Syrie : "Nous allons négocier la création d'une autorité de transition à Genève" sans Bachar Al-Assad, explique une politologue

REPLAY / INVITÉE RTL - Basma Kodmani, politologue et universitaire, sera présente au cours des négociations sur la paix en Syrie, qui débutent le 14 mars à Genève.

>
Syrie : "Nous allons négocier la création d'une autorité de transition à Genève" sans Bachar Al-Assad, explique une politologue Crédit Image : AFP / JOSEPH EID Télécharger

Mardi 15 mars, la Syrie entrera dans sa sixième année de guerre. Un conflit tellement meurtrier que l'ONU a cessé de compter les morts. La veille, le 14 mars, un nouveau cycle de négociations s'ouvre à Genève, entre le régime de Damas et l'opposition modérée. Basma Kotmani, politologue et universitaire, sera présente lors de ses négociations. L'avenir de Bachar Al-Assad à la tête de la Syrie sera évoqué mais les négociations ont un seul but : "Créer une autorité gouvernementale de transition qui aura tous les pouvoirs". "On entend par là qu'Assad n'a pas de rôle dans la transition", explique la politologue au micro de RTL.

Cette autorité de transition aura plusieurs missions, telles que les questions de sécurité. "Dès lors que nous aurons cette autorité de transition, on peut tout de suite imaginer une stratégie commune, une stratégie globale contre Daesh. Ce jour-là, on pourra dire qu'il y a des chances de vaincre Daesh."

Faire "gagner en crédibilité" l'opposition modérée

L'opposition syrienne est très disparate mais "depuis le mois de décembre, elle a rassemblé toutes les factions de l'opposition politique et militaire, toute l'opposition modérée. C'est celle-là que l'on veut voir gagner en crédibilité. Elle a prouvé sa cohésion au cours des trois derniers mois." 

La Russie a régulièrement soutenu le régime de Bachar Al-Assad en faisant valoir son droit de veto au Conseil de sécurité de l'ONU, notamment lorsque celui-ci proposait une intervention militaire en Syrie. Néanmoins, la politologue pense que la Russie "s'est déjà aperçue qu'il ne sera pas possible d'imposer (le régime, ndlr) à la population syrienne dès lors qu'une trêve a porté ses fruits. Si la Russie veut préserver quelques présences, elle a intérêt à retrouver quelques amis au sein de cette population syrienne. Bachar Al-Assad est bien plus un obstacle qu'un atout pour le maintien de ses intérêts."

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7782350031
Syrie : "Nous allons négocier la création d'une autorité de transition à Genève" sans Bachar Al-Assad, explique une politologue
Syrie : "Nous allons négocier la création d'une autorité de transition à Genève" sans Bachar Al-Assad, explique une politologue
REPLAY / INVITÉE RTL - Basma Kodmani, politologue et universitaire, sera présente au cours des négociations sur la paix en Syrie, qui débutent le 14 mars à Genève.
http://www.rtl.fr/actu/international/syrie-nous-allons-negocier-la-creation-d-une-autorite-de-transition-a-geneve-sans-bachar-al-assad-explique-une-politologue-7782350031
2016-03-13 21:59:00
http://media.rtl.fr/cache/XJ-xOV-mN30DLXGEQTWvew/330v220-2/online/image/2015/0226/7776755774_bachar-al-assad-a-rencontre-quatre-parlementaires-francais-mardi-24-fevrier.jpg