2 min de lecture Société

"Google News" : l'Union européenne envisage une taxe

Les éditeurs de presse se sentent dépossédés de leurs contenus éditoriaux, face aux moteurs de recherche ou agrégateurs d'informations comme Google News.

"J'alerte l'Arcep" signale les problèmes de téléphone ou de connexion directement aux opérateurs.
"J'alerte l'Arcep" signale les problèmes de téléphone ou de connexion directement aux opérateurs. Crédit : DAMIEN MEYER / AFP
109996784729281669890
Clarisse Martin
et AFP

Cela fait plusieurs mois que le géant américain Google est dans le viseur de l'Union européenne, notamment pour des raisons de fiscalité. Depuis septembre 2016, un projet d'instaurer un nouveau droit, permettant aux éditeurs de presse de se faire rémunérer pour permettre le référencement d'articles sur des agrégateurs d'informations comme Google News ou des moteurs de recherche, comme Google. 

Un droit qui serait complémentaire au droit d'auteur des journalistes, dont l'idée chemine lentement à Bruxelles depuis 2016, dans le cadre d'une vaste réforme du copyright, rendue nécessaire par la révolution numérique. L'arrivée d'internet a en effet bouleversé et quelque peu mis à mal le modèle économique traditionnel de la presse et a conduit les éditeurs à voir leurs ventes papiers et recette publicitaires s'effondrer.

L'alliance européenne des agences de presse (EANA), dont l'Agence France-Presse est membre, pointe que "l'utilisation non-autorisée de contenus médiatiques par les moteurs de recherche et les agrégateurs menace l'accès des citoyens à une information de qualité et est préoccupante à l'heure où les fake news et la désinformation peuvent fausser les élections".

À lire aussi
Un agriculteur pulvérise des produits phytosanitaires sur un champ à Meteren (Nord). agriculture
68% des Français jugent les agriculteurs "dignes de confiance"

Un serpent de mer européen ?

La création d'une sorte de "taxe Google News" ne fait néanmoins pas l'unanimité. L'industrie du Net, des défenseurs des libertés fondamentales ou encore des consommateurs arguent que la mise en place d'une telle mesure étoufferait les plus petits agrégateurs et moteurs de recherches au profit des géants. 

Avant la proposition de la Commission européenne en 2016, certains États parmi les 28 avaient tenté de prendre des mesures nationales, sans trouver la panacée. L'Espagne a ainsi créé une "taxe Google", ce qui a conduit Google News a clore en décembre 2014 son service sur le territoire. En 2013, l'Allemagne avait déjà tenté d'adopter une mesure similaire, mais le groupe de presse Axel Springer, éditeur du puissant quotidien Bild, avait fait machine arrière et capitulé face à la firme de Mountain View. 

Pour être adoptée, la mesure doit être approuvée par le Parlement européen et le conseil de l'UE, où les États ne sont pas tous sur la même longueur d'onde. Si la France, l'Espagne, l'Allemagne et le Portugal sont favorables à l'instauration d'une telle taxe, il n'en va pas de même pour l'Irlande (où se trouve le siège européen de l'entreprise américaine), le Royaume-Uni ou encore la Finlande.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Union européenne Google
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789554586
"Google News" : l'Union européenne envisage une taxe
"Google News" : l'Union européenne envisage une taxe
Les éditeurs de presse se sentent dépossédés de leurs contenus éditoriaux, face aux moteurs de recherche ou agrégateurs d'informations comme Google News.
http://www.rtl.fr/actu/international/google-news-l-union-europeenne-envisage-une-taxe-7789554586
2017-07-31 15:24:00
http://media.rtl.fr/cache/EFQUKyTi7C_N_ErwQay3iw/330v220-2/online/image/2016/0628/7783882317_google-est-l-un-des-sites-internet-les-plus-consultes.jpg