1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. JO Rio 2016 : comment de nombreuses affaires de dopage perturbent la préparation des olympiades
2 min de lecture

JO Rio 2016 : comment de nombreuses affaires de dopage perturbent la préparation des olympiades

ÉCLAIRAGE - Sotchi, Londres et même Pékin... De nombreuses accusations de dopage pèsent sur le monde du sport. Le CIO veut "empêcher tous les tricheurs de venir à Rio".

Laboratoire d'analyse antidopage à Vancouver au Canada (illustration)
Laboratoire d'analyse antidopage à Vancouver au Canada (illustration)
Crédit : ALEX LIVESEY / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau

"Des dizaines d'athlètes dopés seront vraisemblablement empêchés de participer aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro". Cette phrase est lourde de sens à quelques semaine de l'un des plus grands événements de la planète sport. Le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, dans une tribune au quotidien français Le Monde, s'est montré extrêmement ferme. Le but est clair : "Empêcher tous les tricheurs de venir aux Jeux Olympiques de Rio".

Les allégations sont nombreuses. Des dizaines de sportifs professionnels pourraient être concernés par de possible cas de dopage lors des derniers Jeux Olympiques. Londres, Pékin mais aussi les derniers JO d'hiver à Sotchi sont dans le viseur des dirigeants de l'olympisme.

31 contrôles positifs aux JO de Pékin

31 sportifs issus de 12 pays et 6 disciplines différentes sont dans le viseur du CIO. Ces derniers, qui ont participé aux Jeux Olympiques de Pékin, ont été contrôlés positifs après de nouvelles analyses de leurs échantillons de 2008. "Le Comité international olympique a retesté 454 échantillons des Jeux de Pékin en 2008. Ces nouvelles analyses font suite à un travail avec l'Agence mondiale antidopage (AMA) et les fédérations internationales", a indiqué dans un communiqué le CIO.

Jusqu'à présent, aucun nom d'athlète, de pays ou de sport n'a été révélé. Mais le nombre de sportifs contrôlés pourrait bien encore augmenter alors que de nouvelles analyses ont été commandées pour les Jeux Olympiques de Londres en 2012. L'instance suprême de l'olympisme a ainsi procédé à 250 nouvelles analyses dont les "résultats seront publiés prochainement". 

"Un degré de criminalité sans précédent" à Sotchi ?

À lire aussi

Mais les Jeux Olympiques d'hiver de Sotchi sont également dans le viseur du CIO alors que l'ancien directeur du laboratoire antidopage russe a révélé un vaste système de triche présumé, mis en place par le gouvernement. Thomas Bach, qui espère dissiper rapidement toutes ces allégations a demandé à l'Agence mondiale antidopage (AMA) de "mener une enquête approfondie et d'envoyer un rapport complet au CIO".

Dans son interview au Monde, le président du CIO a assuré qu'il y aurait une réponse face à ce scandale grandissant en appliquant une "tolérance zéro". Cela pourrait alors être l'avènement d'une "nouvelle dimension choquante du dopage, assortie d'un degré de criminalité sans précédent", a dénoncé Thomas Bach.

La Russie et le Kenya privés des JO au Brésil ?

À moins de trois mois de l'ouverture des Jeux Olympiques, la possibilité de ne pas voir la Russie à Rio ne cesse de grandir alors que Thomas Bach a évoqué des menaces "très développées et donc très inquiétantes". Mais un autre pays pourrait également manqué le déplacement. Les athlètes kényans pourraient eux aussi se voir privés du voyage après que la nouvelle loi antidopage du pays a été déclaré non conforme au code antidopage international par l'AMA. Les Kényans avaient pour la première fois fini en tête du tableau des médailles lors des derniers Mondiaux d'athlétisme, à Pékin en août 2015.

La polémique pourrait donc continuer à grandir alors que les instances internationales pourraient décider de mettre en place des "suspensions olympique à vie" pour les personnes impliquées voire même des "suspensions ou des exclusions des fédérations nationales entières" comme c'est actuellement le cas de la fédération russe d'athlétisme qui a été sanctionné par la Fédération internationale (IAAF). 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/