2 min de lecture Allemagne

Allemagne : entre Merkel et Schulz, "c'est un peu 'Je te tiens, tu me tiens par la barbichette'"

REPLAY - L'éditorialiste revient sur l'accord de gouvernement en Allemagne. Selon lui, c'est "une bonne nouvelle d'avoir bientôt une Allemagne capable de prendre des décisions".

La chancelière allemande Angela Merkel, le 19 novembre 2017
La chancelière allemande Angela Merkel, le 19 novembre 2017 Crédit : AFP / JOHN MACDOUGALL
Olivier Mazerolle
Olivier Mazerolle Journaliste RTL

En Allemagne, Angela Merkel s'est donc enfin mis d'accord avec les socialistes pour tenter de former un nouveau gouvernement. Ça va prendre un peu de temps puisque les militants socialistes doivent entériner cet accord mais tout laisse à penser que l'Allemagne sort de la crise politique dans laquelle elle se trouvait depuis plusieurs mois.

Olivier Mazerolle estime que c'est une bonne nouvelle. Ça peut paraître paradoxal parce qu'on ne se prive pas en France de se plaindre de la suprématie de l'économie allemande. Il n'empêche que les quatre derniers mois viennent de démontrer que sans l'Allemagne, comme d'ailleurs sans la France, l'Europe ne peut pas avoir de projet. "C'est donc une bonne nouvelle d'avoir bientôt une Allemagne capable de prendre des décisions, de s'engager dans un projet commun qui donne une autre consistance et de la force à l'Union européenne", assure l'éditorialiste. 

Mais l'Allemagne en a-t-elle vraiment envie ? Ils sont assis sur un magot de 38 milliards d'euros d'excédent commercial et ils ne semblent pas vraiment avoir une envie folle de risquer tout cet argent en partageant avec les autres européens. "C'est vrai qu'il y a des réticences mais les circonstances évoluent et les mentalités avec. Si Angel Merkel avait fait affaire avec les libéraux, Emmanuel Macron n'aurait plus eu que ses yeux pour pleurer", analyse Olivier Mazerolle. 

À lire aussi
Emmanuel Macron et Angela Merkel, le 19 janvier 2018 à Paris Europe
Macron et Merkel vont-ils pouvoir relancer le couple franco-allemand ?

Angela Merkel veut continuer à gouverner

Chez les socialistes, c'est différent, Martin Schulz possède la force de l'allié faible mais indispensable. "Il n'a pas pu obtenir tout ce qu'il voulait dans l'accord avec Angela Merkel sauf sur l'Europe qui est placé en tête du projet commun jusqu'à évoquer un instrument spécifique d'investissement dans la zone euro", précise l'éditorialiste. "Entre Merkel et Schulz, c'est un peu 'Je te tiens, tu me tiens par la barbichette'", ironise Olivier Mazerolle. 

Il explique que pour justifier son alliance, Martin Schulz s'appuie sur le projet européen, si celui-ci n'est pas réalisé, il quitte le gouvernement. De son côté, Angela Merkel veut continuer à gouverner. Elle ne veut pas terminer sur un échec donc elle va tout faire pour calmer les réticences de ces amis chrétiens-démocrates

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Allemagne Angela Merkel Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791811448
Allemagne : entre Merkel et Schulz, "c'est un peu 'Je te tiens, tu me tiens par la barbichette'"
Allemagne : entre Merkel et Schulz, "c'est un peu 'Je te tiens, tu me tiens par la barbichette'"
REPLAY - L'éditorialiste revient sur l'accord de gouvernement en Allemagne. Selon lui, c'est "une bonne nouvelle d'avoir bientôt une Allemagne capable de prendre des décisions".
http://www.rtl.fr/actu/politique/allemagne-entre-merkel-et-schulz-c-est-un-peu-je-te-tiens-tu-me-tiens-par-la-barbichette-dit-mazerolle-7791811448
2018-01-12 20:51:00
http://media.rtl.fr/cache/GdDaJ9c1s-yktZnebNhwkw/330v220-2/online/image/2017/1121/7791062881_la-chanceliere-allemande-angela-merkel-le-19-novembre-2017.jpg