1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. Coupe Davis : Amélie Mauresmo ne cesse de faire tomber les barrières
2 min de lecture

Coupe Davis : Amélie Mauresmo ne cesse de faire tomber les barrières

PORTRAIT - Pour la première fois de son histoire, l'équipe de France de Coupe Davis sera dirigée par une femme. Amélie Mauresmo vient d'être nommée à la tête des Bleus;

Amélie Mauresmo le 30 janvier 2015 lors de l'Open d'Australie avec Andy Murray (archives)
Amélie Mauresmo le 30 janvier 2015 lors de l'Open d'Australie avec Andy Murray (archives)
Crédit : AFP
Coupe Davis : Amélie Mauresmo ne cesse de faire tomber les barrières
02:40
Bénédicte Tassart

"Amélie Mauresmo : elle assume tout", relève assez admirative la spécialiste du tennis sur RTL, Isabelle Langé. Et c'est vrai qu'elle a une sacrée personnalité, cette femme qui aura 39 ans la semaine prochaine.

On a beaucoup évoqué sa fragilité psychologique il y a une dizaine d'années, parce qu'Amélie Mauresmo n'arrivait pas à gagner des matchs du Grand Chelem mais aujourd'hui il n'y a plus débat. Amélie Mauresmo a le plus beau palmarès de l'histoire du tennis français moderne. Avant, il y avait Suzanne Lenglen, aujourd'hui, il y a Amélie Mauresmo.

Et c'est une carrière de rêve qu'a déroulé cette petite fille de la banlieue parisienne qui a réclamé sa première raquette à 4 ans, quand elle a vu gagner à la télé Yannick Noah à Roland Garros. Noah qui l'appelle maintenant "my sister", ils sont tous les deux tellement proches.

La tempête avant le succès

Entrée en club à 6 ans, elle est vite repérée par la Fédération française de tennis. À 19 ans, elle arrive en finale de l'Open d'Australie et fait en même temps discrètement son coming out en répondant à la question d'une journaliste sur ses amours.

À lire aussi

Et là, elle affronte la tempête. Le milieu du tennis n'est pas tendre avec cette très jeune joueuse : elle subit des remarques blessantes, Martina Hingins la qualifie de demi-homme, elle est représentée avec un physique masculin et une voix virile dans les Guignols de l'Info...

Mais Amélie Mauresmo continue son chemin et ses performances font taire les mauvaises langues : 25 titres dont deux Grands Chelems (l'Open d'Australie et Wimbledon), les Masters, la Fed Cup, la médaille d'argent des JO en 2004.

Une entraîneuse reconnue

Puis, quand elle arrête la compétition en 2009, après deux ou trois saisons noires, elle prend à cœur son nouveau rôle de coach. Capitaine de l'équipe de France de la Fed Cup, elle l'a emmenée en finale, elle a chuchoté à l'oreille de Victoria Arazenka, de Marion Bartoli et surtout Andy Murray...

Ce n'est pas une grande bavarde, mais sa parole rare pèse. Sa nomination à la tête des garçons en Coupe Davis, elle l'a voulue. En mars dernier, elle est allée voir les joueurs pour leur expliquer son programme. Cette maman de deux jeunes enfants trace sa route après avoir fait tomber une multitude de barrières. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/