3 min de lecture France Télévisions

Droits TV du Mondial 2014 : "France TV subit la mondialisation", explique Daniel Bilalian

INVITÉ RTL - Daniel Bilalian, le directeur des sports à France Télévisions, a commenté vendredi 14 mars l'acquisition de l'intégralité des matches du Mondial 2014 au Brésil par la chaîne Qatarie BeIn Sports

Daniel Bilalian, directeur des sports à France Télévisions, en décembre 2013
Daniel Bilalian, directeur des sports à France Télévisions, en décembre 2013 Crédit : AFP/J.Demarthon
Gregory Fortune
Gregory Fortune
Journaliste RTL

La  chaîne qatarie BeIn Sports a encore renforcé sa position dans le paysage audiovisuel sportif français grâce à un accord avec TF1 qui lui permettra de diffuser cet été l'intégralité de la Coupe du monde de football (12 juin-13 juillet).

La chaîne du groupe Bouygues, qui s'était offert la diffusion exclusive du Mondial pour 130 millions d'euros en 2005, avait lancé un appel d'offres au mois d'octobre dernier afin d'en revendre une partie, pour alléger sa facture. C'est donc BeIn qui a sauté sur l'occasion en allant même nettement plus loin que ce qui était prévu initialement : ce n'est pas une partie du Mondial qui sera diffusée sur la chaîne payante mais bien son intégralité, 64 matches en direct, dont 36 en exclusivité.

>
Daniel Bilalian : "France Télévisions subit la mondialisation" Crédit Image : Fanny Bonjean / RTL.fr | Crédit Média : RTL | Date :

Les matches des Bleus les demies et la finale sur TF1

TF1, de son côté, garde 28 affiches qui seront donc co-diffusées, parmi lesquelles celles qui concernent les Bleus, le match d'ouverture, des huitièmes  de finales, des quarts de finale, les deux demi-finales et la finale. Aucune des deux chaînes n'a souhaité communiquer sur le montant de cette "rétrocession", mais Le Figaro évoque la somme de 50 millions d'euros.

Invité de Laurent Bazin dans la matinale de RTL vendredi matin, Daniel Bilalian a expliqué pourquoi France Télévisions ne s'est pas porté acheteur sur les droits de ce Mondial brésilien. "D'abord, remarquez une chose : TF1 a proposé ce contrat à une télévision payante en priorité parce qu'ils voulaient se décharger d'une charge financière très importante - ils avaient acheter ce produit très cher - et en le vendant à une chaîne payante exclusive, ils le vendent plus cher qu'ils ne l'auraient vendu à un partenariat comme c'était le cas précédemment en 2010 entre France Télévisions et Canal+".

Effectivement, on ne va pas le nier, il y a des contraintes financières. Mais ce n'est pas l'essentiel

Daniel Bilalian, directeur des sports à France Télévisions
Partager la citation
À lire aussi
Marion Bartoli dans "On n'est pas couché", le 20 avril 2019 tennis
"On n'est pas couché" : Marion Bartoli revient sur sa "descente aux enfers"

Mais le groupe public était-il intéressé ? "On a regardé le produit, comme on dit dans mon jargon, a poursuivi l'ancien présentateur du journal télévisé sur France 2. Il y a deux choses qui nous ont faits hésiter. D'abord, effectivement, on ne va pas le nier, il y a des contraintes financières. Mais ce n'est pas l'essentiel. L'essentiel, c'est que cette Coupe du monde se déroule au Brésil, avec des décalages horaires qui font que la plupart des matchs ont lieu soit en prime-time, c'est à dire après 20h, soit la nuit, ce qui commercialement pour nous est une très mauvaise affaire puisque nous n'avons plus de publicité le soir. Et puis dernière chose, cette Coupe du Monde, contrairement à celle en Afrique du Sud, tombe au moment du Tour de France (du 5 au 27 juillet, ndlr). Donc nous avons déjà un évènement majeur à l'antenne, et il était délicat de faire cohabiter les deux".

Plus largement, le directeur des sports à France Télévisions est-il inquiet devant la montée en puissance de BeIn Sports ? "Moi, je fais un métier où il faut tenir compte des faits ; il n'y a pas de questions d'amour propre. BeIn Sports, c'est l'émanation de la chaîne qatarie d'Al Jazeera. C'est une multinationale. Et jusqu'à leur arrivée sur le marché français, le marché des droits en France était hexagonal. Nous subissons la mondialisation, comme la sidérurgie ou l'automobile".

Aujourd'hui, le marché est clair : championnats récurrents sur les chaînes payantes, évènements de sport sur les chaînes gratuites

Daniel Bilalian, directeur des sports à France Télévisions
Partager la citation

Les chaînes publiques ne peuvent donc pas s'aligner sur BeIn sports ? "Si, parce qu'il y a un certain nombre d'évènements qui n'intéressent pas les chaînes payantes, explique M. Bilalian. Celles ci s'intéressent aux évènements dits récurrents en règle général. Là, BeIn Sports s'est lancé sur la Coupe du monde de football pour faire un coup, parce qu'ils sont en train de s'implanter. Mais disons qu'aujourd'hui, le marché est clair : championnats récurrents sur les chaînes payantes, évènements de sport sur les chaines gratuites comme TF1 ou France Télévisions".

Voilà pour la situation actuelle. Mais demain, y-a-t-il un risque de voir le Tournoi des VI Nations, le Tour de France, les Jeux Olympiques ou encore Roland-Garros quitter le service public pour migrer sur des chaînes payantes ? "Rien ne le dit, assure Daniel Bilalian. Mais le vrai sujet, c'est : est-ce qu'il est important qu'il y ait encore du sport sur les chaînes gratuites ? Je vais dire oui, parce que ça m'arrange". Mais à quel prix ? lui rétorque Laurent Bazin. "Au prix que nous pourrons mettre. Le problème qui se pose, à terme, est le suivant : est-ce que nous pourrons suivre - vous avez raison -, et est-ce que les gens seront aussi acharnés que ça à voir du sport sur les télévisions gratuites ? Moi, j'en suis persuadé et ça m'arrange pour le moment. Mais je n'en suis pas sûr pour l'avenir".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
France Télévisions Mondial 2014 au Brésil Football
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants