2 min de lecture Transat Jacques Vabre

12e Transat Jacques Vabre : après le déluge vient le beau temps

REPORTAGE - Après une première semaine agitée et des abandons en série, les premiers équipages approchent des côtes sud-américaines, sans vent mais sous le soleil.

Sébastien Josse et Charles Caudrelier, sur "Edmond de Rothschild", ont été contraints à l'abandon
Sébastien Josse et Charles Caudrelier, sur "Edmond de Rothschild", ont été contraints à l'abandon Crédit : AFP/C.Triballeau
fred veille
Frédéric Veille Journaliste RTL

À l’entame de cette deuxième semaine de course, 16 équipages ont déjà baissé pavillon. 16 abandons sur les 42 bateaux au départ : c’est une grande partie de la flotte qui a été décimée par trois dépressions successives, avec des vents à plus de 35 nœuds et des creux en mer qui ont souvent dépassé les 6 à 7 mètres. 

Ce sont les Imoca 60 pieds récemment sortis des chantiers et qui étaient engagés sur la Jacques Vabre pour un grand galop d’entrainement à un an du Vendée Globe qui ont particulièrement été touchés. En effet, quatre des cinq qui étaient au départ ont abandonné : "Edmond de Rotschild", "Safran", "Saint-Michel - Virbac" et "Hugo Boss". 
Pour ce dernier, les deux skippers Alex Thomson et Guillermo Altadill ont même du être hélitreuillés dimanche 1er novembre suite à un retournement de leur bateau par une déferlante au large de La Corogne. Seul rescapé de ces monocoques flambants neufs, "Banque Populaire VIII", barré par Armel Le Cléach et Erwan Tabarly. Ce sont d’ailleurs eux qui mènent la flotte des Imoca.

Manque de vent

Mais en cette huitième journée de mer, il ne s’agit plus de déferlante et de gros temps qui inquiètent les skippers, mais le manque de vent. En effet, depuis plusieurs heures, les deux Ultime (Sodebo et Macif) sont englués dans les miasmes équatoriaux du Pot au Noir. Les deux duos leaders de la course ont à peine parcourus 120 milles ces dernières 24 heures sur un océan lisse comme un miroir qui réfléchit les rayons du soleil de jour avec une chaleur étouffante, une humidité permanente et pas un souffle d’air à l’horizon !

À lire aussi
Antoine Carpentier et Maxime Sorel voile
Transat Jacques Vabre : folle victoire pour Sorel et Carpentier en Class40

Bien plus loin dans le Nord, au niveau de Madère et des Canaries, les Class40 sont encore dans un flux de Nord à Nord-Ouest d’une quinzaine de nœuds, et si les leaders devraient réussir à pointer vers le Sud dans la journée, les retardataires risquent fort de se faire rattraper par les hautes pressions qui se décalent vers les archipels.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Transat Jacques Vabre Voile
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7780335903
12e Transat Jacques Vabre : après le déluge vient le beau temps
12e Transat Jacques Vabre : après le déluge vient le beau temps
REPORTAGE - Après une première semaine agitée et des abandons en série, les premiers équipages approchent des côtes sud-américaines, sans vent mais sous le soleil.
https://www.rtl.fr/sport/autres-sports/12e-transat-jacques-vabre-apres-le-deluge-vient-le-beau-temps-7780335903
2015-11-02 11:47:12
https://cdn-media.rtl.fr/cache/xrkqGlXrqUEGfOVJevrxDA/330v220-2/online/image/2015/1102/7780336041_sebastien-josse-and-charles-caudrelier-sail-on-their-imoca-monohull-edmond-de-rothschild.jpg