Palaces, restaurants, grands magasins... Les clients fortunés désertent Paris et Nice

Les villes de Paris et Nice, frappées par les attaques terroristes, accusent une baisse conséquente de fréquentation des touristes étrangers. Le secteur demande à l'État d'engager des mesures fortes.

Le Plaza Athenee a fermé deux étages cet été, faute de fréquentation suffisante.
Crédit : AFP
Le Plaza Athenee a fermé deux étages cet été, faute de fréquentation suffisante.

Le secteur du tourisme souffre à Nice et à Paris. Les deux villes endeuillées par des attaques terroristes peinent à se relever et à attirer les clients étrangers, notamment les plus fortunés. "Les destinations Paris et France ont perdu de leur attractivité", a expliqué au Monde Roland Héguy, président de l'Union des métiers des industries de l'hôtellerie (UMIH), précisant au passage qu"'il n'y aura pas d'embauches" dans le secteur et même "sûrement des plans sociaux". 

Au niveau national, les touristes ont été 7% de moins qu'en 2015 à choisir la France comme destination sur les neuf premiers mois de l'année 2016. La compagnie aérienne Air France parle même de 153.000 passagers en moins que l'année dernière, sur la même période, soit une baisse de 3,4%. "Ceux qui manquent le plus sont les Asiatiques et les Américains", a relevé Roland Héguy qui estime que "cette crise n'a pas commencé avec les attentats". Les attaques ont, selon lui, "accéléré un phénomène de désaffection de la destination France" mais les problèmes d'infrastructures et d'accueil, le prix trop élevé des établissements par rapport à l'offre qu'ils proposent sont autant de raisons qui expliquent ce désamour, selon le président de l'UMIH. Il apparaît que la France s'est légèrement reposée sur ses lauriers en matière de tourisme et n'a pas suffisamment armé le secteur pour qu'il puisse faire face en cas de coup dur. 

Mais si la plupart des places touristiques ont réussi à surmonter l'obstacle et observent ainsi depuis septembre "des remontées plutôt bonnes", selon Roland Héguy, on ne peut pas en dire autant de Paris et de Nice

Les palaces et restaurants de luxe parmi les plus touchés

Cet été, les établissements haut de gamme ont même dû se résigner à fermer des étages. De janvier à août, le taux d'occupation des hôtels a baissé de 9,3 points à Paris. Selon le président de l'UMIH, les chiffres d'affaires des palaces ont dégringolé : "35% de baisse à Paris et entre 20% et 22% à Nice", atteste Roland Héguy. Et malgré une baisse de 5% du prix des chambres et des repas en moyenne, "cela ne reprend pas", se désole-t-il. 

"Nous ne compensons pas les départs mais il n'y a pas de licenciements", a indiqué au Monde François Delahaye, le directeur général du Plaza Athénée. "Tous les palaces sont en contrôle des coûts actuellement", a pour sa part affirmé José Silva, le directeur général du George-V, le premier palace parisien. Mais il se veut optimiste et prévoit que "l'année 2017 pourrait être celle du rebond". 

En revanche, côté restaurants, les pertes sont colossales. Selon Le Monde, des adresses mythiques telles que La Rotonde ou La Coupole enregistrent jusqu'à 50% de chiffre d'affaires en moins. "C'est terrible", a déploré Roland Héguy. 

Les grands magasins ne sont pas épargnés

À Paris comme à Nice et sa région, le balai des touristes étrangers qui font flamber la carte bancaire manque à l'appel. "Jusqu'aux attentats de Nice, la province était un peu épargnée. C'est moins vrai aujourd'hui et en particulier pour les magasins qui se situent en Provence-Alpes-Côte d'Azur", indique Pierre Pelarrey, directeur général du Printemps Haussmann, à Paris. Pour son magasin parisien justement, il dit observer une baisse de 15% du chiffre d'affaires réalisé par la clientèle internationale depuis le début de l'année. En temps normal, cette clientèle représente 40% des recettes. Aux Galeries Lafayette, le chiffre d'affaires grâce aux clients étrangers à baissé de 20%.  

Pour faire face, il faut "réamorcer la pompe", a lancé le président de l'UMIH. Il en appelle au gouvernement et demande une "baisse des charges sociales et patronales", "la fin de l'état d'urgence, qui fait peur aux touristes"; et "une communication positive pour valoriser la destination France".

La rédaction vous recommande
par Philippe Peyre
Suivez Philippe Peyre sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785338854
Palaces, restaurants, grands magasins... Les clients fortunés désertent Paris et Nice
Palaces, restaurants, grands magasins... Les clients fortunés désertent Paris et Nice
Les villes de Paris et Nice, frappées par les attaques terroristes, accusent une baisse conséquente de fréquentation des touristes étrangers. Le secteur demande à l'État d'engager des mesures fortes.
http://www.rtl.fr/actu/conso/palaces-restaurants-grands-magasins-les-clients-fortunes-desertent-paris-et-nice-7785338854
2016-10-18 17:46:27
http://media.rtl.fr/cache/lfnye8LgYKVCo7qvB_pQWw/330v220-2/online/image/2016/0925/7784991871_le-plaza-athenee-a-ferme-deux-etages-cet-ete-faute-de-frequentation-suffisante.jpg