9 min de lecture Présidentielle 2017

François Fillon reconnait "une erreur" et présente ses "excuses" aux Français

MINUTE PAR MINUTE - Le candidat à l'élection présidentielle s'est exprimé depuis son QG de campagne sur l'affaire concernant son épouse et lui-même.

François Fillon
François Fillon Crédit : Martin BUREAU / AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Une contre-attaque enclenchée ? Embourbé dans l'affaire des soupçons d'emplois fictifs de son épouse, Penelope, François Fillon a tenu une conférence de presse depuis son QG de campagne dans le XVe arrondissement de Paris, ce lundi 6 février. Dès ses premiers mots, il assure que "tous les faits évoqués sont légaux et transparents". Le candidat a présenté ses excuses aux Français : "En travaillant avec ma femme et mes enfants, j'ai privilégié cette collaboration de confiance qui aujourd'hui suscite la défiance. C'était une erreur, je le regrette profondément, et je présente mes excuses aux Français".    

Le candidat à l'élection présidentielle a annoncé qu'il allait publier "dans la soirée", sa déclaration de patrimoine, ainsi qu'un tableau comportant tous les revenus de son épouse. Il en a profité pour écorcher l'émission de France 2 Envoyé Spécial.

Retrouvez les déclarations de François Fillon

18h55 - Le porte-parole de Benoît Hamon, Pascal Cherki, indique sur RTL que François Fillon "est dans une essoreuse, il essaye d'en sortir. Je pense que pour la droite, il n'y a pas de bonnes solutions (...) Il y a un point sur lequel je suis d'accord avec Florian Philippot (...) Ce qui me pose problème, c'est le programme ultra-libéral de François Fillon et les liens avec l'assurance privée".

18h51 - Florian Philippot s'exprime à son tour sur RTL : "Je pense que le lien avec les Français est rompu, mais c'est la responsabilité de son camp. S'il veut rester candidat, qu'il reste candidat. Sa candidature me paraît assez cabossée".

18h43 - Le député sarkozyste Georges Fenech explique sur RTL : "J'ai rassemblé autour de moi un certain nombres de parlementaires qui partageaient des doutes et des craintes (...) Il est candidat jusqu'au bout quoi qu'il arrive. Je suis loyal et à partir du moment où il est candidat, je vais le soutenir". Il confie cependant que le "mal a été fait" et que ces déclarations de François Fillon "auraient dû intervenir plus tôt".

18h40 - Kim Willsher, la journaliste anglaise qui avait interviewé Penelope Fillon répond au candidat sur Twitter : "Non M. Fillon ! Les propos d'Envoyé Spécial n'ont pas été sortis de leur contexte. Le reportage ne m'a pas choqué. SVP Cessez de m'attribuer ces propos". 

À lire aussi
François de Rugy prononçant un discours à l'Assemblée nationale, le 15 septembre 2015 Primaire PS
Qui est François de Rugy, le nouveau président de l'Assemblée nationale ?

18h34 - Alain Duhamel estime que "dans la forme", François Fillon a été "excellent". Mais l'éditorialiste souligne qu'il s'agissait d'une "conférence de presse à la française, il n'y avait pas du tout d'acharnement. Tout ceci était courtois et assez bref. Mais je ne suis pas persuadé que cela suffise à le remettre en selle".

18h28 - À l'antenne de RTL, Benjamin Griveaux le porte-parole d'"En Marche !", estime que l'élection doit se faire "projet, contre projet".

18h23 - Alain Duhamel estime que François Fillon n'a pas abordé certains sujets, comme La Revue des deux mondes "et si le travail de son épouse était légal ou non. Peut-il apporter la preuve effective ? "Il reste un énorme point d'interrogation".

18h16 - Éric Ciotti, soutien de François Fillon, a vanté sur Twitter un "discours de vérité, de sincérité et de transparence totale". À l'antenne de RTL, il explique que le candidat "s'est livré avec beaucoup de convictions et de force. Il a apporté des réponses au doute des électeurs. Il a été convainquant, il a tout mis sur la table de façon exhaustive. C'était un exercice de vérité".

18h11 - Benoît Hamon trouve que François Fillon a "choisi la stratégie la plus mauvaise". Il ne devrait "pas être dans le déni, affirme-t-il. Celui qui aspire à être président de la République, on ne l'attend pas sur un numéro droit dans ses bottes, je me cabre et je montre que je suis dans mon droit, là où personne ne pense que la situation est normale (...) Ça montre finalement que François Fillon ne comprend pas bien qu'il y a une forme d'impunité (...) qui apparaît comme anormale pour les Français".

18h07 - Julien Fautrat, journaliste politique chez RTL, explique qu'"une nouvelle campagne" commence. Il est en réunion avec les ténors des Républicains, comme Brice Hortfeux, François Baroin, ou encore Jean-François Copé. "Le candidat accélère avec de nombreux déplacements prévus cette semaine".

18h04 - Lors de sa conférence de presse, François Fillon a longuement dressé la liste de son patrimoine.

18h02 - Après les déclarations de François Fillon, retrouvez l'édition spéciale de RTL Soir.

17h56 - Salaire de Penelope Fillon, excuses et médias en ligne de mire... Voici ce qu'il faut retenir de la conférence de presse de François Fillon

17h14 - Lors de sa conférence de presse, François Fillon a assuré que la journaliste qui avait interviewé son épouse, l'avait appelée après la diffusion des images dans Envoyé Spécial. Selon LibéDésintox, "la journaliste anglaise a envoyé un mail à Penelope Fillon pour lui dire qu'elle était désolée des conséquences de cette interview. Mais elle n'a à aucun moment remis en cause, dans ce mail, l'émission Envoyé Spécial qui a fait son travail".

16h51 - En pleine campagne pour la primaire de la droite et du centre, François Fillon avait attaqué Nicolas Sarkozy : "Qui imagine un seul instant le général de Gaulle mis en examen". Interrogé sur cette formule, il déclare : "Je n'ai rien changé, j'ai dit que mis en examen, je ne serai pas candidat à l'élection présidentielle. Bien sûr cette situation me fait réfléchir et au sort que certains ont subi. Mais elle ne change rien à ma détermination".

16h49 - François Fillon confie avoir "mis du temps à mesurer que le ciel lui était tombé sur la tête". "Maintenant c'est fait et je suis debout (...) Le crime profite à ceux qui ne veulent pas que la droite soit présente à l'élection présidentielle".

16h41 - Concernant les possibles remplaçants de François Fillon, il explique qu'il n'y a pas de plan B. "Ce ne sont pas les sondages qui me feront changer d'avis. Je suis candidat à l'élection présidentielle et je suis candidat pour la gagner", ajoute-t-il. 

"Quand la vérité aura été faite, quand chacun aura vu que le procès qui m'est fait est diffamatoire, les Français changeront d'opinion. Leur opinion est liée à des dizaines d'heures de plateau de télévision où l'on voit des dizaines d'experts parler du travail des attachés parlementaires", affirme-t-il

16h39 - François Fillon ajoute : "Mon fils n'a jamais participé à la campagne présidentielle. Il avait constitué des bases documentaires pour me permettre de préparer la campagne. Quant à ma fille, elle a travaillé sur beaucoup de sujets. Personne n'a le droit de juger du contenus du travail des attachés parlementaires. Le député est le seul maître du contenu du travail, du lieu des horaires et en raison de la séparation des pouvoirs personne n'a le droit de porter de jugement sur le contenu de ce travail".

16h31 - "Je sais ce que j'ai fait, je suis en accord avec ma conscience et j'ai pratiqué la transparence totale vis-à-vis des enquêteurs (...) Comment peut-on imaginer un instant que mon épouse qui est une femme intelligente, diplômée et responsable qu'elle ne soit pas au courant du travail qu'elle effectue pour moi (...) Oui mon épouse était au courant et mon épouse est ma collaboratrice. Elle a fait cette déclaration, reprise dans une émission à charge où l'on a sciemment repris des morceaux de phrases, retirées de leur contexte (...) Ma femme a travaillé et j'ai donné la preuve de ce travail", explique François Fillon.

>
VIDÉO - Comptes bancaires, immobilier... Fillon dresse la liste de son patrimoine Crédit Image : Capture d'écran BFMTV | Crédit Média : BFMTV / RTLNET | Durée : | Date :

16h29 - "La vérité c'est que malgré tout cela, une majorité de Français de droite souhaite que je porte mon projet de rupture. Parce qu'une majorité de Français de droite ne veut pas être confrontée au choix entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron (...) Peut-être que la violence des attaques contre moi a renforcé ma motivation, explique-t-il. J'ai respecté la loi, je suis un parlementaire ancien, c'est vrai que j'ai peut-être mis un peu plus de temps qu'il n'aurait fallu pour comprendre l'évolution de la société. Je considère que je suis en mesure de mettre en oeuvre un projet".

16h28 - François Fillon répond désormais aux questions des journalistes.

16h22 - "J'ai toujours fait de la transparence une exigence", affirme-t-il. "Le débat doit porter sur mon projet politique, tout le reste c'est pour détourner l'attention (...) Je voudrais dire aux millions de Français qui m'ont choisi, qu'on ne pourra pas voler leur choix. On ne les fera pas taire".

Le candidat explique qu'"aucune instance n'a la légitimité pour remettre en cause le vote de la primaire. Dès ce soir, j'annonce que c'est une nouvelle campagne qui commence. Je réunirai mon comité de campagne, dès demain je serai à Troyes avec François Baroin. C'est donc avec une énergie décuplée et une volonté farouche que j'aborde cette campagne".

16h17 - Le candidat à l'élection présidentielle aborde l'affaire concernant ces enfants : "J'ai employé mes enfants Marie et Charles pour un salaire mensuel net de 3.000 euros pour chacun, rien n'était dissimulé, tous les contrats de travail dont je parle étaient légaux".

Il poursuit : "Ça n'est pas au système médiatique de me juger. C'est aux Français de décider. Le premier courage en politique c'est de reconnaître ces erreurs. Collaborer en politique avec sa famille est une notion rejetée des Français". "Je vais publier sur internet dans la soirée, un tableau des revenus de mon épouse, ainsi que ma déclaration de patrimoine", affirme François Fillon qui quelques instants plus tôt a présenté ses "excuses" aux Français. Il reconnaît une "erreur" qu'il regrette "profondément". L'ancien premier ministre a détaillé ses comptes en banque et affirme qu'il n'est pas "assujetti à l'ISF".

16h15 - François Fillon égrène les tâches de son épouse : elle a "géré le courrier que l'on m'adressait, c'est elle qui a géré mon agenda, c'est elle qui a travaillé sur mes intervention dans la Sarthe (...) Son salaire était parfaitement justifié parce qu'il était indispensable pour mon travail".

>
François Fillon : "Le travail de mon épouse était parfaitement justifié" Crédit Média : BFM TV | Durée : | Date :

Concernant la phrase de Penelope Fillon dévoilée par l'émission Envoyé Spécial, François Fillon explique qu'"un collaborateur parlementaire travaille dans le domaine politique, mais c'est le député qui fait de la politique".

16h13 - Il ajoute : "Je fais face à une attaque d'une violence inouïe. C'est le candidat de la présidentielle de la droite et du centre qui est visé. Tous les faits évoqués sont légaux et transparents. J'ai été entendu pendant 4 heures par la police, Penelope pendant 5 heures (...) Oui j'ai employé mon épouse comme collaboratrice. Elle a été la collaboratrice de mon suppléant, elle l'est redevenue par le suite. Elle a touché 3.677 euros nets, salaire parfaitement justifié pour une personne diplômée de droite et de lettres".

>
François Fillon : "Tous les faits évoqués sont légaux et transparents" Crédit Image : Capture d'écran BFM TV | Durée : | Date :

16h11 - François Fillon prends la parole : "Je comprends les interrogations et le besoin de me voir clarifier les choses. Je vais le faire parce que je n'ai rien à cacher et je ne peux pas accepter des accusations infondées qui me prennent pour cible après 32 ans de vie politique".

16h08 - La conférence de presse de François Fillon ne devrait pas tarder à commencer.

16h - Marc Ladreit de Lacharrière, le propriétaire de la Revue des deux mondes, a déclaré à l'AFP que l'emploi de Penelope Fillon "n'a rien de fictif".

15h55 - À moins de trois mois de l'élection présidentielle, la droite est sacrément secouée par cette affaire. "Une crise sans doute la pire depuis très longtemps", selon le député Éric Ciotti, qui a appelé ses collègues à "garder leur sang-froid". Les parlementaires sont en effet paniqués devant les remontées du terrain, à quatre mois d'élections législatives à haut risque.  

15h29 - Penelope Fillon a évoqué devant les enquêteurs un travail officieux et informel pour décrire son activité auprès de son mari François Fillon et de son suppléant Marc Joulaud, revendiquant n'avoir jamais "officialisé (sa) qualité d'assistante parlementaire", selon des extraits de son audition révélés lundi par Le Monde. 

14h40 - Plus tôt dans la journée, Alain Juppé a refusé "clairement et définitivement" d'être un recours à François Fillon en cas de renoncement. "J'ai un peu de mal à comprendre d'où viennent ces rumeurs. J'ai dit quelle était ma position : clairement et définitivement, c'est non. Et vous me connaissez, non c'est non !", a-t-il affirmé devant des journalistes, à Bordeaux.
14h00 - Selon un proche de François Fillon contacté par RTL, l'ancien premier ministre souhaiterait faire part de son intention de rembourser les salaires perçus par son épouse, Penelope. Selon les calculs du Canard Enchaîné, Penelope Fillon aurait perçu environ 930.000 euros - 830.000 euros en tant qu'attachée parlementaire et 100.000 euros en tant que collaboratrice à La revue des deux mondes

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 François Fillon Penelope Fillon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787098445
François Fillon reconnait "une erreur" et présente ses "excuses" aux Français
François Fillon reconnait "une erreur" et présente ses "excuses" aux Français
MINUTE PAR MINUTE - Le candidat à l'élection présidentielle s'est exprimé depuis son QG de campagne sur l'affaire concernant son épouse et lui-même.
http://www.rtl.fr/actu/politique/francois-fillon-tiendra-une-conference-de-presse-a-16h-7787098445
2017-02-06 10:45:00
http://media.rtl.fr/cache/32a4ztKcIT9sEqxTdlV8Ig/330v220-2/online/image/2017/0206/7787105010_francois-fillon.jpg