2 min de lecture Mondial 2014 au Brésil

Brésil : 19 activistes interpellés, neuf autres recherchés

La police brésilienne a interpellé 19 activistes et en recherche neuf autres, accusés de vandalisme durant des manifestations anti-Mondial.

Un manifestant brésilien de MTST, le Mouvement des sans logis, devant les forces de l'ordre brésiliennes, le 9 juin, à Sao Paulo. (archives)
Un manifestant brésilien de MTST, le Mouvement des sans logis, devant les forces de l'ordre brésiliennes, le 9 juin, à Sao Paulo. (archives) Crédit : NELSON ALMEIDA / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

La police brésilienne a interpellé ce samedi 19 activistes accusés d'avoir commis des actes de vandalisme à Rio de Janeiro au cours de manifestations anti-Coupe du monde ces derniers mois, à la veille d'une mobilisation convoquée à quelques heures de la finale du Mondial.

Neuf autres personnes, considérées comme "fugitives", sont en outre recherchées. Un tribunal de Rio a ordonné l'arrestation de ces 28 personnes à la veille de la finale du Mondial, ce dimanche, entre l'Allemagne et l'Argentine, au stade Maracana.

Saisie d'armes

Une manifestation a été convoquée par le groupe des Anonymous et des membres du mouvement anarchiste des Black Bloc, trois heures avant la rencontre, à proximité du stade. La police a annoncé ces arrestations dans un courrier électronique adressé à l'AFP.

"Les preuves recueillies au cours de l'enquête et aujourd'hui (samedi) démontrent que ce groupe envisageait de commettre des actes violents", a affirmé le patron de la police, Fernando Veloso, au cours d'une conférence de presse.

À lire aussi
L'Arena Pantanal de Cuiaba, le 13 juin 2014 (archives). Mondial 2014 au Brésil
Brésil : "interventions d'urgence" sur l'un des stades du Mondial

Au cours de ces opérations, les forces de l'ordre ont mis la main sur des armes à feu, des explosifs, ainsi que des ordinateurs, des téléphones portables et des masques à gaz, ont précisé des médias locaux. Les interventions policières ont mobilisé 80 agents et un hélicoptère, dans les villes de Rio, Buzios (sud-est) et Porto Alegre (sud).

26.000 hommes pour assurer le sécurité de la finale

Une des activistes arrêtées, Elisa de Quadros Pinto, alias "Sininho", avait déjà été interpellée le 11 juin, à la veille du coup d'envoi du Mondial. Le Brésil avait connu en juin 2013, en pleine Coupe des confédérations de football, une mobilisation sociale historique, fustigeant la déliquescence des services publics et les sommes astronomiques investies dans la préparation du Mondial, estimées à 11 milliards de dollars.

La mobilisation s'était poursuivie tout au long de l'année, et durant la compétition actuelle, mais sans jamais retrouver la même intensité. Les autorités brésiliennes ont annoncé avoir mobilisé 26.000 hommes pour assurer le sécurité de la finale, ce dimanche, à Rio.

Lire la suite
Mondial 2014 au Brésil Brésil Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants