1. Accueil
  2. Sport
  3. Sotchi : Brian Joubert, le mal aimé, pour un dernier tour de patins
3 min de lecture

Sotchi : Brian Joubert, le mal aimé, pour un dernier tour de patins

PRÉSENTATION - Brian Joubert, le patineur artistique français le plus titré, s'apprête à livrer ses dernières prestations lors des Jeux Olympiques de Sotchi.

Brian Joubert effectue sa dernière compétition à Sotchi
Brian Joubert effectue sa dernière compétition à Sotchi
Crédit : FRED DUFOUR / AFP
Ryad Ouslimani & AFP

Populaire, adulé ou moqué, Brian Joubert n'a laissé personne indifférent, au point d'avoir eu les honneurs d'une marionnette aux "Guignols de l'info", et les désagréments qu'elle a charriés, à savoir une étiquette de loser.

Seulement voilà, Joubert c'est 12 ans de carrière ininterrompue, 16 médailles internationales dont un titre mondial en 2007. Le Poitevin de 29 ans, qui participera à ses 4e Jeux à Sotchi, a tirer sa révérence, après une belle prestation pour sa dernière sortie en compétition officielle. Place aux galas maintenant.

Je me suis brûlé les ailes

Brian Joubert, patineur français

C'est sans doute cet échec récurrent sur le rendez-vous planétaire qui lui a collé une image d'éternelle déception. "Là où je me suis brûlé les ailes, c'est d'avoir annoncé que je voulais être champion olympique", confesse-t-il à l'AFP. Mais tout ça ne perturbe guère le champion, qui a toujours su rebondir après les contre-performances et qui sait avoir marqué son sport. Avec 16 médailles internationales, 6 en championnats du monde (dont un titre en 2007) et 10 en championnats d'Europe (dont 3 titres, 2004, 2007 et 2009), il est le tricolore le plus titré, loin devant un Candeloro pourtant plus apprécié, mais qui est lui monté sur un podium olympique (bronze en 1994 et 1998).

Ses premiers pas sur la glace, Joubert les a fait à 4 ans, à Poitiers, son fief qu'il ne quittera finalement quasiment jamais. "Au début, je voulais faire du hockey parce que le patinage, c'était un sport de filles", se souvient-il. À 5 ans, il fait sa première compétition sous la coupe de Véronique Guyon, qui le guide encore à Sotchi. Alors que le patineur a 12 ans, un certain Didier Gailhaguet, aujourd'hui président de la Fédération française, le repère et le prend sous son aile.

À lire aussi

"C'est comme un deuxième père pour moi. Il y a eu des coups de gueule. Mais j'aime bien que les gens me disent les choses en face et avec ma mère, ce sont les 2 seules personnes qui ont toujours osé me dire les choses en face".

Fils à maman et chéri de ses dames

Sa maman Raymonde est indissociable du fiston, ce qui lui a valu quelques railleries. "C'est une relation souvent critiquée mais pour moi, elle me paraît logique. Ça me dérange beaucoup qu'on critique ma mère. Elle fait son boulot de maman, elle accompagne son fils. Et je vis avec ma mère. Et même si j'ai 29 ans, ça ne change rien !" C'est avec elle qu'il a partagé sa toute première médaille internationale en 2002, ce dont il est le plus fier. Son regret ? Les Jeux de 2006. "C'est là où je pouvais obtenir une médaille". Il a bien failli arrêter, une fois, après les Mondiaux de 2005 (6e), empêtré dans les ennuis. Mais sa passion a été plus forte.

Une fois sa carrière terminée, il restera son palmarès et une cote d'amour sans conteste auprès de la gente féminine (95% des fans de patinage). "J'ai eu des demandes en mariage, des femmes qui voulaient divorcer et quitter leur maison pour venir s'installer à Poitiers pour moi, elles pensaient que ça pouvait marcher", raconte, souriant et un rien gêné, le champion du monde 2007. "Il y a des petites culottes dans les cadeaux. Une femme m'a demandé de signer sur sa poitrine, une autre sur ses fesses", s'amuse le Français.

Toujours souriant et jamais méprisant, il est suivi en permanence sur les compétitions par une nuée de femmes venant du Japon ou de la Chine qui font des milliers de kilomètres juste pour le voir. Il a noué des relations amicales avec certaines d'entre elles, mais jamais plus. Le cœur du patineur n'est pas à prendre. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/