1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. Boris Diaw : le retour en France, "c'est assez facile à vivre"
2 min de lecture

Boris Diaw : le retour en France, "c'est assez facile à vivre"

REPLAY - INVITÉ RTL - Le basketteur débute cette nouvelle saison sous les couleurs de Levallois, après avoir passé 14 ans sur les terrains de la NBA.

Boris Diaw sous les couleurs de Levallois, le 7 octobre 2017
Boris Diaw sous les couleurs de Levallois, le 7 octobre 2017
Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
Boris Diaw : le retour en France, "c'est assez facile à vivre"
07:49
Boris Diaw : le retour en France, "c'est assez facile à vivre"
07:49

Il a divisé son salaire par 100. Après 14 ans sur le toit du monde en NBA, Boris Diaw revient en France, sur le parquet de Levallois. Depuis près d'un mois, le joueur de 35 ans a fait son grand retour en Pro A avec les Levallois Metropolitans. Le 21 octobre dernier, Boris Diaw a connu sa première victoire avec son nouveau club et le 25 octobre, il jouera son deuxième match d'Eurocup, à domicile, face à Turin.

Des parquets de NBA à ceux de la Pro A, "c'est sûr que c'est différent", admet le capitaine des Bleus. "Il y a des infrastructures qui sont un peu différentes, les moyens sont un peu différents de la NBA qui est le top du basket dans le monde", développe l'ancien joueur des Spurs.

Le retour en France, pour disputer des matches dans de petites salles, n'affecte pas Boris Diaw. "J'ai quand même une habitude de redescendre d'un niveau d'organisation, donc ça ne me pose pas du tout de problème. Après, c'est l'aventure humaine aussi et c'est vrai qu'on a un très bon groupe avec des coéquipiers et un staff très sympas, donc c'est assez facile à vivre".

En fait je suis un joueur lambda

Boris Diaw

L'entraîneur de Levallois, Frédéric Fauthoux, racontait que lors de ses premiers entraînements, les joueurs étaient complètement spectateurs devant vous. "C'était vraiment sur la première semaine", nuance Boris Diaw. "Ils avaient peut-être l'habitude de regarder des matches à la télé et s'attendaient à quelque chose de différent alors qu'en fait je suis un joueur lambda", s'amuse-t-il. 

Un salaire divisé par dix

À lire aussi

L'année dernière en NBA, Boris Diaw gagnait 6,5 millions de dollars, contre 60.000 euros par an avec son retour en France. "Le train de vie est différent, c'est aussi ce à quoi il faut s'habituer. Il faut savoir qu'un sportif est beaucoup payé pendant sa carrière, mais les carrières sont souvent courtes : entre 10 et 15 ans et ensuite, il faut continuer à vivre, donc de toute façon on budgétise pendant toute notre carrière. Là, ça ne déroge pas à la règle". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/