrez les résultats de l’Outre-mer
Législatives 2017 : découvrez les résultats de l’Outre-mer
Les 27 députés des départements et collectivités d’Outre-mer ont été élus lors du second tour des élections législatives dimanche 18 juin.
http://www.rtl.fr/actu/politique/legislatives-2017-decouvrez-les-resultats-de-l-outre-mer-7789018305
2017-06-18 21:06:00
http://media.rtl.fr/cache/NXZ_2d-QdqAtxWtco1CPOQ/330v220-2/online/image/2017/0618/7789018511_la-ministre-des-outre-mer-annick-girardin-vote-a-saint-pierre-et-miquelon-le-17-juin.jpg