1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Riquelme, la retraite d'un anti-héros
2 min de lecture

Riquelme, la retraite d'un anti-héros

PORTRAIT - Le meneur de jeu argentin Juan Roman Riquelme a annoncé sa retraite sportive dimanche 26 janvier à l'âge de 36 ans. Génie technique lent et peu adapté au football moderne, il a fait rêver le monde par la pureté de ses gestes.

Juan Roman Riquelme à Buenos Aires le 29 septembre 2014
Juan Roman Riquelme à Buenos Aires le 29 septembre 2014
Crédit : ALEJANDRO PAGNI / AFP
James Abbott
James Abbott

Il était comme James Bond sans gadgets, Superman sans la capacité de voler. Juan Roman Riquelme était un génie du football, mais n'avait pas le physique pour pouvoir renverser à lui seul des montagnes. Un des derniers meneurs de jeu à l'ancienne a tiré sa révérence dimanche 26 janvier en Argentine

Souvent lent, parfois nonchalant, il n'était pas prédestiné à rester titulaire dans une équipe de sport collectif. Mais il avait un don. Ses dribbles à répétition auraient pu faire enrager ses coéquipiers qui auraient pu le détester, mais non, Juan Roman Riquelme est parvenu, sans forcer, à convaincre ses pairs et le public.

Véritable légende en Argentine, il a disputé 388 matches avec Boca Juniors, son club de cœur, entre 1996 et 2002, puis de 2008 à 2014, où il a inscrit 89 buts. Dribbleur, passeur, tireur de coups francs, il savait tout faire, sauf un sprint de 60 mètres.

L'amour du beau jeu

 "C'est un jour important pour moi car j'ai décidé de ne plus jouer au football, a-t-il déclaré dimanche dans une interview accordée à ESPN. J'ai essayé de prendre du plaisir, j'espère que les gens qui m'ont suivi en ont pris aussi."

À écouter aussi

Le plaisir, un adjectif qui prenait tout sens quand on le voyait jouer. Il avait une capacité à sortir des gestes improbables, et une facilité déconcertante à éliminer des joueurs avec ses feintes de corps, de regard ou de passes. Il a ridiculisé plus d'un défenseur, que ce soit en Argentine ou en Espagne où il a fait un passage à Barcelone (2002-2005) puis Villarreal (2005-2007).

Seule ombre au tableau, son palmarès n'est pas aussi fourni qu'il aurait pu prétendre. Il est tout de même quintuple champion d'Argentine (1998, 1999, 2000, 2008 et 2011), triple vainqueur de la Copa Libertadores (2000, 2001, 2007). Néanmoins, il n'a pas explosé sous le maillot de la sélection argentine (51 sélections, 17 buts) avec laquelle il a remporté une médaille d'or olympique (2008). 

Futur président de Boca Juniors ?

Il a donc terminé sa carrière à Argentinos Junior, club qu'il a largement contribué à faire remonter en première division la saison dernière. Il veut rester sur cette note positive, ne souhaitant pas faire la saison de trop. Il quitte la scène du football en indiquant qu'une "nouvelle vie" commence pour lui.

Cet amoureux du ballon pourra-t-il rester longtemps éloigné des terrains ? Rien n'est moins sûr, d'autant qu'il n'écarte pas la possibilité de postuler au poste de président de son club de Boca Juniors. Difficile de résister à l'amour du football.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/