6 min de lecture Gouvernement

L'idée de Whirlpool d'offrir un sèche-linge à ses employés est "insultante" selon Darmanin

LE GRAND JURY - Le ministre de l'Action et des Comptes publics est revenu ce dimanche 1er avril sur la réforme de la SNCF. Il a également abordé, au cours de l'émission, son projet de lutte contre la fraude fiscale et les différentes problématiques sociales rencontrées par le gouvernement.

Benjamin Sportouch Le Grand Jury Benjamin Sportouch
>
Le Grand Jury de Gérald Darmanin du dimanche 1er avril 2018 Crédit Image : Capture LCI | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
104761573555224952563
Clémence Bauduin
avec Marie-Pierre Haddad et AFP

"Mieux détecter la fraude" et "mieux la sanctionner". Le gouvernement a dévoilé, mercredi 28 mars, son projet de loi anti-fraude, qui étend notamment la possibilité de rendre public le nom des fraudeurs, afin de lutter plus efficacement contre l'évasion fiscale. Le texte de loi, porté par Gérald Darmanin, vise à "doter l'administration de nouveaux outils" pour rendre la lutte contre la fraude "plus efficace". 

"Les Français ne peuvent pas comprendre que l'on fraude le fisc, c'est inacceptable. Si l'on supprime des impôts comme on le fait sur l'ISF, il faut qu'on soit très forts, très durs, contre ceux qui ne payent pas leurs impôts", explique le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, invité du Grand Jury de RTL, LCI et Le Figaro ce dimanche 1er avril. 

Dans son projet de loi anti-fraude, Gérald Darmanin ambitionne de mettre en place une police fiscale. Celle-ci pourra procéder à "des écoutes téléphoniques qui seront désormais permises, des perquisitions, des filatures, des interceptions de données, qui nous permettent de lutter contre les grands fraudeurs fiscaux", explique-t-il au micro du Grand Jury.

À lire aussi
Eric Zemmour éducation nationale
Parcoursup : "Non à la sélection, vive la sélection !", clame Éric Zemmour

Revivez "Le Grand Jury" de Gérald Darmanin

13h00 - C'est la fin de ce Grand Jury, merci de nous avoir suivis.

12h58 - Deux semaines plus tôt dans Le Grand Jury, Dominique de Villepin mettait en garde Emmanuel Macron contre les tentations arrogantes et le manque d'humanité dans la manière de diriger. "Emmanuel Macron ne me semble pas (...) dans le bonapartisme. J'ai vu un président de la République, plusieurs fois en déplacement (...) d'une écoute, d'une empathie (...) très importantes", répond le ministre de l'Action et des Comptes publics.

12h55 - "Les Français ne peuvent pas comprendre que l'on fraude le fisc, c'est inacceptable. Si l'on supprime des impôts comme on le fait sur l'ISF, il faut qu'on soit très forts, très durs, contre ceux qui ne payent pas leurs impôts", lance Gérald Darmanin, qui compte mettre en place une police fiscale dans le cadre de son projet de loi sur la fraude fiscale. Celle-ci pourra procéder à "des écoutes téléphoniques qui seront désormais permises, des perquisitions, des filatures, des interceptions de données, qui nous permettent de lutter contre les grands fraudeurs fiscaux".

12h50 - "Nos compatriotes, quelle que soit leur religion, et particulièrement les compatriotes juifs, doivent savoir qu'ils sont les enfants protégés de la République", réagit Gérald Darmanin après l'assassinat de Mireille Knoll, octogénaire de confession juive, à son domicile.

12h47 - L'ancien ministre Thierry Mariani, membre du gouvernement sous Nicolas Sarkozy, s'apprêterait à rejoindre le FN. "Je dis simplement à Thierry que je connais bien, pour prendre une chanson de Renaud, 'déconne pas Thierry'", lance Gérald Darmanin.

12h45 - Revenant sur les attaques dans l'Aude, Gérald Darmanin propose de "renforcer la loi 1905", "obliger tous les cultes à être reconnu en loi 1905 : publication des comptes, suivi de ses dirigeants, expulsion ou fermeture s'il le faut d'un lieu de culte qui ne le respecte pas."

12h39 - Gérald Darmanin fait face à des plaintes toujours pendantes pour agression sexuelle, et une nouvelle plainte déposée avec cette fois constitution de partie civile, qui va sûrement conduire à l'ouverture d'une enquête. "Il y a eu une plainte qui par deux fois, par le procureur de la République François Molins, a été classée sans suite. Deux fois, deux enquêtes. Quand on est un homme public on attire sans doute ce genre de chose (...). Je vais attendre les choses avec calme et je pense que je montre que je suis au rendez-vous de ma fonction ministérielle", répond Gérald Darmanin, qui se dit "à l'écoute des demande de la justice et des enquêteurs".

12h36 - Tandis que Nicolas Sarkozy est inquiété par la justice dans plusieurs affaires, Gérald Darmanin déclare : "Chacun sait ici mon estime, mon respect, mon affection et s'il l'accepte mon amitié pour Nicolas Sarkozy" et le ministre de saluer "un grand président dont (il était) très heureux d'être un de ses soutiens".

12h34 - Un couac diplomatique entre l'Italie et la France à cause de la présence de douaniers français dans un local italien dans une commune frontalière. "L'Italie est une Nation sœur et je me rendrai en Italie dans les prochains jours pour m'en expliquer directement s'il le faut avec le gouvernement italien".

12h27 - À compter de 2019, la déclaration d'impôt se fera obligatoirement en ligne. "Nous avons mis en place( ...) la possibilité pour ceux qui n'avaient pas accès au haut débit, ceux qui ont des difficultés pour accéder à internet, d'aller voir leur agent des Finances publiques. Et il n'y aura pas d'amende évidemment" pour les personnes n'ayant pas accès à internet, précise Gérald Darmanin.

12h25 - "On fait l'impôt à la source pour le salarié et pas pour le président du Medef" rétorque Gérald Darmanin à Pierre Gattaz qui proposait un moratoire à ce sujet dans Le Grand Jury de la semaine dernière.

12h23 - L'idée de la direction de Whirlpool d'offrir des sèche-linge à ses employés à la place d'une augmentation est "insultante" selon Gérald Darmanin.

12h22 - "Il faut d'abord baisser les dépenses publiques (...) et nous avons un sujet sur lequel il faut s'améliorer (...) et effectivement il n'y aura pas de baisse durable de l'imposition s'il n'y a pas de baisse de la dépense publique".

12h18 - L'économie va mieux, la croissance repart, mais les salariés n'ont pas encore le sentiment d'en être les bénéficiaires, en témoigne la grève à Carrefour samedi 31 mars. "Je crois au capitalisme et je crois au capitalisme raisonné. Je crois au libéralisme et je crois au libéralisme raisonné et raisonnable. 

C'est la raison pour laquelle je crois en la suppression des impôts idiots", répond Gérald Darmanin, qui évoque la suppression des charges patronales et la suppression de la taxe d'habitation. Celui-ci salue le projet de procéder "chaque année à une baisse raisonnable mais importante" des charges.

12h15 - Le gouvernement a annoncé que 120.000 emplois publics seraient supprimés dans le quinquennat. Pour l'heure, 1.600 ont disparu. "On ne peut pas mettre en place le plan de départs volontaires si l'on n'accompagne pas les fonctionnaires qui voudraient partir vers des nouvelles formations, vers des nouveaux métiers", explique le ministre de l'Action et des Comptes publics, qui fait savoir que l'objectif de 120.000 à l'issue du quinquennat est maintenu.

12h09 - La grève perlée de la SNCF commence ce lundi 2 avril. "Choisir le retour du weekend de Pâques (...) je trouve que c'est un peu bizarre", réagit Gérald Darmanin, tandis que le patron de la SNCF Guillaume Pepy a annoncé que certains usagers pourraient être empêchés de rentrer de leur weekend de Pâques.

12h06 - "Il n'y aucun projet (...) de privatisation de la SNCF, ça n'a jamais été le cas. En revanche il y a un projet de réformer la SNCF", martèle le ministre de l'Action et des Comptes publics.

12h05 - Le gouvernement actuel "fait beaucoup plus en dix mois  que ce que certains ont fait sur plusieurs années", se félicite Gérald Darmanin.

12h04 - Le ministre assure que l'État va "continuer à faire de la concertation. Et c'est ce que fait Elisabeth Borne (la ministre des Transports, ndlr) chaque semaine", assure-t-il.

12h02 - Au sujet de la grève perlée à la SNCF, "est-ce que la situation actuelle à la SNCF fonctionne ?" interroge Gérald Darmanin. "La réponse est non. (...) Si nous ne réformons pas, la SNCF va disparaître, et les cheminots avec."

12h00 - Bonjour et bienvenu sur ce direct Le Grand Jury. Le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin répond, une heure durant, aux questions de Benjamin Sportouch, Guillaume Roquette, Christophe Jakubyszyn, ainsi qu'aux internautes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Gérald Darmanin Pouvoir d'achat
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792786878
L'idée de Whirlpool d'offrir un sèche-linge à ses employés est "insultante" selon Darmanin
L'idée de Whirlpool d'offrir un sèche-linge à ses employés est "insultante" selon Darmanin
LE GRAND JURY - Le ministre de l'Action et des Comptes publics est revenu ce dimanche 1er avril sur la réforme de la SNCF. Il a également abordé, au cours de l'émission, son projet de lutte contre la fraude fiscale et les différentes problématiques sociales rencontrées par le gouvernement.
http://www.rtl.fr/actu/politique/gerald-darmanin-est-l-invite-du-grand-jury-rtl-le-figaro-lci-7792786878
2018-03-28 16:45:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/iBYJeaDLoOUE45nMQqVAIg/330v220-2/online/image/2018/0401/7792860803_gerald-darmanin-au-grand-jury-rtl-le-figaro-lci.PNG