2 min de lecture Santé

Michel Cymes : "Pas de cannabis si on veut éviter la surcharge pondérale !"

La consommation de cannabis accroît la sensation d'appétit. Avec toutes les complications que cela engendre sur la santé.

Michel Cymes Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes
>
Michel Cymes : "Pas de cannabis si on veut éviter la surcharge pondérale !" Crédit Image : AFP / Brendan Smialowski | Crédit Média : RTLNet | Date :
La page de l'émission
Michel Cymes
Michel Cymes et Loïc Farge

Du pétard au frigo, il y a une passerelle royale. Avec tapis rouge en prime. Quand on a pris l'habitude de son petit joint, il ne faut pas s'étonner d'en retrouver les effets sur la balance. C'est ainsi : fumer des joints ouvre l'appétit. Non pas qu'on ait réellement faim, mais c'est la sensation de faim qui est décuplée et vous conduit à vous gaver plus que de raison. Pour comprendre ce qu'il se passe, il faut s'attarder sur le rôle des cannabinoïdes. Ce sont des substances chimiques qui pullulent dans le cannabis et qui ont la particularité de réguler notre appétit.

Si vous avez faim, votre organisme produit des cannabinoïdes et vous mangez. Quand vous êtes à satiété, l'organisme cesse d'en produire et vous ne mangez plus. Le cannabis est truffé de cannabinoïdes qui agissent sur le cerveau, lequel, après quelques bouffées, réclame de la nourriture et ne se calme qu'après avoir englouti tout ce que vous avez sous la main (fromage, charcuterie, sucreries). Voilà comment on se retrouve avec des kilos en trop.

Non content d'ouvrir l'appétit, les cannabinoïdes stimulent aussi notre odorat

Michel Cymes
Partager la citation

Le mécanisme a été scientifiquement démontré par une étude de l'Université de Baltimore, aux États-Unis. Un fumeur qui grille deux pétards dans la journée consomme 40% de calories en plus de ce qu'il devrait. Non content d'ouvrir l'appétit, les cannabinoïdes stimulent aussi notre odorat, comme l'a découvert un chercheur de l'Inserm. Cela produit sur le fumeur le même effet que quand on rentre dans une boulangerie : ça sent bon et ça donne envie de goûter.

À lire aussi
Pour éviter d'attraper le virus, les autorités de santé recommandent la vaccination. grippe
Santé : 5 réflexes à adopter contre la grippe

Donc pas de cannabis si on veut éviter la surcharge pondérale ! Mais vous vous doutez bien que c'est l'un des aspects du problème, et qu'il est accessoire. Car pour le reste, je rappelle que le cannabis est un formidable ralentisseur de cerveau. À cause de lui des générations de fumeurs voient une partie de leur matière grise partir en fumée (on a pu le prouver grâce à l'imagerie médicale). Cela affecte directement leur motivation, leur capacité à prendre des décisions et favorise les troubles mentaux.

Je le dis essentiellement pour les jeunes, car j'ai bien conscience que les alerter sur les effets du cannabis sur leur poids risque malheureusement de leur faire bouger une oreille sans toucher l'autre.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Drogue Cannabis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791036988
Michel Cymes : "Pas de cannabis si on veut éviter la surcharge pondérale !"
Michel Cymes : "Pas de cannabis si on veut éviter la surcharge pondérale !"
La consommation de cannabis accroît la sensation d'appétit. Avec toutes les complications que cela engendre sur la santé.
http://www.rtl.fr/actu/bien-etre/michel-cymes-pas-de-cannabis-si-on-veut-eviter-la-surcharge-ponderale-7791036988
2017-11-20 11:59:47
http://media.rtl.fr/cache/q6MTmZ_sDEL8PhFxzf6ofw/330v220-2/online/image/2016/1110/7785704058_un-plant-de-cannabis-illustration.jpg