7 min de lecture Équipe de France de football

France-Bulgarie : quelles ont été les carrières des damnés de 1993 ?

Si la débâcle des Bleus face à la Bulgarie a été un traumatisme pour les joueurs, la plupart ont connu par la suite des carrières fructueuses, dont la conquête du Graal en 98.

Bernard Lama, sous le maillot de la France Crédits : Sipa | Date : 06/10/2016
13 >
Bernard Lama, sous le maillot de la France Crédits : Sipa | Date : 06/10/2016
Marcel Desailly sous le maillot des Bleus Crédits : Sipa | Date : 06/10/2016
Laurent Blanc avec le bulgare Hristo Stoichkov en 1996 Crédits : JACQUES DEMARTHON / AFP | Date : 06/10/2016
Alain Roche avec les Bleus en octobre 93 face à Israël Crédits : VINCENT AMALVY / AFP | Date : 06/10/2016
Emmanuel Petit le 12 juillet 1998 en finale de la Coupe du monde Crédits : Sipa | Date : 06/10/2016
Paul Le Guen le 13 octobre 1993 face à Israël Crédits : JEAN-LOUP GAUTREAU / AFP | Date : 06/10/2016
Didier Deschamps sous le maillot des Bleus en 1992 Crédits : PATRICK HERTZOG / AFP | Date : 06/10/2016
Reynald Pedros au tacle sur Balakov le 17 novembre 1993 face à la Bulgarie Crédits : AFP/V.Amalvy | Date : 06/10/2016
Franck Sauzée avec le maillot bleu Crédits : GERARD JULIEN / AFP | Date : 06/10/2016
Jean-Pierre Papin face à Israël le 13 octobre 1993 Crédits : Sipa | Date : 06/10/2016
Eric Cantona sous la tunique de l'équipe de France Crédits : Sipa | Date : 06/10/2016
Vincent Guérin à la lutte avec Liouboslav Penev le 17 novembre 1993 Crédits : VINCENT AMALVY / AFP | Date : 06/10/2016
David Ginola contre la Bulgarie le 13 mars 1993 Crédits : AFP/G.Julien | Date : 07/03/2012
1/1
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
Journaliste RTL

Un traumatisme. L'équivalent du France-RFA 82 pour une génération. La défaite 2-1 des Bleus face à la Bulgarie le 17 novembre 1993 a laissé des traces et provoqué un séisme dans le football français, privé alors de la World Cup 94. Une lame de fond qui provoquera certains changements et mènera au titre mondial de 1998. Le but de Kostadinov aura néanmoins privé Jean-Pierre Papin, Éric Cantona et autres Éric Di Meco d'une phase finale de Coupe du monde, et ce n'est pas anodin. Les 13 joueurs ayant disputé ce match ne l'oublieront jamais, mais ils auront quasiment tous connu ensuite de quoi atténuer la douleur de ne pas avoir pu voir l'Amérique. 

De Bernard Lama à Jean-Pierre Papin en passant par Franck Sauzée ou Didier Deschamps, les noms couchés par Gérard Houllier sur la feuille de match ne restent pas tous définitivement liés à la débâcle du Parc des Princes. Certains sont même devenus des héros 5 ans plus tard.

Bernard Lama, un gardien d'exception

Crucifié par la frappe de mule de Kostadinov, Bernard Lama n'a rien pu faire pour sauver les Bleus. Titulaire dans les buts du Paris Saint-Germain, le gardien va ensuite faire une carrière XXL. Champion de France 1994, vainqueur de la Coupe des coupes en 96, gardien à l'Euro 96, il vivra néanmoins très mal le rôle de doublure de Barthez lors du sacre de 98. Il est néanmoins champion du monde et champion d'Europe, et compte 44 sélections. 

Marcel "The Rock" Desailly

À lire aussi
Amel Majri, Corinne Diarcre et Sarah Bouahddi à Rennes le 17 juin 2019 Mondial féminin
Coupe du Monde féminine 2019 : le point sur les qualifiés et les éliminés

Tout frais champion d"Europe avec l'OM, Desailly est aligné arrière droit par Gérard Houillier ce soir-là. Malgré cette défaite cuisante, "Marcelo" ira rayonner au Milan AC pour glaner un titre européen en 94 avant de devenir "The Rock" à Chelsea. Il a été sans doute le meilleur défenseur du monde et régnera sur le Mondial 98 en étant infranchissable. Il est aussi champion d'Europe en 2000. Il compte 116 capes.  

Laurent Blanc, le futur "Président"

On le voit tenter un dernier tacle désespéré sur Kostadinov mais il arrive trop tard, comme tout le monde. C'était sans doute son dernier tacle tant il a ensuite eu la réputation de toujours rester debout face aux attaquants. Bon en club, il s'est toujours sublimé avec les Bleus, gagnant le surnom de "Président" lors de la Coupe du monde 98. Expulsé lors de la demi-finale, il rate le choc face au Brésil mais il restera l'auteur du but en or en huitième de finale. Lui aussi réussira le doublé en 2000. Entraîneur de Bordeaux et du PSG, il remporte 4 titres de champion de France. Son passage sur le banc des Bleus ente 2010 et 2012 est, lui, bien plus mitigé. Il a 97 sélections au compteur.

Alain Roche, le gentleman

Un défenseur propre, technique lui aussi et bon dans les duels. Il est né trop tôt pour être dans la génération championne du monde mais pourra néanmoins compter les titres conquis avec le PSG, avec celui de 94 et la Coupe des coupes 96. Il ira jusqu'à l'Euro 96 avec les Bleus et totalise 25 sélections.

Emmanuel Petit, le gaucher rebelle

Il a 23 ans et est aligné au poste de latéral gauche lors de ce match. Lui, le milieu de terrain. Après avoir eu un début de carrière fulgurant en équipe de France sous Michel Platin, le Monégasque connaîtra une première cassure après cette rencontre. Pourtant sa carrière est immense : Monaco, Arsenal, Barcelone, Chelsea. Il remporte le titre avec l'ASM mais aussi avec Arsenal sous les débuts d'Arsène Wenger. Gaucher puissant et techniquement doué, il restera comme le troisième et dernier buteur de la finale du Mondial 98. Il arrête sa carrière en 2003, avec 63 sélections et mène depuis une carrière de consultant dans les médias. 

Paul Le Guen, le totem du PSG

344 matches avec le PSG et une frappe de mule, "La Patate de Pencran" avait 29 ans lors de cette rencontre. Par la suite, lui aussi sera des épopées du PSG au cœur des années 90. Champion de France et vainqueur de la Coupe des coupes, il prend sa retraite à 34 ans. Il s'illustre ensuite en tant qu'entraîneur de l'Olympique lyonnais avec 3 titres de champion. Il entraînera aussi le PSG avec qui il remporte des coupes nationales. Il termine avec 17 sélections en bleu.

Didier Deschamps, le plus gros palmarès du foot français

En 1993, Didier Deschamps est le capitaine de l'hégémonique OM qui remporte la Coupe des clubs champions. Joueur de haut niveau, d'une intelligence tactique rare, "DD" a été un relai de ses entraîneurs tout au long de sa carrière. En 94, il passe à la Juventus où il deviendra aussi le patron, remportera une C1 en 96 et des titres nationaux. Viennent ensuite Chelsea et Valence avant surtout une riche carrière d'entraîneur toujours en cours. Monaco (finale de C1), Juventus (saison historique en Serie B pour remonter), Marseille (champion après 18 ans d'attente) et désormais l'équipe de France finaliste de l'Euro 2016. Didier Deschamps est l'un des hommes les plus importants du football français d'après-guerre. Il compte 103 sélections avec la France.

Franck Sauzée, un milieu à tout bien faire

Franck Sauzée était lui aussi issu de l'OM champion d'Europe 6 mois avant le match face aux Bulgares. Milieu de terrain intelligent au gros abattage, il est connu pour sa frappe d'une puissance inouïe. Son passage à l'OM aura été le sommet de sa carrière en club, il filera ensuite à Bergame, Strasbourg, Montpellier et Hibernians, en Écosse. Il reste un joueur marquant des années 90 et désormais un consultant télé apprécié. Il termine avec 39 sélections avec les Bleus. 

Reynald Pedros, le damné de 1996

Un joueur très talentueux, qui a 22 ans au moment de France-Bulgarie. Gaucher au toucher de balle soyeux, il survivra au naufrage du Parc pour aller offrir avec ses coéquipiers nantais l'une des plus belles saisons d'un club en championnat de France, avec le titre de 1995. Sa carrière n'aura ensuite pas la dimension espérée avec des expériences moyenne à Parme, Lyon ou encore Marseille. Sa blessure est sans doute le tir au but raté face à la République tchèque en demi-finale de l'Euro 96, qui scelle le sort des Bleus. Il tire sa révérence sur 25 sélections.

Jean-Pierre Papin, le bombardier Ballon d'Or

C'est un Ballon d'Or qu'aligne Gérard Houiller au coup d'envoi de France-Bulgarie. Couronné en 91 avec l'OM, JPP quitte Marseille pour le grand Milan avant la victoire de l'OM en 93. Il affrontera son ancien club en finale de C1. Il inscrit 38 buts en 74 matches avec les Rossoneri, mais connaîtra un passage anecdotique ou presque au Bayern. Un bon parcours aux Girondins de Bordeaux et quelques matches à Guingamp clôtureront sa carrière emplie de titres collectifs et individuels. Sa carrière de coach ne sera pas flamboyante. On retiendra de Papin l'image d'un buteur d'exception, auteur de 30 buts en 54 sélections avec les Bleus. 

Éric Cantona, l'histoire ratée avec les Bleus

C'est le buteur français de ce match. Éric Cantona est une légende en Angleterre, un dieu vivant à Manchester United. En 93, Canto est en train de devenir "The King" outre-Manche mais son histoire avec les Bleus est compliquée. Non retenu pour l'Euro 96 et la Coupe du monde 98, il aura une carrière sublime avec les Red Devils malgré les échecs en Coupe d'Europe. Déclarations tapageuses, agression sur un spectateur, suspension longue durée, Cantona est une star au sens rock and roll du terme. Sélectionneur de l'équipe de France de beach soccer et comédien, Éric Cantona reste un personnage complètement à part. Son (faible) total de 45 sélections reflète ses problèmes avec les Bleus. 

Vincent Guérin, le soldat qualifé

Un excellent joueur de foot, qui entrera en jeu à la 80e minute face à la Bulgarie. Vincent Guérin sera par la suite un pilier du Paris Saint-Germain, champion de France et vainqueur de la C3. À titre personnel il est élu meilleur joueur de D1 en 95 et participera à l'Euro 96 avec les Bleus. Une affaire de dopage dans laquelle il sera blanchi freinera sa carrière au très haut niveau, de même que des blessures récurrentes. Il deviendra consultant télé et fonde une agence de communication et d'événementiel portant son nom. Il ne jouera que 19 fois sous le maillot français. 

David Ginola, "El Magnifico" devenu maudit

Un joueur sublime, de classe mondiale, un Varois devenu icône du PSG. En 93, Ginola a 26 ans et vivra un traumatisme. Entré à la 68e minute du jeu, il centre dans la arrêts de jeu vers Cantona sans le trouver, la Bulgarie récupère la balle et construit l'action du but de crucifixion par Kostadinov. Gérard Houllier accuse Ginola de "crime contre l'équipe", moins pour ce centre que pour des déclarations dans L'Équipe avant le match concernant le duo Papin-Cantona. Ginola ira s'épanouir en Angleterre, devenant en 1999 le meilleur joueur de Premier League avec Tottenham. Entre temps, il rate l'Euro 96 et le Mondial 98. Il est aujourd'hui un excellent présentateur d'émission sur le football, et prochainement de La France a un incroyable talent sur M6. Il totalise 17 capes avec les Bleus, certainement indigne de son immense talent. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Équipe de France de football Éric Cantona Didier Deschamps
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785123887
France-Bulgarie : quelles ont été les carrières des damnés de 1993 ?
France-Bulgarie : quelles ont été les carrières des damnés de 1993 ?
Si la débâcle des Bleus face à la Bulgarie a été un traumatisme pour les joueurs, la plupart ont connu par la suite des carrières fructueuses, dont la conquête du Graal en 98.
https://www.rtl.fr/sport/football/france-bulgarie-quelles-ont-ete-les-carrieres-des-damnes-de-1993-7785123887
2016-10-07 10:45:50
https://cdn-media.rtl.fr/cache/FQ8qRru05QG_wLhKO_MlrQ/330v220-2/online/image/2016/1006/7785144953_vincent-guerin-a-la-lutte-avec-liouboslav-penev-le-17-novembre-1993.jpg