3 min de lecture États-Unis

États-Unis : pourquoi Trump se retire du Pacte mondial d'aide aux réfugiés

Après leur retrait de l'Unesco et des accords de Paris, les États-Unis s'éloignent encore un peu plus de la communauté internationale après l'annonce samedi 2 décembre de leur retrait du Pacte mondial d'aide aux réfugiés.

ONU : retrait des USA d'un Pacte mondial sur les migrants et réfugiés
ONU : retrait des USA d'un Pacte mondial sur les migrants et réfugiés Crédit : Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Martin Planques
Martin Planques et AFP

Donald Trump a décidé samedi 2 décembre de retirer les États-Unis d'un pacte mondial de l'Organisation des Nations unies visant à améliorer la gestion internationale des migrants et réfugiés, le président américain le jugeant "incompatible" avec sa politique migratoire.

"Aujourd'hui, la mission américaine auprès de l'ONU a informé son secrétaire général que les États-Unis mettaient fin à leur participation au Pacte mondial sur la migration", précise un communiqué de la mission américaine. 

En septembre 2016, les 193 membres de l'Assemblée générale de l'ONU ont adopté à l'unanimité la Déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants. Un texte qui vise à améliorer la gestion internationale des mouvements de réfugiés et de migrants. Sur la base de cette Déclaration, le Haut commissaire aux réfugiés a été mandaté pour proposer un Pacte mondial sur les migrants et réfugiés dans son rapport annuel à l'Assemblée générale en 2018. 

À lire aussi
Un ovni dans le New Jersey en 1952 sciences
États-Unis : le Pentagone reconnaît avoir mené un programme d'étude des ovnis

"La Déclaration de New York comprend plusieurs dispositions qui sont incompatibles avec les politiques américaines d'immigration et de réfugiés et les principes édictés par l'Administration Trump en matière d'immigration", souligne le communiqué de la mission des Etats-Unis auprès de l'ONU. 

La souveraineté américaine est primordiale

"L'Amérique est fière de son héritage en matière d'immigration et de son leadership dans le soutien aux populations migrantes et réfugiées à travers le monde", a souligné dans le communiqué l'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley.

Mais "l'approche mondiale de la Déclaration de New York est juste incompatible avec la souveraineté américaine", a-t-elle ajouté. Et de préciser : "Nos décisions sur les politiques d'immigration doivent toujours être prises par les Américains et les seuls Américains", a insisté Nikki Haley, qui a le rang de ministre aux Etats-Unis et qui est une fidèle proche du président américain. 

Une application stricte du programme de Donald Trump"

Corentin Sellin, spécialiste de la politique américaine
Partager la citation

"America first" (Les États-Unis d'abord)", tel était le slogan de campagne de Donald Trump lors des élections présidentielles américaines en 2016. S'il a nié être un isolationniste, le milliardaire a largement usé du registre du repli sur soi. 

Le fait de rejeter un Pacte d'accueil des réfugiés de l'ONU est donc "une application stricte de son programme", comme l'analyse auprès de RTL.fr Corentin Sellin, spécialiste de la politique américaine. Et d'expliquer que "l'intérêt américain prévaut à toute contrainte" venue d'un organisme international. 

Une "volonté de contrôler les flux"

Cette annonce américaine rejoint la "volonté de contrôle des flux, sur laquelle il a été élu", poursuit Corentin Sellin. Et d'ajouter : "Aux États-Unis il y a une certaine réticence à accueillir des réfugiés provenant de pays comme la Syrie ou l'Irak, et c'est principalement par peur du terrorisme". C'est la peur de "l'ennemi de l'intérieur"

Donald Trump a remporté les élections notamment en recourant au thème du contrôle strict sur l'immigration. "Par exemple, le Michigan qui accueille beaucoup de réfugiés avait basculé en sa faveur alors que l'État est traditionnellement démocrate", explique Corentin Sellin, 

Et de poursuivre : "son discours de fermeture à certaines nations a résonné dans le pays malgré les couleurs politiques". Ce mardi 5 décembre, le fameux décret anti-immigration de de Donald Trump a été validé par la Cour suprême, la plus haute instance judiciaire américaine.

La suite logique d'une année de retraits

La première année de présidence de Donald Trump a été marquée par plusieurs retraits spectaculaires d'accords internationaux ou de projets d'accords impliquant plusieurs pays du monde. 

Au risque de l'isolement, les États-Unis sont devenus le seul pays à ne plus vouloir faire partie de l'Accord de Paris sur le climat. Washington a aussi décidé récemment de se retirer de l'Unesco - Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture - que Donald Trump juge peu favorable à Israël. 

Dans un autre domaine, la lutte contre la prolifération nucléaire, le président américain ne reconnait plus que l'Iran respecte un accord international de 2015 visant à garantir le caractère pacifique de son programme atomique. Cette position est un premier pas vers une possible fin de cet accord. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Donald Trump ONU
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791257388
États-Unis : pourquoi Trump se retire du Pacte mondial d'aide aux réfugiés
États-Unis : pourquoi Trump se retire du Pacte mondial d'aide aux réfugiés
Après leur retrait de l'Unesco et des accords de Paris, les États-Unis s'éloignent encore un peu plus de la communauté internationale après l'annonce samedi 2 décembre de leur retrait du Pacte mondial d'aide aux réfugiés.
http://www.rtl.fr/actu/international/etats-unis-trump-pacte-refugies-7791257388
2017-12-05 15:07:00
http://media.rtl.fr/cache/rMrkJ3ulXEPsQ7gpWsNVxw/330v220-2/online/image/2017/1204/7791257537_onu-retrait-des-usa-d-un-pacte-mondial-sur-les-migrants-et-refugies.jpg