1 min de lecture Seconde Guerre mondiale

Giro 2018 : Gino Bartali, champion et héros "très précieux", salue un journaliste

INVITÉ RTL - À l'occasion du départ du Giro à Jérusalem, le journaliste italien Alberto Toscano rend hommage à Gino Bartali, dans son ouvrage "Un vélo contre la barbarie nazie".

fallait l'inviter- L'Entretien du jour Thomas Sotto
>
Giro 2018 : Gino Bartali, champion et héros "très précieux" de la Seconde Guerre mondiale Crédit Image : STAFF / AFP | Crédit Média : Philippe Robuchon | Durée : | Date : La page de l'émission
Philippe Robuchon
Philippe Robuchon Journaliste RTL

Dans Un vélo contre la barbarie nazie, le correspondant italien à Paris, Alberto Toscano, raconte non seulement le destin sportif de Gino Bartali, un champion, mais aussi son destin d'homme, hors du commun. Dans la plus grande discrétion, il avait réussi à sauver, durant la Seconde Guerre mondiale, des Juifs, "probablement plus de 1.000 qui auraient été déportés par les nazis", explique Alberto Toscano.

"Le rôle de Bartali était un rôle limité, mais très précieux. Sous prétexte d'entraînements, il pouvait circuler 'librement' dans l'Italie occupée par les Allemands en 1943-44. Il cachait dans son propre vélo les faux papiers qui étaient indispensables aux Juifs hébergés dans des couvents ou dans des maisons privées", conte le journaliste.

Gino Bartali, immense champion, n'a jamais voulu parler de cela durant son vivant. Il a fallu attendre sa mort, en 2000, pour que l'Italie et le monde entier apprennent son courage et ce qu'il avait fait pendant la guerre. "La raison relève de la simplicité de caractère de cet homme et même du fait qu'ayant vécu certains événements, il ne voulait pas donner l'impression d'en profiter", détaille l'auteur.

Surnommé "le pieu", Gino Bartali avait une foi catholique très profonde. Et c'est ceci, avec ses relations hautes placées, qui l'a conduit à accepter ces missions. "Cette foi catholique l'a accompagné et lui a suggéré de s'engager à une époque où il aurait pu parfaitement profiter de sa popularité pour (...) éviter de prendre des risques", explique Alberto Toscano.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Seconde Guerre mondiale Nazi Nazisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants