1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Michel Platini "n'oubliera pas les gens qui l'ont lâché", assure le journaliste à qui il s'est confié
2 min de lecture

Michel Platini "n'oubliera pas les gens qui l'ont lâché", assure le journaliste à qui il s'est confié

REPLAY / INVITÉ RTL - L'ancien candidat à la présidence de la FIFA annonce son renoncement dans "L'Équipe" vendredi 8 janvier. Étienne Moatti revient sur cette interview.

Michel Platini au 65e congrès de la FIFA à Zurich le 28 mai 2015.
Michel Platini au 65e congrès de la FIFA à Zurich le 28 mai 2015.
Crédit : FABRICE COFFRINI / AFP
Michel Platini "n'oubliera pas les gens qui l'ont lâché", assure le journaliste à qui il s'est confié
07:24
Gregory Fortune & Yves Calvi

Le calendrier était trop serré : Michel Platini a logiquement renoncé à maintenir sa candidature à la présidence de la FIFA, faute de temps suffisant pour épuiser les différents recours face à  sa suspension de huit ans de toute activité liée au foot. Dans un entretien exclusif paru vendredi 8 janvier dans L'Équipe, le Français de 60 ans explique qu'il n'a "plus le temps ni les moyens d'aller voir les électeurs, de rencontrer les gens, de se battre avec les autres". Il règle aussi ses comptes avec le président sortant Sepp Batter, qui "voulait" sa "peau". 

Malgré ses attaques, le journaliste qui a recueilli ses propos, Étienne Moatti, a trouvé Michel Platini "calme, pas énervé parce que ce n'est pas sa nature, mais avec un peu de lassitude dans le regard. Il a quand même l'intention de se battre, surtout pour son honneur". L'ancien numéro 10 des Bleus "est quand même aussi remonté parce qu'il a le sentiment que c'est une grande injustice qu'il est en train de vivre. Il voit très bien qu'il y a pas mal de gens qui l'ont lâché depuis que cette affaire a été déclenchée. Il est rancunier. Il ne les oubliera pas", assure le journaliste.

Il a gardé une forme de candeur, de naïveté

Étienne Moatti, journaliste à "L'Équipe"

Moatti souligne par ailleurs que bien qu'il se soit lancé en politique dans le football depuis longtemps (membre du comité exécutif de la FIFA depuis 2002), Platini "a gardé une forme de candeur, de naïveté. Il n'est pas de la race des Sepp Blatter, qui sont véritablement des hommes politiques sans foi ni loi. Il ne s'est pas rendu compte qu'en se présentant à la présidence de la FIFA le moindre élément serait utilisé contre lui. On peut considérer que ce versement de 1,8 million d'euros pour un travail effectué neuf ans plus tôt est un peu curieux. Mais je peux vous dire qu'à l'échelle de ce qui se passe à la FIFA depuis 20 ou 30 ans, c'est de la rigolade".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/