1 min de lecture Vendée

"En Vendée tout le monde sait qu'il faut bosser", souligne Olivier Mazerolle

ÉDITO - L'éditorialiste revient sur l'état d'esprit de la Vendée, où se situent Les Herbiers, club qualifié pour la finale de la Coupe de France.

Olivier Mazerolle L'Edito d'Olivier Mazerolle Olivier Mazerolle
>
"En Vendée tout le monde sait qu'il faut bosser", souligne Olivier Mazerolle Crédit Image : GEORGES GOBET / AFP | Durée : | Date : La page de l'émission
Olivier Mazerolle
Olivier Mazerolle Journaliste RTL

Le petit club des Herbiers va disputer la finale de la Coupe de France face au Paris Saint-Germain le 8 mai prochain. Les Herbiers, 16.000 habitants, se situent en Vendée. C'est dans ce département qu'est logé le club cyclise de Jean-René Bernaudeau avec, jusqu'à présent comme chef de file, Thomas Voeckler, un dur au mal qui a tenu tête à Lance Armstrong.

La Vendée d'où part tous les quatre ans le Vendée Globe. La Vendée, où Les Herbiers affichent un taux de chômage inférieur à 5%. Le trait commun à tout cela : la volonté, le sentiment d'appartenance à un territoire qu'il faut défendre et faire prospérer. 

Restée fidèle à l'Église, la Vendée a été martyrisée pendant la Révolution. Le général républicain chargé de la répression se ventait d'avoir empilé des pyramides de cadavres, d'avoir les enfants et les femmes pour qu'elles n'enfantent plus de brigands.

À lire aussi
Un agent de police (photo d'illustration) faits divers
Vendée : un père condamné pour "coups de ceinture" et autres sévices

La Vendée a mis du temps à s'en remettre. Elle est restée plus d'un siècle à l'écart, sans grandes villes, sans usines, sans connaître le boom économique industriel.

L'entreprise : une aubaine

Et malgré cela, ils ont réussi. Comme le dit un responsable local : "quand on n'a pas de ressources, soit on baisse les bras soit on se mobilise". C'est ce qui s'est passé après la Seconde Guerre mondiale.

Des gars du pays se sont lancés dans l'aventure de l'entreprise dans un contexte favorable parce que la Vendée avait échappé à la saga des grandes luttes ouvrières dans les usines. Quand l'usine apparaît en Vendée, elle n'est pas un lieu de lutte, au contraire. Elle est vite considérée comme une aubaine.

Si la Vendée n'est pas devenue pour autant une sorte de paradis social, elle a un atout : là-bas tout le monde sait qu'il faut bosser. Quand les commandes affluent, les salariés répondent présents. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vendée Économie Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793097345
"En Vendée tout le monde sait qu'il faut bosser", souligne Olivier Mazerolle
"En Vendée tout le monde sait qu'il faut bosser", souligne Olivier Mazerolle
ÉDITO - L'éditorialiste revient sur l'état d'esprit de la Vendée, où se situent Les Herbiers, club qualifié pour la finale de la Coupe de France.
http://www.rtl.fr/actu/politique/en-vendee-tout-le-monde-sait-qu-il-faut-bosser-souligne-olivier-mazerolle-7793097345
2018-04-20 19:10:05
https://cdn-media.rtl.fr/cache/07uIo2ZeueCBCCfwgrr7iA/330v220-2/online/image/2017/0612/7788931945_le-conseil-departemental-de-vendee.jpg