Centrales nucléaires : comment Ségolène Royal s'oppose aux écologistes

ÉCLAIRAGE - La ministre de l'Écologie a annoncé dimanche 28 février être "prête" à autoriser le prolongement de dix ans de la durée de vie des centrales.

Ségolène Royal à Matignon, le 18 février 2016
Crédit : CHAMUSSY/SIPA
Ségolène Royal à Matignon, le 18 février 2016

"Oui, je suis prête à donner ce feu vert, sous réserve de l'avis de l'Autorité de sûreté nucléaire". La sortie de Ségolène Royal n'est pas passée inaperçue. La ministre de l'Écologie a indiqué qu'EDF pourrait allonger de dix ans la durée de vie de ses centrales nucléaires et s'est dit "prête à donner le feu vert" à cette nouvelle durée de vie qui passerait de 40 à 50 ans. Interviewée sur France 3, la pensionnaire de la rue de Grenelle a ainsi évoqué une énergie de "meilleur marché" grâce à des centrales nucléaires "déjà amorties".

Le patron d'EDF, Jean-Bernard Levy, avait déjà affirmé mi-février que "l'État avait donné son accord pour que nous modernisions le parc actuel de façon à ce que la durée de vie qui a été conçue pour 40 ans, nous la montions à 50 et 60 ans, sous réserve que la sécurité nucléaire soit garantie".

Une remise en cause de la transition énergétique ?

Selon Ségolène Royal, cette modernisation du parc nucléaire français s'inscrit dans la transition énergétique vantée par l'actuel gouvernement socialiste "dans le contexte de la baisse de la part du nucléaire de 75 à 50% dans la production d'électricité pour monter en puissance sur le renouvelable". La loi de transition énergétique prévoit notamment de réduire à 50% la part de l'atome dans la production électrique de la France à horizon 2025.

L'écologie, c'est fini

David Cormand, secrétaire national d'EELV

Une sortie qui a largement fait réagir le patron d'Europe Écologie Les Verts. "L'écologie, c'est fini", a réagi le secrétaire national d'EELV, David Cormand, sur Twitter.

Les écologistes montent au créneau

Le nouveau secrétaire national des Verts n'est pas le seul à s'opposer fermement au gouvernement. Malgré la nomination de trois écologistes - Jean-Vincent Placé, Emmanuelle Cosse et Barbara Pompili - lors du dernier remaniement, ces derniers ne semblent toujours pas en accord avec la politique menée par le gouvernement de Manuel Valls.

La capitulation de Ségolène Royal, qui vient de céder à EDF

L'ONG Sortir du nucléaire

S'ils se font discrets et n'ont pas réagi à cette sortie de Ségolène Royal, l'ONG Sortir du nucléaire s'est, elle, sévèrement exprimée. Selon elle, la ministre de l'Environnement "sacrifie la protection des citoyens aux intérêts d'EDF". Elle évoque "sa plus vive indignation face à la capitulation de Ségolène Royal, qui vient de céder à EDF". Et de conclure : "Cette décision constitue un reniement total de la loi de transition énergétique".

Le gouvernement doit présenter prochainement sa programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), qui détaillera l'évolution des moyens de production par type d'énergie que ce soit le nucléaire, le gaz ou encore les énergies renouvelables. Pas sûr que cela suffise à calmer le mécontentement général des écologistes

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782124481
Centrales nucléaires : comment Ségolène Royal s'oppose aux écologistes
Centrales nucléaires : comment Ségolène Royal s'oppose aux écologistes
ÉCLAIRAGE - La ministre de l'Écologie a annoncé dimanche 28 février être "prête" à autoriser le prolongement de dix ans de la durée de vie des centrales.
http://www.rtl.fr/actu/politique/centrales-nucleaires-comment-segolene-royal-s-oppose-aux-ecologistes-7782124481
2016-02-29 18:52:00
http://media.rtl.fr/cache/XJXu8LaXoRrE_SHyfhXuqA/330v220-2/online/image/2016/0229/7782124595_segolene-royal-a-matignon-le-18-fevrier-2016.jpg